Les adieux sur scène de Jean-Paul Berlier

    mardi 9 juin 2015

    Les poils qui se hérissent, la chair de poule et un nœud dans la gorge. C’est ce qu’ont pu ressentir, hier, en début d’après-midi, les parents d’élèves qui assistaient, depuis la scène du grand théâtre de la Maison de la culture, à Papeete, aux Rencontres chorales des écoles élémentaires, organisées par la direction générale de l’éducation et des enseignements (DGEE). Car près de 300 enfants, installés dans l’amphithéâtre, ont repris des morceaux émouvants. Et ces sensations, même s’il ne les a pas montrées, Jean-Paul Berlier a dû les ressentir décuplées. Car l’initiateur de cet événement créé en 1997 participait, hier, à sa dernière représentation en tant qu’organisateur. “Je suis arrivé en 1986”, explique Jean-Paul Berlier, conseiller au pôle artistique à la DGEE. “C’est ma dernière année dans l’enseignement. Je raccroche les gants cette année. C’était donc une édition un peu particulière. Je pars à la retraite.” 

    Ses meilleurs souvenirs

    Des dizaines de colliers de fleurs et de coquillages autour du cou, une couronne de fleurs rouges sur la tête, que de nombreux élèves, enseignants ou parents, lui ont offert à la fin du concert, Jean-Paul Berlier a le sourire aux lèvres et des souvenirs dans la tête. 
    Ses meilleurs moments, depuis la création de ces rencontres chorales, il s’en rappelle : “Le meilleur souvenir, c’est en 1997, parce que c’était la première fois. Après, il y a eu les rencontres à To’ata en 2003 avec 1 200 enfants, ce sont des choses évidemment inoubliables. Et puis, aujourd’hui (hier).” Un concert d’émotions donc, surtout que le thème choisi cette année, la paix, s’y prêtait particulièrement. En français, anglais et tahitien, les élèves du primaire ont chanté une douzaine de morceaux, dont Imagine, de John Lennon, ou encore Tupuna, d’Anthony Tirao. Mais surtout, ils ont repris a cappella le traditionnel chant d’adieu du fenua, composé par l’Américain Eddie Lund, E mauruuru a vau. Mais ce n’était peut-être qu’un au revoir. “Je pense que je serai là pour les prochaines éditions”, dit Jean-Paul Berlier. “Car  je pense qu’il y aura quelqu’un pour reprendre”… Tous en chœur, sans doute. 

    Karim Mahdjouba

    Lire l’intégralité de l’article dans notre édition du jour ou au feuilletage numérique.

        Edition abonnés
        Le vote

        Pour trouver une activité professionnelle, seriez-vous prêt à vous lancer dans l'agriculture ?

        Loading ... Loading ...
        www.my-meteo.fr
        Météo Tahiti Papeete