Les investisseurs chinois sont friands de terres agricoles australiennes

    jeudi 30 juillet 2015

    C’est un sujet qui fait souvent la une en Australie : l’appétit des investisseurs chinois pour les terres et propriétés australiennes. Mais est-ce vraiment le cas ? Si oui, pourquoi les Chinois s’intéressent-ils à ces terres agricoles qui peuvent être arides ? Pour la première fois, c’est la Chine qui est arrivé en tête du classement annuel des investissements étrangers : lors de la dernière année fiscale, les investisseurs chinois ont dépensé 27,7 milliards de dollars en Australie contre 17,5 milliards de dollars pour les investisseurs états-uniens.
    Ces sommes sont globales, elles comprennent notamment l’investissement immobilier, qui représente une grande part des achats. Dans le domaine des terres agricoles, la présence de la Chine est comparable à celle des États-Unis, explique Brian Healey, directeur du secteur agroalimentaire dans le cabinet d’avocats Holding Redlich : « Je ne pense pas qu’on puisse dire qu’ils sont plus présents que les investisseurs états-uniens. Ce qui est sûr, en revanche, c’est qu’il y a nettement plus d’investisseurs chinois intéressés par les terres agricoles australiennes qu’il y a 5, 10, ou 20 ans. Mais la vérité, c’est qu’ils ne sont pas seuls sur ce marché, il y a aussi beaucoup d’investisseurs des États-Unis et d’Europe. » Qu’est-ce qui intéresse les Chinois lorsqu’ils investissent dans des terres agricoles en Australie ? S’agit-il de produire pour nourrir la population ou simplement d’investir ? Voici la réponse de Brian Healey : « Pour les investisseurs des États-Unis, il s’agit surtout d’acquérir de bonnes classes d’actifs. Cet aspect intéresse aussi les investisseurs chinois, mais pas seulement. Comme les bonnes terres agricoles sont en diminution en Chine, et qu’ils voient qu’il y a de bonnes terres et de l’eau propre ici, ils savent que cela peut donner de très bons produits, qui seront populaires chez eux. Ils s’intéressent donc à la qualité de la nourriture. En ce moment, les investisseurs chinois sont très intéressés par le secteur bovin, ils cherchent à acheter des propriétés d’élevage. » Brian Healey précise qu’ils s’intéressent surtout aux meilleures terres, notamment au bassin Murray-Darling, qui est la principale surface agricole du pays – elle s’étend sur une grande partie de la Nouvelle-Galles du Sud et du Victoria. Le gouvernement australien veut réguler davantage l’investissement étranger dans l’immobilier, mais les terres agricoles ne devraient pas être concernées par les changements à venir. Il n’y a pas de limites imposées aux étrangers en matière de surface, par exemple. En revanche, les investisseurs doivent obtenir l’aval de la Commission de révision des investissements étrangers. Aucune demande d’investisseur chinois n’a été rejetée, jusqu’à présent, selon Brian Healey. Vu de Chine ou d’ailleurs, les terres agricoles australiennes apparaissent donc comme un bon investissement. Alors pourquoi les Australiens sont-ils si nombreux à vendre leurs biens ? Pour Brian Healey, il y a trois principales raisons : « Certains fermiers voient qu’il y a de bonnes opportunités en ce moment, qu’ils peuvent avoir de bons retours sur leurs investissements et sur ce qu’ils ont construit en vendant maintenant. Il y a aussi un problème générationnel dans l’agriculture australienne : beaucoup de producteurs ne trouvent personne pour prendre leur suite. Et puis, malheureusement, il y a beaucoup de fermiers qui sont surendettés. »
     
    Radio Australia

     

        Edition abonnés
        Le vote

        Allez-vous voir Vaiana ?

        Loading ... Loading ...
        www.my-meteo.fr
        Météo Tahiti Papeete