Les braconniers présumés auront droit à un second procès

mercredi 4 mars 2015

Huit et douze mois de prison avec sursis avaient été requis par le parquet, en février, contre deux hommes suspectés de braconnage de tortues et qui comparaissaient devant le tribunal correctionnel. 
En novembre 2014, les fonctionnaires des douanes avaient procédé à des contrôles inopinés à la sortie du port de Papeete. Dans le coffre du pick-up de l’un des deux individus, les agents avaient découvert 40 kg de viande de reptile, puis encore une cinquantaine de kilos à l’occasion des perquisitions effectuées aux domiciles des mis en cause. 
“C’est la première fois que je tue une tortue, je n’en ai jamais revendu, j’ai un salaire plus que confortable, je n’ai pas besoin de cela pour vivre”, avait expliqué à l’audience l’un des prévenus, marin de profession. “C’était pour ma consommation privée, en prévision des fêtes de fin d’année”, avait-il ajouté. Au vu de la quantité importante saisie, le procureur avait, de son côté, insisté sur la “nécessité de sanctionner sévèrement ceux qui en font le trafic”. 

Mais le tribunal n’a finalement prononcé ni peine de prison, ni relaxe, hier. Il a en effet décidé d’organiser un nouveau procès, dont la date n’a pas été fixée. Il a ordonné un complément d’informations au préalable, à savoir une expertise génétique, réalisée en métropole, destinée à déterminer avec certitude l’espèce des tortues qui ont été pêchées. 
Une décision allant dans le sens de ce que souhaitait l’avocat de la défense, Me Robin Quinquis. 

“Il existe différentes espèces de tortue. Certaines sont protégées et d’autres pas. La Direction de l’environnement avait prélevé des échantillons pour faire des expertises, mais le parquet n’avait pas attendu les résultats et avait clôturé le dossier. On ne pouvait pas condamner ces deux hommes sur une simple présomption. Il fallait procéder à un minimum de vérifications pour savoir s’il s’agissait bien de tortues protégées”, explique le conseil. 

Le temps que les analyses soient effectuées et qu’un nouveau procès soit organisé, les deux prévenus bénéficient d’un répit. 

J-B.C.

Le président de "la Polynésie française", des françaises et des français René, Georges, HOFFER 2015-03-05 00:20:00
Ah les "fonctionnaires" des douanes pour ces vulgaires "serviteurs" puisque relevant du service des douances (sic) et non de l'Administration des douanes hohohohohoho
"Mais le tribunal n’a finalement prononcé ni peine de prison, ni relaxe, hier. Il a en effet décidé d’organiser un nouveau procès, dont la date n’a pas été fixée. Il a ordonné un complément d’informations au préalable (...)"
Certainement que le fait que ce marin gagne confortablement sa vie - ce qui peut impliquer bien d'autres considérations encore - aura permis ce nouveau procès. Car AUCUNE vérification n'a été faite pour ma ROLLS-ROYCE Silver Spur que ces mêmes petits serviteurs avaient décrétés d'origne USA... alors que n'importe quel imbécile qui ne serait pas douanier sait très bien qu'une ROLLS-ROYCE de 1987 est d'origine UK hohohohoh rollstahiti@gmail.com
      Edition abonnés
      Le vote

      Le Kitesurf :

      Loading ... Loading ...
      www.my-meteo.fr
      Météo Tahiti Papeete