Habillage fond de site

L’enquête confirme un acte prémédité et terroriste

jeudi 24 août 2017

Il diligentait l’enquête sur les attentats de Merah, il est là, aussi, pour les attaques de Paris.  Le procureur François Molins est devenu le visage de l’antiterrorisme. (Photo : DR)

Il diligentait l’enquête sur les attentats de Merah, il est là, aussi, pour les attaques de Paris. Le procureur François Molins est devenu le visage de l’antiterrorisme. (Photo : DR)

Une attaque préméditée et à caractère terroriste perpétrée par un individu animé d’un intérêt “récent et certain” pour l’État islamique et les organisations terroristes. Le procureur de la République de Paris, François Molins, est revenu, hier, sur l’attaque, le 9 août à Levallois-Perret, contre des militaires du 35e régiment d’infanterie de Belfort mobilisés dans le cadre de l’opération Sentinelle.

Ce jour-là, peu avant 8 heures, Hamou B., Algérien de 36 ans disposant d’un titre de séjour en date du 6 mars 2017, s’était approché lentement des militaires à bord d’une BMW sombre. Il avait soudain accéléré et donné un fort coup de volant à gauche pour percuter les soldats.

Six d’entre eux étaient blessés dont trois grièvement. Hamou B. prenait immédiatement la fuite. Un témoignage, le signalement d’un fonctionnaire de police et enfin l’exploitation d’un traqueur installé par la société de services à la personne qui louait le véhicule, permettaient de retrouver la voiture et son conducteur Hamou B. était interpellé mais, après avoir ignoré plusieurs sommations, il portait sa main au niveau de sa taille comme s’il voulait saisir une arme ou déclencher une ceinture d’explosifs.

Les policiers faisaient feu et le blessaient de cinq projectiles. Le procureur Molins a précisé que, selon les médecins, son état de santé ne permettra pas son audition avant plusieurs jours ou plusieurs semaines.

L’enquête a en revanche déjà permis de préciser la portée de son geste. Inconnu des services antiterroristes, Hamou B. avait été inquiété en juin 2009 dans une affaire de cigarettes de contrefaçon et de séjour irrégulier puis de nouveau en 2013 pour séjour irrégulier. Il exerçait les professions de chauffeur pour la société de services à la personne qui louait la BMW ayant servi à l’attaque, et de manutentionnaire pour une grande surface.

La préméditation est établie car le véhicule d’Hamou B. a été repéré à Levallois-Perret le dimanche 6 août, d’abord vers 9 heures puis après 15 heures. La voiture roulait à faible allure à proximité du véhicule utilisé par les militaires de Sentinelle et du lieu mis à leur disposition par la mairie, signe évident d’un repérage préalable.

L’analyse des téléphones portables du suspect ne laisse par ailleurs guère de doute sur la dimension terroriste de l’attaque. Un téléphone retrouvé dans la BMW démontre que, ces derniers mois, Hamou B. avait effectué des recherches sur : les modalités d’obtention d’un visa pour la Turquie, les hôtels à Istanbul, la ville syrienne d’Idleb (dans une zone frontalière avec la Turquie), un bombardement de convoi humanitaire en Syrie, des billets Paris-Istanbul pour un départ en septembre, un article sur l’interpellation d’un homme armé d’un couteau gare du Nord le 5 juin et enfin un texte sur la légitimité de tuer des musulmans ou des mécréants… Les enquêteurs retrouvaient dans un autre téléphone, découvert au domicile du suspect, des images en lien avec l’État islamique (drapeau, photos de dirigeants, d’idéologues…).

AFP

 

 

0
0
0

Pavé PI

Edition abonnés
Le vote

Le Pays a lancé l'opération "plage propre", vous sentez-vous concernés ?

Loading ... Loading ...
www.my-meteo.fr
Météo Tahiti Papeete