Les biopsies de sein ne sont plus réalisées

    mardi 27 octobre 2015

    Le 18 octobre était célébrée la Journée de lutte contre le cancer du sein dans les Jardins de Paofai. À grand renfort de battage médiatique, les Polynésiennes étaient invitées à s’informer et à se faire dépister grâce à la mammographie, examen réalisé par les radiologues de Polynésie. Alors que tout le monde – direction de la santé, ministère, associations et médecins – s’accordait à faire de cette journée de prévention un exemple, pour motiver les femmes à faire leur examen, tous venaient d’être avertis, le 13 octobre, que le laboratoire d’anatomopathologie de l’avenue Prince Hinoi demandait à ce que soient désormais adressées les biopsies de sein aux laboratoires de Malardé et du CHPF.
    Le 28 juillet, le laboratoire de Prince Hinoi avait en effet annoncé sa fermeture le 31 décembre, mais il n’avait cependant pas mentionné qu’il serait susceptible d’arrêter certaines analyses avant la fin de l’année. À l’époque, la décision de fermer le laboratoire avait déjà suscité beaucoup d’interrogations et de craintes chez les médecins du privé et du public, du fait que 60 % des diagnostics de frottis, biopsies et autres examens de tissus pathologiques effectués sur le territoire étaient réalisés par lui.
    Cette nouvelle annonce, à deux mois de la fermeture définitive, inquiète, d’autant que les autorités de santé du Pays ne réagissent pas. Le laboratoire a été contraint de demander aux spécialistes d’adresser leurs biopsies aux deux autres laboratoires, celui de Malardé et celui du CHPF. La raison est financière.
    En effet, une fois le diagnostic de cancer posé, les patientes ne comprennent pas que la biopsie ne soit pas prise en charge à 100 % du fait qu’on leur ait diagnostiqué un cancer. Par conséquent, les anatomopathologistes se voient l’obligation d’assurer eux-mêmes une partie ou la totalité du règlement des examens effectués en métropole. Porter le diagnostic de malignité sur une biopsie, tout en y intégrant les facteurs pronostiques, a un coût. Une partie est certes remboursée par la CPS, mais il reste 4 200 F à régler, qui sont à la charge de la patiente. Malheureusement, beaucoup d’entre elles ne s’acquittent pas de cette somme due au laboratoire. Aujourd’hui, celui-ci enregistre un taux d’impayés exorbitant. C’est pourquoi les anatomopathologistes ont décidé de renoncer aux biopsies du sein. La conséquence directe est la suivante : au lieu de recevoir leurs résultats d’analyses en 72 heures, les patientes devront peut-être patienter plusieurs semaines. La fermeture du laboratoire d’anatomopathologie est irréversible. Les procédures de licenciement des techniciens salariés sont déjà engagées. 
    Jen. R

        Edition abonnés
        Le vote

        Allez-vous voir Vaiana ?

        Loading ... Loading ...
        www.my-meteo.fr
        Météo Tahiti Papeete