Habillage fond de site

Bannière sur-titre PI

Les caricatures de l’artiste Nilo font le buzz sur Facebook

mardi 12 septembre 2017

nilo

Huit portraits de la quarantaine d’artistes croqués par nilo. (© DR)

Si vous aimez les artistes et si vous avez un compte Facebook, vous n’allez pas les rater. Eux, ce sont les buddies, des caricatures réalisées par nilo Gima, un architecte de métier, artiste, installé depuis 20 ans au fenua.

Face au succès virtuel de ces buddies, Il serait intéressant d’en savoir un plus sur ce croqueur de société au trait si particulier.

“Graphiste, musicien, je suis un peu tout cela. J’ai commencé tout en même temps, à Paris, pendant mes études d’architecte”, confie nilo. “Je faisais de la musique dans le métro et dans les clubs de jazz le soir. Je travaillais également pour un magazine musical, L’Affiche. Cela fait 30 ans  et j’en ai bientôt 50. Je suis au fenua depuis 20 ans mais j’ai arrêté de faire architecte, j’en ai eu marre de faire couler du béton dans le lagon, même si architecte est le seul métier dans lequel j’ai un diplôme. Je fais des affiches pour des amis, parfois pour d’autres mais ici, concernant l’illustration, les gens ne comprennent pas qu’un dessin coûte de l’argent, que c’est un vrai travail. Ils ont l’impression qu’on fait cela juste pour s’amuser”,  explique l’artiste.

Celui-ci dessine beaucoup car “cela m’évite de trop m’énerver”, confie-t-il. Pour cela, il n’hésite pas à croquer l’actualité locale, nationale et internationale.

Ses caricatures, ses portraits, il les appelle buddies, ce qui signifie “potes” en anglais. “C’est un mélange d’amis, de connaissances. On a la chance de pouvoir tous se rencontrer, même si on ne fait pas la même musique”, reconnaît l’intéressé. 

C’est nilo sans “n” majuscule, “il n’aime pas ça”.  Il est aussi musicien dans le groupe de jazz, The Q. “Cela m’est venu comme cela, je me suis lancé et plusieurs ont partagé leur portrait sur leur profil Facebook, cela a fait un peu le buzz”, continu nilo.

Une quarantaine d’artistes ont été croqués par le coup de crayon caractéristique de nilo, dont trois femmes seulement, comme l’a fait remarquer une internaute. “Oui, peu de femmes. C’est comme les enfants, j’ai un peu de mal. J’ai un trait un peu brutal, sec. Et, mon côté gentleman m’interdit de souligner leurs défauts (rires). Quand je dessine une femme en BD, je suis dans le fantasme. Lorsqu’il s’agit de vraies personnes, il faut faire attention. Les hommes, eux, font moins attention à leurs images”.

 

Une quarantaine d’artistes caricaturés

 

Ses buddies, il les propose en tirage papier à petit prix, seulement pour faire ses gammes de dessins quotidiens. “Je dessine vraiment beaucoup et je cherchais des visages à transformer de manière plus graphique.”

nilo peut vous croquer, si vous le souhaitez, même si : “ce n’est pas un but dans la vie . Mon truc ce n’est pas d’être portraitiste ou caricaturiste, mon but, c’est de travailler l’imaginaire. Mais si les gens ont envie d’être surpris oui, encore une fois, c’est le visage que moi je vois, ce n’est pas le visage exact de la personne”, explique l’artiste, surpris que chacun se soit reconnu.

Parmi ses préférés,se trouvent les portraits d’Aroma et Mano Salmon des Tikahiri.

“Ils ont des visages tellement forts, qu’il était presque difficile de ne pas  arriver à les dessiner”, exprime t-il.

L’artiste travaille d’après photo ou de mémoire, pour croquer les artistes, même “si ce sont en général, les yeux qui font tout le reste”.

Il aimerait faire de la BD – “mais c’est un travail énorme, surtout sans maison d’édition et il faut une histoire formidable.”

L’artiste se laisse cependant du temps. “Je fais les choses tout seul, c’est comme cela qu’on avance.”

Contacté par un fabriquant de t-shirt, Nicolas — son vrai prénom — y réfléchit mais cela  “devra être un produit de qualité et avoir du sens”.

S’il ne fait que portraits d’artistes et pas de caricature politique  c’est parce qu’il ne fait “que les gens que j’aime, pas de temps à perdre”, dira le dessinateur, avant d’envoyer un dernier portrait féminin, fleur à l’oreille, en exclusivité pour La Dépêche de Tahiti. Il n’a pas fini de faire le buzz.

 

Christophe Cozette

Buddies, dessins sur l’actualité, graphisme : nilo’s BOX sur Facebook

 

FEN_CC2_Nilo

L’artiste vu par lui-même.

FEN_CC3_Nilo

En exclusivité pour La Dépêche de Tahiti.

101
0
0

Pavé PI

Edition abonnés
Le vote

C'est la semaine de la mobilité, dans votre quotidien, faites-vous des gestes comme :

Loading ... Loading ...
www.my-meteo.fr
Météo Tahiti Papeete