Les Marquises, ancrées dans les activités traditionnelles

dimanche 18 janvier 2015

L’Institut d’émission d’outre-mer (IEOM) vient de publier sa note expresse sur les Marquises. Basée sur les chiffres de 2012 et 2013, elle offre un panorama sur les conditions économiques de l’archipel. Morceaux choisis.

CP avec IEOM

 

Emploi

En 2012, les six communes des Marquises comptaient 9 261 habitants, soit 3,5 % de la population polynésienne totale. En dépit d’un solde migratoire presque nul, l’archipel bénéficie d’une démographie dynamique : la progression de la population est  de 1,4 % en moyenne annuelle entre 2007-2012, une des plus fortes de Polynésie française.
Comme dans le reste du territoire, le secteur des services emploie la majeure partie des salariés. Le taux de chômage, en forte progression par rapport à 2007 (+16 points), s’établit à 31 % en 2012, soit le taux le plus élevé de Polynésie française (22 % en moyenne). Au total, 1 200 personnes se déclarent au chômage dans l’archipel, soit trois fois plus qu’en 2007.
Au 31 décembre 2013, le nombre d’entreprises recensées aux Marquises s’établit à 1 560, dont 60 % dans le secteur primaire et 8 % dans le commerce et l’industrie.
L’hôtellerie-restauration compte 76 entreprises.

 

Finances

Les communes marquisiennes ont peu de ressources propres ; elles dépendent à 68 % des transferts. Mais, grâce à des subventions structurellement élevées, elles sont largement moins endettées que le reste de la Polynésie : la dette par habitant de l’archipel s’élève à 7 800 francs, contre 13 200 francs pour l’ensemble du fenua.
Le contrat de projets 2008-2014 a contribué 700 millions de francs dédiés principalement aux projets environnementaux tels que l’amélioration des réseaux de distribution. Par ailleurs, 1,9 milliard de francs a été engagé par l’État au travers du 3e instrument financier depuis 2011 et 670 millions de francs ont été réellement consommés sur la période.

 

Tourisme

En 2013, les Marquises ont reçu 10 831 visiteurs, dont trois quarts de croisiéristes, soit 7 % des touristes en Polynésie. 600 à 700 voiliers y font escale chaque année. L’archipel ne compte que deux hôtels classés (dont le taux de remplissage n’excède pas 38 %), et 32 pensions de famille (25 % de remplissage).
L’IEOM explique la faible fréquentation touristique non seulement par l’éloignement et les tarifs, mais aussi par une moindre promotion de la part des acteurs du tourisme. Au chapitre des perspectives d’avenir, avec la mise à l’eau de l’Aranui V au deuxième trimestre 2015, le nombre de passagers passera de 190 à 260, répartis dans 106 cabines contre 66 actuellement. L’accent sera par ailleurs mis sur le haut de gamme avec des suites et cabines de luxe représentant 65 % de l’offre, contre un tiers dans l’Aranui III. L’objectif affiché est d’accroître le nombre de croisiéristes de 35 %, soit 3 000 passagers par an.

 

Secteur primaire

L’économie marquisienne reste ancrée dans les activités traditionnelles : pêche, agriculture, élevage et artisanat.  Les Marquises comptent 838 exploitations agricoles pour un chiffre d’affaires de 320 millions de francs. C’est le coprah qui domine : avec seulement 6% de la surface dédiées à cette production sur l’ensemble de la Polynésie, les Marquises ont produit, en 2013, 20 % du coprah polynésien.
L’élevage de bétail, extensif, ne permet toutefois pas de commerce officiel, en raison de l’absence d’abattoir aux normes.
La pêche côtière est effectuée par 35 navires en 2013, et  reste confinée au marché local.
La flotte marquisienne réalise 12 % de la production polynésienne (384 tonnes). Son rendement marque une forte progression en 2013 : +35 % pour les bonitiers et +20 % pour les poti marara.
Mais le secteur primaire, “en l’absence de véritables filières”, se développe à peine et reste orienté vers l’autoconsommation. Résultat : peu de valorisation des produits et d’exportation vers Tahiti, malgré les dispositifs d’accompagnement du Pays tels que la prise en charge du fret pour les produits agricoles.
Enfin, l’archipel compte 1 594 artisans, 247 entreprises artisanales (dont 28 % consacrées à l’alimentation) et 131 associations d’artisanat, qui écoulent principalement leurs produits lors des manifestations organisées à Tahiti.

    Edition abonnés
    Le vote

    Le Kitesurf :

    Loading ... Loading ...
    www.my-meteo.fr
    Météo Tahiti Papeete