Les indemnités d’Edouard Fritch devant la commission permanente

    mardi 20 janvier 2015

    Après avoir été le détonateur d’une grosse colère, lors de son refus par la commission des finances de l’assemblée, de la part d’Edouard Fritch, la délibération concernant la hausse des indemnités du président du Pays sera étudiée ce matin en commission permanente, sorte de mini assemblée statuant sur des dossiers de moindre importance entre les sessions administratives et budgétaires.
    Hier, le rapport relatif à la délibération était sans équivoque sur les conclusions assassines de la commission des finances à l’instar de la demande du gouvernement. « Ce projet propose d’aligner l’indemnité mensuelle brute allouée au Président de la Polynésie française sur celle des membres du gouvernement, c’est-à-dire une indemnité qui soit égale au traitement brut afférent à l’indice 684 des agents de la fonction publique de la Polynésie française au lieu de l’indice 380 actuellement. Pour motiver ce projet, l’exposé du gouvernement fait état de « l’interdiction de cumul de certaines fonctions exécutives locales avec des mandats tels que ceux des parlementaires institué par la loi organique n° 2014-125 du 14 février 2014 ». Or, ce non cumul de mandats est sans rapport avec le relèvement proposé qui, en revanche, constitue un retour en arrière moins de deux ans après la mesure de réduction prise en juin 2013. »
    Autrement dit, Gaston Flosse n’a jamais divisé ses indemnités par deux à cause du cumul des mandats dont il était frappé et qui l’y obligeait, mais pour faire acte de contrition envers le peuple. Une version que démentent même les élus Tahoera’a.

    Le rapport poursuit : « Depuis, en 2013, pour montrer l’exemple, notre assemblée a adopté la délibération du 11 juin 2013 précitée afin de réduire de 50 % l’indemnité mensuelle allouée au Président de la Polynésie française (indice 380, soit une indemnité de 378 100 F CFP)  et de réduire de 10 % celle allouée aux autres membres du gouvernement {indice 684, soit une indemnité de 680 580 F CFP). Dans le même esprit et par délibération n° 2013-37 APF adoptée le même jour, le montant des indemnités des représentants à l’assemblée de la Polynésie française a aussi été réduit de 10%. »
    Et le rapport de conclure. « Pour rester en cohérence avec les décisions précédentes qui ont été prises, la commission de l’économie, des finances, du budget et de la fonction publique propose donc à l’assemblée de la Polynésie française de ne pas revenir sur la modification actée au mois de juin 2013 et en conséquence, de rejeter le projet de délibération présenté. »

    En attente des consignes

    C’est donc face à un refus de la part de la commission législative que le gouvernement va défendre, ce matin, sa position.
    Si Marcel Tuihani, président de l’assemblée de Polynésie française, mentionnait sur Polynésie 1ère dimanche soir dernier, sans le claironner, qu’il était “favorable à cette hausse”, la partie n’est pas encore jouée pour autant.
    Les quelques élus (principalement des élues) orange qui composent la commission n’avait hier pas encore reçu leurs consignes de vote.
    “Nous devons en discuter entre nous ce soir”, expliquait l’une d’entre elles. “Nous ne savons pas encore ce que nous allons voter.”
    Dans notre interview la semaine dernière sur le sujet, Édouard Fritch était clair à ce propos. “Si des élus contestent cette demande, je ne peux que m’y plier. Mais je pense que ce qui a pu se passer en commission n’était qu’une erreur d’appréciation. Si ceux qui contestent le fait que le président du Pays soit honorablement payé, il faudra qu’ils justifient de leur rémunération supérieure à la mienne.” Et le président du Pays d’expliquer qu’il goûtait assez peu de se faire donner des leçons en la matière par des élus qui, pour la plupart, exercent leurs premières fonctions politiques.
    Si ce matin, les élus de la majorité devaient finalement voter pour la demande du gouvernement, Élise Vanaa, Alice Tinorua et Sandra Levy-Agami devront alors expliquer le pourquoi de leur vote “contre” en commission puis “pour” en séance.
    En fonction des propos qui seront tenus ce matin, on en saura alors plus sur la future attitude de la majorité Tahoera’a de l’assemblée de Polynésie envers le gouvernement Tahoera’a. Fracture ou rapprochement.
    Enfin, dernière hypothèse, le report de l’étude de la délibération. Hier, un comité de majorité devait se réunir au Tahoera’a pour décider du sort de cette délibération. Marcel Tuihani aurait envoyé un courrier à Édouard Fritch, demandant à ce que celle-ci soit retirée. Un courrier requérant une réponse pour 17 h hier.
    Édouard Fritch n’a pas donné suite à ce courrier et il appartient désormais aux élus, qui restent maîtres de l’ordre du jour des séances, de maintenir ou non la délibération.

    Bertrand Prévost
     

     
     

     

    Combien gagnent-ils?

    Combien gagnent les élus en Nouvelle-Calédonie ?
     
    Président du Gouvernement de la Nouvelle-Calédonie : 838 000 Francs CFP
    Ministre du Gouvernement : 688 000 Francs CFP
    Président du Congrès de la Nouvelle-Calédonie : 653 000 Francs CFP
    Président de Province : 653 000 Francs CFP
    Membre des Assemblées des Provinces et du Congrès : 653 000 Francs CFP
     
    Combien gagnent les élus de Polynésie française ?
     

    Président de la Polynésie française : 378 100 Francs CFP
    Vice-président du Gouvernement : 680 580 Francs CFP
    Ministre du Gouvernement : 680 580 Francs CFP
    Membre de l’Assemblée de Polynésie française : 633 000 Francs CFP
     

    taputu heitiare 2015-01-21 12:19:00
    déjà que le gouvernement cherche des fonds pour tel et tel projet, consistant à faire de meilleurs rentabilités pour notre fenua, vous voulez alors augmenter votre salaire pour votre bien-être, quelle HONTE, franchement, vous ferez mieux de baisser les prix du coût, tout est chère, le carburant, le mazoute, etc..., et même dans les magasins, même les billets d'avion, VOUS VOUS FAITES DU FRIC SUR LE DOS DE LA POPULATION, avec la TVA et la CPS qui n'arrête pas aussi d'augmenter le coût de la retraite salariale,et la population doit encore subir tout çà, je dis HALTE à tout çà, vivez comme un CEPIA, et vous verrez qu'à cause de vos décisions, c'est la population qui subit, GENRE
    Taravana1 2015-01-20 17:29:00
    Président Fritch, je pense que vous avez déjà prévu le scénario suivant :

    Si votre demande d'augmentation est refusée par les élus de l'APF, alors je pense bien que vous n'avez plus rien à perdre et de prendre le peuple à témoin en proposant que l'Assemblée vote la baisse des indemnités de tous les élus, y compris celui du Président de l'AT et des ministres pour les niveler à 378 100f/mois.

    Là on verra l'hypocrisie de ces élus qui ne voudront pas gagner moins!!!

    Cela arrangera le peuple avec toutes ces baisses d'indemnités.
        Edition abonnés
        Le vote

        Allez-vous voir Vaiana ?

        Loading ... Loading ...
        www.my-meteo.fr
        Météo Tahiti Papeete