Les écoutes aux domiciles des GIP définitivement annulées

mardi 13 janvier 2015

La cour de cassation, dans un arrêt du 6 janvier, a rejeté le pourvoi formé par les proches du journaliste mystérieusement disparu en 1997, contre la décision de la cour d’appel de Papeete d’annuler le versement au dossier d’instruction d’écoutes téléphoniques réalisées aux domiciles des anciens GIP Tino Mara, Tutu Manate et Léonard Puputauki.
La juridiction a estimé, en dernier ressort, que le juge d’instruction avait insuffisamment motivé la nécessité de faire procéder à la sonorisation des appartements des trois suspects, rappelant l’atteinte aux libertés individuelles que constitue la sonorisation d’un domicile privé. Les trois hommes restent mis en examen pour “enlèvement et séquestration” dans ce dossier.
Entre juin et juillet 2013, les enquêteurs avaient, à la demande du juge d’instruction, fait procéder à l’enregistrement discret de conversations entre les trois ex-tricots rouge. Il en était ressorti des bribes de discussions ou l’on entendait les trois hommes évoquer l’affaire, en dialecte Rurutu. Leur mise en examen avait suivi, notamment pour “meurtre en bande organisée”, un chef d’accusation depuis écarté par la chambre de l’instruction.

Des “quasi-aveux”

Dans un communiqué transmis aux rédactions, le comité de soutien pour la recherche de la vérité sur la disparition de Jean-Pascal Couraud indique que la juge d’instruction Edwige Bit, désignée en remplacement de Jean-François Redonnet, a pris une nouvelle ordonnance de mise en examen à l’encontre de Tino Mara, Tutu Manate et Rere Puputauki, désormais non susceptible de recours, pour “enlèvement, séquestration sans libération avant le 7e jour, suivi de la mort de la victime, en bande organisée”.
Dans leur communiqué, les proches de JPK constatent et regrettent la décision de la cour de cassation d’annuler le versement au dossier d’écoutes “qui contenaient explicitement des quasi-aveux”.
“Pour autant, les mises en examen indiquées ci-dessus devraient donner lieu à une ordonnance de renvoi devant la cour d’assises au cours des prochains mois”, croit savoir le comité de soutien, anticipant sur un procès qui pourrait avoir lieu “dans le courant de l’année 2016”.
“Un nouveau point du dossier pourrait être effectué après une prochaine rencontre prévue avec le juge le 19 février 2015. Une assemblée générale du Comité de soutien sera organisée dans les semaines qui suivront”, conclut le comité dans son communiqué.

Raphaël Pierre

    Edition abonnés
    Le vote

    Le Kitesurf :

    Loading ... Loading ...
    www.my-meteo.fr
    Météo Tahiti Papeete