Habillage fond de site

L’entrepreneuriat féminin en croissance

mercredi 25 octobre 2017

femme travail

La première édition du Tahiti Women’s Forum a ouvert ses portes, hier, à l’InterContinental Tahiti. (© Élénore Pelletier)


Le premier Tahiti Women’s Forum s’est déroulé hier, à l’hôtel InterContinental Tahiti. L’objectif : permettre aux femmes engagées sur des problématiques économiques et sociétales, de se retrouver et d’échanger. Aujourd’hui, au fenua, un chef d’entreprise non-salarié sur trois est une femme.

Près d’une centaine de femmes ont participé hier au Tahiti Women’s forum, qui se tenait à l’hôtel InterContinental, à Tahiti. Un événement dédié à l’innovation et au leadership féminin.

Une première au fenua, couronnée de succès, au vu de l’enthousiasme des participantes et des intervenants.

À l’origine de cet événement : Aline Bessière et Agnès Joubert, dont la volonté était de créer un rendez-vous annuel pour que les femmes engagées sur des problématiques économiques et sociétales puissent se retrouver, échanger et réfléchir ensemble afin de faire jaillir des idées nouvelles sur les thèmes abordés, mais aussi de créer une dynamique pour inciter toutes celles qui hésitent encore à se lancer à “passer le cap”.

“Le but, à travers ce rassemblement, c’est de valoriser ces femmes qui ont un engagement sociétal en Polynésie et dans le Pacifique insulaire, en matière de création d’entreprises mais pas seulement.

Je pense aussi à celles qui sont engagées dans le changement climatique, dans la microfinance, dans la santé publique…

Les femmes polynésiennes ont toujours été dans l’entrepreneuriat. Leurs engagements, que ce soit dans la sphère privée ou professionnelle, sont forts mais pas toujours visibles. À travers ce forum, justement, on veut les rendre visibles”, explique Aline Bessière. 

Au fenua, les femmes jouent en effet un rôle de plus en plus important dans le monde de l’entrepreneuriat et de l’innovation. Selon la Chambre du commerce, de l’industrie, des services et des métiers (CCISM), un chef d’entreprise non-salarié sur trois est aujourd’hui une femme.

Elles étaient 7 300 en 2016 et leur chiffre ne cesse de croître puisque depuis trois ans, le nombre d’entreprises créées par une femme augmente chaque année de 6 %. Une évolution plus rapide que chez les hommes.

 

Passeport digital

 

Si, pour le moment, ces femmes ont une moyenne d’âge qui se situe entre 46 et 50 ans, l’entrepreneuriat attire de plus en plus de jeunes.

Dans notre incubateur de start-up Prism, qui a été monté il y a un an, à la CCISM, sur les six candidats retenus, il y a trois femmes, toutes âgées entre 28 et 35 ans, ce qui montre bien que ça se rajeunit”, explique Heiura Itae-Tetaa, de la CCISM.

Alors que dans l’Hexagone, le nouveau président, Emmanuel Macron, vient de débloquer 10 milliards d’euros (1 200 milliards de francs), au fenua, l’innovation semble également être devenue une préoccupation des dirigeants politiques.

De plus en plus d’appels à projets sont lancés chaque année auprès de la population, que ce soit en faveur du développement durable, du tourisme, de la santé… et les femmes y répondent chaque fois en masse.

Pour permettre aux gens de réussir dans leur projet d’entrepreneuriat, la CCISM vient également de lancer son passeport digital : cinq jours de formation et de coaching à destination des chefs d’entreprise afin de leur donner tous les outils nécessaires pour la digitalisation de leur activité.

“Comme les non-salariés ne peuvent pas bénéficier de formation via le fonds paritaire, le ministère de l’Économie numérique et la CCISM ont décidé de prendre en charge 80 % du financement de cette formation”, précise Heiura Itae-Tetaa.

D’autre part, la téléréalité Ohipa Maitai, diffusée sur nos petits écrans, met un bon coup de projecteur sur l’entrepreneuriat local et les démarches pour y parvenir. Au démarrage de l’aventure, les candidates étaient aussi nombreuses que les candidats.

Durant toute la journée d’hier, des tables rondes, des ateliers et des conférences étaient organisés.

Étaient au rendez-vous : des femmes cheffes d’entreprise, mais aussi des femmes qui souhaitent le devenir, une petite poignée d’hommes et quelques intervenants internationaux comme Raiha Paki, fondatrice et directrice d’une société de production de documentaires culturels en Nouvelle-Zélande, qui a pu apporter son témoignage de jeune cheffe d’entreprise maori.

Une nouvelle édition devrait voir le jour l’an prochain. 

 

Élénore Pelletier

 

forum femme entreprise

44
0
0

Pavé PI

Edition abonnés
Le vote

Le Pays a lancé l'opération "plage propre", vous sentez-vous concernés ?

Loading ... Loading ...
www.my-meteo.fr
Météo Tahiti Papeete