Les enjeux du scrutin à Papara

    mardi 13 octobre 2015

    Six listes sont inscrites pour ce premier tour des élections municipales partielles à Papara.  Le second tour est prévu dimanche prochain, avec probablement des alliances. Cette semaine, c’est la dernière ligne droite pour les têtes de liste, qui multiplient les réunions de quartier pour convaincre les 7 978 électeurs inscrits en 2014.

    C’est ce dimanche  que les 7 978 électeurs de Papara seront appelés aux urnes pour élire la nouvelle équipe municipale, après l’annulation du scrutin de mars 2014. Pour mémoire, ces élections avaient été annulées suite à un recours déposé par Clément Le Gayic, ancien conseiller municipal de l’opposition. Ce dernier avait dénoncé des dysfonctionnements lors du second tour de mars 2014 et avait obtenu gain de cause. Entre-temps, il a été condamné à un an d’inéligibilité pour non-présentation de son compte de campagne, et ne pourra donc pas se représenter. C’est ce qui explique pourquoi sa liste, Papara to’u fenua, sera conduite par son épouse, Béatrice Le Gayic. Cette liste sera soutenue par le Tahoeraa Huiraatira, de Gaston Flosse. Lors du premier semestre de cette année, Clément Legayic a adhéré le Tahoeraa et a été élu président de la fédération du parti à Papara. Un poste occupé avant par Putai Taae, qui a décidé de mener sa propre liste, A Here ia Papara.

    Sans Bruno Sandras

    L’autre grand absent de ce scrutin est bien évidemment l’ancien maire Bruno Sandras, condamné à trois ans d’inéligibilité dans l’affaire dite des emplois fictifs de la présidence.
    Depuis la confirmation de sa peine, le conseil municipal de Papara s’est réuni en septembre 2014 pour élire un nouveau maire. C’est sa première adjointe, Christelle Lehartel, qui a repris le flambeau jusqu’en juin. En effet, le Conseil d’État venait de confirmer l’annulation définitive du scrutin de mars 2014. Depuis, c’est une délégation spéciale, nommée par le haut-commissaire, qui gère la commune de Papara en attendant l’élection du nouveau conseil municipal.
    Les enjeux du scrutin sont énormes, quand on sait déjà que la commune affiche un déficit de 228 millions de francs. Et pour ce qui concerne les dossiers urgents, le nouveau maire et son conseil municipal auront du pain sur la planche.
    Il y a, bien évidemment, l’équilibre du budget à réaliser, la restauration scolaire — plus de 60 % des enfants des écoles maternelles et primaires ne déjeunent plus à la cantine à cause du prix des repas, jugé trop cher —, la lumière sur la voie publique, le mouvement associatif en sommeil, la reconstruction de l’école Apatea, l’avenir de l’école Tiama’o et bien d’autres sujets qui ne facilitent pas le quotidien des administrés.
    Les six listes sont conscientes de ces enjeux et multiplient les réunions de quartier ces derniers jours pour convaincre les électeurs. Confiants, certaines têtes de liste avancent déjà qu’il n’y aura pas de second tour. Dans le cas contraire, le second tour est prévu le dimanche 25 octobre, avec probablement des alliances. Ce qui est certain, il y a, notamment, comme un parfum de duel entre les pro-Flosse et les pro-Fritch. Le choix final appartient à la population de Papara.

    C.T.

    Listes

    Les six listes enregistrées présentes au scrutin de ce dimanche 18 octobre sont :
    – Papara to’u fenua, menée par Béatrice Legayic,
    – Papara ai’a no te hau, menée par Christelle Lehartel,
    – Tapura ‘amui no Papara, menée par Michel Snow
    – A here ia Papara, menée par Puta’i Ta’ae
    – Tapura amui no Papara, menée par Médéric Tehaamatai.
    – Ha’amaitai ia Papara, menée par Marguerite Bouyer.

    En bref

    Les panneaux d’affichage installés
    Depuis la semaine dernière, les panneaux pour ces élections partielles à Papara sont prêts à accueillir les affiches. Le maire sortant, Christelle Lehartel, a déjà collé la sienne. Le reste des listes en lice ne devrait pas tarder à poser la leur.

    Plus que quelques semaines pour la délégation spéciale
    Nommée par le haut-commissaire suite à la confirmation définitive de l’annulation des élections municipales de mars 2014, la délégation spéciale, qui assure temporairement la gestion de la commune, n’a plus que quelques jours encore de travail à faire à Papara. Sa mission s’arrêtera dès que le nouveau maire et son conseil municipal seront élus.
    Les services du haut-commissariat ont prévu que cela sera effectif à la fin de ce mois-ci.

    Uru pē 2015-10-21 17:20:00
    Sandras n'a fait que creusé les comptes de la communes !!!!! Dehors, à jamais et bon débarras !!! Rien de bon ce ta'ata là !! son héritage, une commune pauvre avec tous les problèmes que nous connaissons : pas de lumière sur la route, la cantine chère, la violence, des écoles à la dérive, plus de camions et de case, plus de truck communal, mauvaise gestion du FIP et des investissements, le budget de fonctionnement élevé.... c'est ça pour vous un bon gestionnaire, un bon maire ???? Rapae !!!!!
    Et ceux qui raconte n'importe quoi, basez vous sur le rapport de la cours des comptes et non pas sur des dires !!! Poiri mā !!!
    alain 2015-10-14 19:30:00
    oui ma copine tu as raison faut pas seulement critiquer Bruno Sandras.Quand ils seront au pouvoir on va voir s'ils seront capable de gérer la commune de PAPARA
    Hirinake 2015-10-14 18:44:00
    Bande d'inutiles va, vivement que tavana Bruno Sandras revienne vite, vous n'etes pas a sa hauteur. Vous passez votre te.ps a le critiquer et vous vous avez fzit quoi dans votre vie.
    Haaviti a hoi mai Bruno i to taua fare oire no Papara.
        Edition abonnés
        Le vote

        Allez-vous voir Vaiana ?

        Loading ... Loading ...
        www.my-meteo.fr
        Météo Tahiti Papeete