Habillage fond de site

Les Doctoriales de Polynésie françaises auront lieu du 2 au 4 mai

mardi 24 avril 2018

 

Chaque année, les Doctoriales permettent de récompenser trois doctorants. L’an passé, Hirohiti Raapoto, Gaël Mondonneix et Pierre-Louis Stenger avaient eu ce privilege. (LDT archives)

Chaque année, les Doctoriales permettent de récompenser trois doctorants. L’an passé, Hirohiti Raapoto, Gaël Mondonneix et Pierre-Louis Stenger avaient eu ce privilège. (LDT archives)


La dixième édition des Doctoriales démarrera le 2 mai prochain dans l’amphithéatre A3 de l’université de Polynésie française (UPF). Cette année, 45 doctorants viendront y présenter leurs travaux de recherche. A l’issue de cette manifestation, les trois meilleures présentations seront récompensées.

 

La dixième édition des Doctoriales démarrera le 2 mai prochain dans l’amphithéâtre A3 de l’université de Polynésie française (UPF). Durant deux jours et demi, chefs d’entreprises, décideurs politiques, chercheurs, mais également le grand public sont invités à venir découvrir les travaux de recherche menés par les doctorants polynésiens.

Il s’agit en effet d’une manifestation publique ouverte à tous qui vise à faire connaître au grand public la nature des recherches menées à l’UPF et sur l’ensemble du territoire. C’est également l’occasion pour les jeunes chercheurs de valoriser leurs travaux  et de se faire connaître auprès d’employeurs potentiels.

Archéologie, biologie, droit, informatique, sociologie, écologie,… les thématiques traitées sont variées mais toutes ont une dimension appliquée au développement culturel, intellectuel, scientifique, économique de la Polynésie française. Notons également que chaque année, les doctorants sont nombreux à travailler autour de la perle de Tahiti, de ses propriétés ou des activités qui lui sont liées. Ce sera le cas cette année également avec cinq thèses sur ce sujet.

Depuis l’an passé, Les doctoriales ne sont plus seulement réservées aux étudiants inscrits à l’UPF, mais à tous les doctorants effectuant leurs travaux de recherche en Polynésie française. Sur les 45 doctorants participants cette année à l’évènement, ils seront quatre issus du Criobe : Jeremy Carlot, Nina Schiettkatte, Daphne Cortese et Hendrikje Jorissen ; et une étudiante de l’université de Limoges Sarah Bernard. 

L’école doctorale du Pacifique étant commune à l’UPF et à l’Université de Nouvelle-Calédonie (UNC), des étudiants néo-calédoniens sont invités tous les ans à venir présenter leurs travaux à Tahiti. Ce sera le cas cette année de Lovaina Rochette qui présentera ses travaux sur la langue tahitienne et son apprentissage ; quant à Noemie Coulombier, ellei a axé ses recherches sur une micro algue de Nouvelle-Calédonie qui présenterait un potentiel antioxydant intéressant.

Les étudiants inscrits en 2è et 3è année de thèse auront chacun 20 minutes pour présenter leurs recherches avant de répondre à une série de questions posées par le jury, durant dix minutes. Pour les étudiants de 1ere année de thèse, l’épreuve consiste en la présentation d’un poster, durant cinq minutes.

Pour les étudiants, la manifestation leur permet de s’entraîner à présenter leurs recherches à l’oral, chose qu’ils auront à faire pour leur soutenance de thèse, mais aussi tout au long de leur carrière pour ceux qui se destinent à être chercheurs. Pour beaucoup, ce sera d’ailleurs la première fois qu’ils seront confrontés à ce type d’exercice. Seule petite difficulté propre aux Doctoriales : tous devront faire un effort de vulgarisation dans l’exposé de leurs travaux, car le public présent sera issu d’horizons très différents.

Les meilleures présentations seront récompensées par un jury, composé cette année de 17 personnes issues du milieu de l’entreprenariat, de la recherche, des arts et de la culture…Trois prix seront alors décernés : celui du meilleur poster d’une valeur de 70 000 francs qui sera remis par l’entreprise Robert Wan à un doctorant de 1ere année ; le prix  de la thèse offrant la meilleure perspective de valorisation économique et culturelle, d’une valeur de 100 000 francs remis par Tahiti Fa’ahotu. C’est la société EDT qui  allouera le prix de la meilleure présentation orale d’une valeur de 200 000 francs. Ces deux derniers prix sont d’ailleurs exclusivement réservés aux doctorants de 2è année et plus.

Elénore Pelletier

0
0
0

Pavé PI

Edition abonnés
Le vote

Retraites : Selon-vous, la réforme de la Protection sociale généralisée est-elle nécessaire, même si cela suppose des efforts de tous pour la survie du système ?

Loading ... Loading ...
www.my-meteo.fr
Météo Tahiti Papeete