Habillage fond de site

L’environnement au cœur du congrès des maires

mercredi 24 juillet 2019

L’année dernière, le congrès s’est déroulé à Teva i Uta, dont le maire est le ministre de l’Économie verte et du domaine, Tearii Alpha. Cette année, le congrès se tient à Rikitea dont le maire est Vai Vianello Gooding. Photo : DR

L’année dernière, le congrès s’est déroulé à Teva i Uta, dont le maire est le ministre de l’Économie verte et du domaine, Tearii Alpha. Cette année, le congrès se tient à Rikitea dont le maire est Vai Vianello Gooding. Photo : DR


Le 30e congrès des communes débute mardi prochain. Le thème retenu est “nos liens à notre environnement”. Les maires de Bora Bora et de Tatakoto nous ont donné leur point de vue sur ce congrès.

En 2019, le président du Syndicat pour la promotion des communes de Polynésie française (SPCPF), Cyril Tetuanui, et le maire de la commune des Gambier, Vai Vianello Gooding ont choisi de mettre l’environnement, et plus spécifiquement “nos liens à notre environnement”, au coeur des préoccupations du 30e congrès des communes, qui se déroulera du 30 juillet au 2 août, dans le cadre exceptionnel de la commune des Gambier, à Rikitea.

“Notre président n’a pas choisi la solution de facilité, en nous envoyant tous à Rikitea, c’est d’une complication sans nom”, s’est amusé l’ancien président du syndicat, Gaston Tong Sang, toujours maire de la perle du Pacifique et président de l’Assemblée.

Ce congrès n’ambitionne pas d’aborder toutes les questions ni même les politiques environnementales de la Polynésie française, mais prétend plutôt se focaliser sur les enjeux et objectifs de la préservation de l’exploitation d’un territoire au niveau local, partagés par tous ceux qui l’habitent.

Face à ces réalités planétaires – changement climatique, destruction de la couche d’ozone, risques pour la biodiversité, élévation du niveau des mers –, et tout particulièrement dans nos territoires du Pacifique, l’environnement est de nos jours un sujet de premier plan, on le sait, le syndicat des communes aussi.

 

Quatre axes, tout autant d’ateliers

 

Si l’environnement est parfois abordé comme un cadre contraignant, comme une compétence compliquée à mettre en oeuvre, ou encore par la perception de redevances, il est avant tout une richesse et une opportunité pour nos îles, nos territoires, nos communes, tant au plan individuel que collectif.

Ce que confirme Gaston Tong Sang, maire de Bora Bora, joint par téléphone. “En échangeant nos expériences, nos connaissances, cela permet de faire avancer la chose communale”, reconnait le président de l’Assemblée (lire interview).

Le maire de Tatakoto, Ernest Igino Teagai, joint également par téléphone hier, est moins convaincu. “Je n’attends pas le congrès pour qu’on s’intéresse à l’environnement”, admet l’élu, qui enverra néanmoins son premier adjoint (lire interview).

Organisé autour de quatre axes (lire encadré), “le congrès 2019 propose de revenir aux racines de la problématique et d’interroger le lien entre l’homme d’aujourd’hui et son milieu, l’engagement citoyen en faveur de l’environnement, pour entamer une réflexion sur les interactions entre environnement et développement, ainsi que sur la nécessaire complémentarité des acteurs, pluriels et partenaires potentiels”, précise le SPC, avant de donner une conférence de presse sur ce congrès, le 30e.

Les questions ne manquent pas. Quelle relation entretient-on avec la nature dans laquelle nous vivons (terre, mer, ciel) ? De la crête des montagnes au récif, de la plage à l’océan, tout est interdépendant et toute action sur terre a un impact sur le lagon, l’atmosphère, et inversement.

Que mettons-nous en place pour préserver ces éléments qui nous permettent de vivre ? Comment la protection et la valorisation des ressources naturelles peuvent-elles avoir un impact sur le développement culturel, éducatif, économique ?

Comment agir ensemble au plan local, en partenariat avec la population et l’ensemble des acteurs concernés par ce champ d’action transversal ?

Tout autant d’interrogations auxquelles va tenter de répondre les 48 tavana du fenua et leurs équipes. Autant de réflexions et d’échanges qui devraient fournir aux élus les moyens de nourrir leur vision politique pour l’avenir et impulser des choix qu’ils pourront proposer pour construire nos territoires de demain. Ils auront, ainsi que la population, divers espaces à leurs dispositions comme la “réduction et valorisation des déchets” ou l’espace initiatives qui permettra de valoriser les initiatives locales concrètes, tout en inspirant peut-être d’autres communes.

Enfin, la population de Rikitea sera conviée aux projections de films sur la thématique de l’environnement, dans le cadre du “FIFO hors les murs”, qui se déplace au congrès, pour l’occasion.

 

Christophe Cozette

 

congrès des maires ITW

0
0
0

Pavé PI

Edition abonnés
Le vote

Édouard Fritch veut que les personnes hospitalisées après un accident qu'ils ont causé, sous l'empire de l'alcool ne soient pas pris en charge par la CPS. Pensez-vous que ce soit une bonne mesure ?

Loading ... Loading ...
www.my-meteo.fr
Météo Tahiti Papeete