Les drapeaux australiens en berne

mercredi 17 décembre 2014

Les drapeaux australiens ont été mis en berne mardi à travers tout le pays, en signe de « respect et de deuil » pour les deux personnes qui ont trouvé la mort, dans la nuit de lundi à mardi (heure locale) lors de l’assaut donné par les forces de l’ordre pour mettre fin à la prise d’otages conduite par un extrémiste islamique, a annoncé mardi le Premier ministre australien Tony Abbott.
La mise en berne des drapeaux de cet État d’Océanie, pour la première fois confronté à une action violente de la part d’un militant islamiste, fait suite à l’intervention des forces spéciales de la police afin de mettre un terme à un prise d’otages dans les locaux du Café Lindt de Martin Place, dans le quartier des affaires situé au centre de Sydney.
Cette mesure vient rendre hommage à la « mort tragique » de deux « Australiens innocents qui ont été pris dans le tourbillon de l’horreur, a commenté M. Abbott, qui a aussi tenu à saluer « le courage et le professionnalisme de la police de l’État de Nouvelle-Galles-du-Sud et des autres services d’urgence impliqués ».
Depuis lundi matin, peu avant dix heures (locales), un homme de 50 ans, Man Haron Monis, qui se présentait comme un prédicateur islamiste, avait retenu en otage 17 personnes dans cet établissement.
Au milieu de la nuit, aux alentours de deux heures du matin (locales, GMT+9), les forces spéciales ont donné l’assaut dans ce café, d’où, au cours des minutes et des heures précédentes, plusieurs otages avaient réussi à s’extirper.
Entre-temps, le preneur d’otages avait exigé qu’on lui apporte un drapeau de l’État islamique.
Une violente fusillade à l’arme automatique, accompagnée de violentes explosions, a marqué cette intervention.
La prise d’otages aura duré seize heures.
Outre le preneur d’otages, qui est mort au cours de l’assaut, les deux autres victimes sont le gérant de cet établissement, Tori Johnson, 34 ans et une avocate de Sydney, Katrina Dawson, 38 ans, cliente de ce café.
Le forcené avait affirmé au cours de sa prise d’otages qu’il avait dissimulé des explosifs dans certains endroits de la ville.
La police a depuis démenti ces informations.
Selon les services d’urgence et de renseignement, cet acte a été mené par un individu isolé, par ailleurs connu des services de police dans l’affaire de meurtre de son épouse.
Dans le cadre de cette affaire, cet homme d’origine iranienne bénéficiait d’une mesure de remise en liberté sous caution.
Il était arrivé en Australie en tant que réfugié politique.
M. Abbott a estimé mardi que cette tragédie pouvait être considérée comme une première rencontre de l’Australie avec le terrorisme, dans la mesure où le forcené avait fait ample usage du « symbolisme » de l’État islamique.

Fin octobre 2014, le Parlement australien a adopté un texte de loi autorisant l’annulation des passeports de ses ressortissants considérés comme étant en passe de devenir des « combattants «étrangers » et désireux de se rendre dans des pays théâtres de conflits, notamment au Moyen-Orient.
En Nouvelle-Zélande, le Parlement a adopté une loi similaire le 9 décembre 2014.
« Cette loi intervient en réponse à la menace rapidement évolutive posées par le problème des combattants terroristes étrangers et à la montée du terrorisme international. Elle renforce la sécurité de la Nouvelle-Zélande (…) Les menaces auxquelles la Nouvelle-Zélande est confrontée se sont développées et il est important que nous ayons la capacité d’y répondre », a estimé le Premier ministre néo-zélandais John Key.

Pad

lebororo 2014-12-18 13:21:00
Comme partout, les extrémistes abusent de leurs idées...
Attention sur Tahiti... ☻
      Edition abonnés
      Le vote

      Le Kitesurf :

      Loading ... Loading ...
      www.my-meteo.fr
      Météo Tahiti Papeete