Les armateurs très remontés contre la “méthode Solia”

    samedi 7 novembre 2015

    Les armateurs dénoncent la “méthode Solia” utilisée, selon eux, pour faire passer en force la loi du Pays relative à l’organisation du transport interinsulaire maritime et aérien. Ils entendent, “pour l’instant”, utiliser la voie légale pour faire annuler la loi du Pays.
    Les professionnels dénoncent la différence de traitement entre la loi du Pays portant sur le schéma directeur des transports terrestres et celle les concernant.

    Le récent recours de la Confédération des armateurs de Polynésie française (CAP) auprès du Conseil d’État, contre la loi du Pays relative à l’organisation du transport interinsulaire maritime et aérien, est un pas supplémentaire pour dénoncer la “méthode Solia”, qui cristallise les tensions au sein d’une profession “mise devant le fait accompli”, selon la CAP.
    Pour la Confédération, la “méthode Solia “est une source de tension extrême “qui ne peut conduire qu’à des recours légaux, dans un premier temps, tant que la pression reste contenue”. “Après, il sera difficile de contenir l’exaspération des armateurs et le gouvernement devra en assumer les conséquences.”
    L’incompréhension est totale du côté de la profession lorsqu’on compare les méthodes employées pour réformer le transport maritime et le transport terrestre : “En ce qui concerne la première réforme, celle-ci s’est faite sans discussion ni concertation. Nous avons été mis devant le fait accompli sans avoir la possibilité de présenter nos arguments, ni défendre notre position.
    Pour la réforme des transports terrestres, il en est tout autrement, puisqu’un délai de six mois a été mis en place pour justement confronter les points de vue et les intérêts de chacun.
    Pourquoi cette différence de traitement ? Cet autoritarisme à notre égard est insupportable, et ce recours auprès du Conseil d’État est le premier pas en toute légalité pour contester cette loi, qui au lieu de simplifier les choses va les compliquer à l’extrême”.

    Un début 2016 très agité

    En attendant le jugement du Conseil d’État, la Confédération focalise son attention sur la date du 26 novembre : “Le Pays doit se prononcer avant le 26 novembre sur le renouvellement de la licence du Marie Stella III, qui avait été accordé pour seulement six mois. L’évolution de la situation dépendra d’une certaine manière de la décision du Pays, de renouveler, ou pas la licence à ce bateau. Le renouvellement de la licence serait le bienvenu pour adresser un signe d’apaisement aux armateurs”.
    L’application stricte de la loi européenne concernant la durée des licences d’exploitation est difficilement applicable sur le territoire explique la CAP.
    “L’Europe a fixé la durée des licences d’exploitation dans un contexte qui n’est pas celui de la Polynésie.
    En Europe, un armateur peut s’installer là où il le souhaite. En Polynésie, un armateur n’a pas le choix, il ne peut pas aller travailler en Nouvelle-Zélande, à Hawaii ou à Fidji, où dans n’importe quel endroit du Pacifique.
    Si le conseil d’État décide que la loi européenne s’applique également ici, les armateurs ne pourront pas l’accepter. Ils seront peut-être alors amenés à prendre d’autres dispositions pour se faire entendre”.
    En ce qui concerne sa requête auprès du Conseil d’État, la Confédération a appuyé son recours sur “l’erreur manifeste d’appréciation”.
    Elle estime que la loi du Pays s’appuie sur sa volonté d’améliorer la desserte des îles, “mais depuis 38 ans que la desserte a été mise en place, il n’y a eu aucune plainte ni sanction délivrée pour manquement à cette obligation”.
    “À vouloir trop bien faire, le gouvernement met en péril ce qui a fonctionné depuis 38 ans sans problème. C’est lui qui va créer des problèmes avec cette loi, là où il n’y en avait pas.”
    Si les armateurs sont particulièrement remontés contre la “méthode Solia”, le climat social en général semble aussi tourner à l’orage et certaines indications laissent à penser que le début 2016 pourrait être très agité.

    Pascal Martin

        Edition abonnés
        Le vote

        Allez-vous voir Vaiana ?

        Loading ... Loading ...
        www.my-meteo.fr
        Météo Tahiti Papeete