L’entraîneur de boxe nie les viols, mais reconnaît les vidéos

    vendredi 5 février 2016

    L’ancien entraîneur de la section boxe de l’AS Aorai (Papeete), mis en examen mercredi soir pour viols en réunion sur mineurs de moins de 15 ans, corruption de mineurs et enregistrement d’images pornographiques impliquant des mineurs, a été incarcéré à Nuutania dans la soirée. L’homme de 47 ans a demandé un délai pour préparer sa défense devant le juge des libertés et de la détention. Il est donc de nouveau convoqué dans le bureau du magistrat lundi prochain.
    On en sait désormais un peu plus sur les faits qui lui sont reprochés. Entre 2009 et 2013, l’entraîneur aurait organisé des parties fines auxquelles participaient trois de ses jeunes boxeurs, aujourd’hui âgés d’une vingtaine d’années, mais aussi quatre adolescents de moins de 15 ans : trois filles et un garçon. La plupart des orgies se déroulaient dans les locaux du complexe sportif, parfois à même le ring d’entraînement. Le coach connaissait particulièrement bien les lieux puisqu’il y a résidé un moment. Il disposait en effet d’une chambre sur place jusqu’à ce que la direction de l’association lui demande de partir.
    Selon nos informations, lors de son audition devant le juge d’instruction, mercredi, le quadragénaire a nié avoir eu des relations sexuelles avec les adolescents. Il a, en revanche, reconnu avoir filmé les ébats.

    “Je ne le voyais pas faire ça”

    Du matériel audiovisuel a été saisi à l’occasion des perquisitions et sera analysé par les enquêteurs. Les déclarations du principal mis en cause dans l’affaire sont toutefois contredites par celles des autres protagonistes qui, eux, ont indiqué qu’il participait activement. Les trois jeunes boxeurs ont été laissés libres, mercredi soir, mais placés sous contrôle judiciaire après avoir été mis en examen. Pour leur défense, ils ont déclaré, en substance, qu’ils ignoraient qu’avoir des relations sexuelles avec de très jeunes adolescents était répréhensible. L’enquête, confiée à la section de recherches de la gendarmerie, se poursuit. La justice n’exclut pas d’autres éventuelles victimes.
    La nouvelle a secoué les membres de l’AS Aorai, dont certains ont découvert le sordide fait divers dans la presse.
    “Il y a eu un comité directeur mercredi et personne n’en a parlé. Ça me choque beaucoup. J’ai une fille de 11 ans et je n’aimerais pas qu’une telle chose lui arrive. Nous sommes une association qui est là pour aider les jeunes, pas pour faire ce genre de choses”, se désole un cadre sous couvert d’anonymat. Celui-ci se dit enfin surpris par la mise en cause de l’ancien entraîneur de boxe : “C’est quelqu’un de bien. Je ne le voyais pas du tout faire ça.”

    J.-B.C.

    dz 2016-02-05 20:34:00
    @PAGGA

    carément je crois même que ta mère est passée par là!!!
    Pito 2016-02-05 13:29:00
    Une honte, j'ose espérer que la justice sera sévère, pour l'entraîneur et pour les portages t'es de cette triste affaire, il me semble trop facile de dire que l'on ne savait pas que c'était interdit de faire la avec des jeunes.....de qui se moquent ils ces crapules !!!!!
    pagga 2016-02-05 12:41:00
    sa partouzzz a tous va a l'Aorai
        Edition abonnés
        Le vote

        Allez-vous voir Vaiana ?

        Loading ... Loading ...
        www.my-meteo.fr
        Météo Tahiti Papeete