Les enseignants du primaire vont toucher 800 euros de plus par an à partir de la rentrée

    mardi 3 mai 2016

    Le Premier ministre Manuel Valls a annoncé mardi une hausse de 800 euros de la prime annuelle des enseignants du primaire, dès la rentrée 2016, disant « assumer » ce choix face aux accusations de clientélisme, alors que la rémunération de certains patrons « explose ».

    Cette hausse de 800 euros de l’indemnité annuelle de suivi et d’accompagnement des élèves (ISAE) pour les 370.000 professeurs des écoles du public et du privé sous contrat était attendue depuis quelques jours, mais le calendrier de la revalorisation restait en suspens.

    L’annonce de Manuel Valls intervient en clôture des deux journées consacrées à la refondation de l’école, point d’étape sur cette loi promulguée en 2013 par le ministre de l’Education d’alors, Vincent Peillon.

    Les enseignants du primaire (écoles maternelles et élémentaires) toucheront donc désormais une prime annuelle de suivi des élèves du même montant que leurs collègues du secondaire, à savoir 1.200 euros brut, soit environ 80 euros par mois en net.

    Les enseignants du primaire notamment, bien que recrutés eux aussi à Bac +5, ont une rémunération inférieure à celle de leurs collègues du second degré, ces derniers pouvant bénéficier plus aisément de primes diverses. Les instituteurs sont par ailleurs relativement mal payés par rapport à leurs homologues des pays européens voisins.

    Le président François Hollande était intervenu lundi en fin de journée. A l’adresse des enseignants, électorat longtemps considéré comme acquis à la gauche et au PS, il avait lancé: « Ayez confiance dans le soutien que les pouvoirs publics vous apportent ».

    Répondant aux accusations de « clientélisme » de l’opposition, le Premier ministre a déclaré mardi « assumer » ce choix, « dans un pays qui voit les rémunérations des patrons exploser », référence implicite au PDG de Renault, Carlos Ghosn, qui pourrait toucher plus de 7 millions d’euros pour 2015 malgré le vote négatif de 54% des actionnaires du groupe automobile.

    La ministre de l’Education Najat Vallaud-Belkacem a rappelé que « la condition enseignante était (son) chantier du moment », après avoir mis en oeuvre plusieurs réformes (des rythmes scolaires, du collège, des programmes, de l’éducation prioritaire etc.) centrées sur l’élève.

    Elle devrait annoncer d’ici quelques semaines des mesures, qui « se traduiront pour tous les enseignants par un mieux-être, qui passe par la rémunération mais pas seulement », a-t-elle précisé lors d’un point presse.

    Les parcours de carrière de l’ensemble du personnel de l’Education sont « en train d’être travaillés, repensés, dans des discussions avec des organisations syndicales, pour faire en sorte qu’on puisse mieux reconnaître le travail des enseignants, leur progression de carrière, et leur engagement », a ajouté la ministre. « Il y des responsabilités particulières que les enseignants acceptent de prendre et qui doivent être mieux valorisées, y compris financièrement ».

    Najat Vallaud-Belkacem a également indiqué travailler à ce que les enseignants soient « mieux soutenus », via par exemple les inspections « qui doivent davantage jouer un rôle d’accompagnement et de conseil ».

    Les Echos évoquaient mardi la possibilité accrue pour les enseignants du primaire d’accéder à l’échelon « hors classe », un grade qui permet de percevoir 500 euros en net de salaire supplémentaire quelques années avant la retraite.

    Agence France-Presse

    MOOREA56 2016-05-08 21:15:00
    Les cadeaux démarrent jusqu'aux élections.......... Ne pas oublier que le premier employeur en France est l'état avec ses 5,5 millions de personnes avec les départements ,les territoires, les POM, . Les Pays qui emploient leur population sont des Pays communistes ,à méditer.,le rouge ne me va pas au teint !!!!
        Edition abonnés
        Le vote

        Allez-vous voir Vaiana ?

        Loading ... Loading ...
        www.my-meteo.fr
        Météo Tahiti Papeete