Les jeunes riders s’impatientent à Taravao

    jeudi 20 août 2015

    Depuis de nombreuses années, les amateurs des “sports de rue”, tels qu’on les surnomme, réclament un espace digne de ce nom pour pouvoir s’adonner à leur passion sur la Presqu’île.
    Le 11 avril, l’association Positive Riding Vibes organisait, en partenariat avec l’U.P.J., le ministère de la Jeunesse et des Sports, ainsi que la commune de Taiarapu-Est, la première édition de la Tahiti Iti Jam Contest, au skatepark de Taravao, situé à proximité de la baie Phaëton.
    “Malgré le temps, c’était un succès. On a pu faire tout ce qu’on avait prévu sur les deux parties, park et dirt. On compte reconduire l’événement avant la fin de l’année”, précise Tatiana Milbeo, présidente de l’association. Au total, 64 riders, amateurs de BMX, de skateboard et de trottinette — mais également de sensations fortes — ont pris part à l’événement, sans manquer d’attirer l’attention de René Temeharo sur le manque cruel d’infrastructures adaptées.

    “On fait avec les moyens du bord”
    “Les modules mis en place lors de la compétition ont été par la suite retirés par l’IJSPF afin d’être remis aux normes. Aujourd’hui, on n’a toujours pas de nouvelles, alors que les jeunes de la Presqu’île m’en demandent constamment”, confie Tatiana Milbeo.
    Dans l’attente d’un dispositif décent et sécurisé, les jeunes riders ne renoncent pas pour autant à leur passion ; certains ont même apporté sur place des modules fabriqués par leurs soins, la plupart du temps à partir de planches de bois.
    “Pour l’instant, on fait avec les moyens du bord”, raconte Joseph Piu, jeune rider de 22 ans, résident de Taravao, participant bénévolement, et ce, depuis plusieurs années, à l’entretien du terrain de dirt, situé quelques mètres plus haut.
    “On n’est pas très nombreux… On manque de bras !”, ajoute-t-il d’ailleurs à ce sujet.
    “J’essaie de sensibiliser les jeunes, pour faire en sorte qu’ils n’aillent pas traîner sur la route ; d’où l’importance de cette structure que nous réclamons. Si on pouvait récupérer le dispositif mis en place lors de la dernière compétition, ce serait bien. J’espère que ça va bouger”, insiste-t-il, en précisant que, dans le cas contraire, une pétition pourrait être rendue publique dans le courant du week-end.
    De son côté, Tatiana Milbeo renouvelle son soutien aux jeunes riders de la Presqu’île, ne cachant pas sa déception quant aux derniers échos faisant état d’un retour potentiel des infrastructures d’ici le mois d’août… 2016.
    “C’est trop long ! Il fallait juste rénover. Ce n’est pas un skatepark api qu’on demande, même si ce serait l’idéal. Je ne comprends pas pourquoi cela met autant de temps”, déplore-t-elle, songeant autant à la valorisation de la pratique de ces sports qu’à la sécurité des riders eux-mêmes.
    A.-C.B.

        Edition abonnés
        Le vote

        Pour trouver une activité professionnelle, seriez-vous prêt à vous lancer dans l'agriculture ?

        Loading ... Loading ...
        www.my-meteo.fr
        Météo Tahiti Papeete