Les Mexicains d’Aquakita et Tahiti Nui Travel signent un contrat commercial de collaboration

samedi 23 mai 2015

Le groupe mexicain Aquakita, premier développeur mondial de parcs aquatiques de loisirs, n’en fini plus de poser ses jalons en Polynésie française. Après la signature, jeudi, d’une convention de participation et d’investissement pour la reprise du golf de Moorea avec construction d’un hôtel et la promesse d’une finalisation à court terme de l’acquisition d’un terrain à Mahina pour la réalisation d’un ambitieux parc aquatique de loisirs, ses dirigeants ont signé samedi matin avec l’homme d’affaire Franck Falletta un « contrat commercial de collaboration » avec l’agence polynésienne de voyage Tahiti Nui Travel.
« Monsieur Falletta, merci de nous intégrer dans votre groupe », s’est réjoui le directeur du développement international d’Aquakita, Rody Sanchez, au moment d’apposer la signature au bas du contrat. « Nous sommes ravis que des groupes viennent ici créer des emplois et sauver des entreprises pour les développer », s’est pour sa part félicité Franck Falletta au terme du traditionnel échange d’amabilités.
« La conjoncture a été difficile depuis quelques années dans le tourisme, ça commence à redémarrer petit à petit, beaucoup d’entreprises étrangères viennent nous solliciter. »

Et le patron de Tahiti Nui Travel de rappeler que la vocation de son groupe est « de promouvoir la destination Polynésie française ».
 
Aquakita intéressé par l’implantation chinoise de Tahiti Nui Travel
 
 « Nous avons investi lourdement pour devenir performants sur la scène internationale, nous avons des agents dans 70 pays, nous avons été agréés par l’État chinois comme agence de voyage labellisée ce qui est très compliqué », poursuit Franck Falletta. « C’est une très bonne opportunité pour nous, et pour Aquakita. »
Le géant mexicain du tourisme compte maintenant sur le savoir-faire de l’agence de voyage locale pour acheminer au fenua une clientèle sud-américaine, américaine ou chinoise, afin d’amorcer la fréquentation à l’international du complexe hôtelier qui devrait sortir de terre « à court terme » et lancer définitivement l’activité du golf de Moorea. L’activité du futur parc aquatique de loisirs promis d’ici deux à trois ans du côté de Mahina devrait, quant à elle, essentiellement reposer sur sa fréquentation par une clientèle plus locale.
 
Liaisons aériennes vers l’Amérique du Sud : accord de principe
 
S’il se vante « d’exploiter 95 % des bateaux de croisière » qui font escale au fenua, et donc de capter ses milliers de passagers, Franck Falletta affirme également « être en train de travailler avec des groupes américains, émirati, chinois », et « surtout en basse saison », pour mettre en place de nouveaux charters aériens vers le fenua. Des discussions en vue de collaborations futures qui pourraient rebondir du côté de l’Amérique du Sud avec le concours de son nouveau partenaire commercial Aquakita. Comme le précise Rody Sanchez, des discussions ont déjà eu lieu avec le PDG d’Air Tahiti Nui qui aurait donné son feu vert pour la mise en place de liaisons aériennes, sous la forme de code-share.
Si la clientèle haut de gamme reste la cible pour le développement du golf, les nouveaux partenaires entendent également démocratiser la destination pour une clientèle latine qui voyage souvent en famille :

« On a envie que les gens voient la Polynésie à son état naturel, son artisanat, sa population, et pas comme ailleurs ou les gens rentrent dans leur hôtel Resort et n’en ressortent pas », explique Patrick Genet, directeur de la société Paradise Parks, émanation locale Aquakita qui sera notamment chargé de la réalisation, toboggans mis à part, du futur parc de loisirs de la côte Est.

« On veut donner de l’authentique, nous avons déjà pris contact avec le centre des Métiers d’art par exemple. En Nouvelle-Zélande tous les hôtels travaillent avec les centres des métiers d’art maori. »
L’intégration d’un village Polynésien dans le projet Mahana Beach et, plus près de nous, le parc aquatique de Mahina pourrait constituer ces points d’ancrage qu’Aquakita et Tahiti Nui Travel souhaitent promouvoir afin de capter plus de ces touristes qui n’ont aujourd’hui guère que les rues de Papeete à découvrir quand ils sont lâchés à Tahiti.

« On veut vraiment créer, ensemble, une forte synergie, martèle Franck Falletta. Pour que la Polynésie soit dans de bonnes conditions de performances, il faut 300 000 touristes par an. Quand le tourisme marchait, il n’y avait pas de problèmes, peu de chômage et chacun mangeait à sa faim. »

Raphaël Pierre

Retrouvez les interviews et les chiffres dans notre édition de mardi.
 

MOOREA56 2015-05-24 09:17:00
J'ai dis "grande vie au golf de MOZ" je viens de voir l'article de " La Dépêche " . Franck Falletta est là: jJe souhaite toujours longue vie au golf de MOZ , mais maintenant je tremble.............................Voir Frank Faletta sur les Hypers Casino ,voir Faletta sur le rachat du SOFITEL MAEVA BEACH....
    Edition abonnés
    Le vote

    Le Kitesurf :

    Loading ... Loading ...
    www.my-meteo.fr
    Météo Tahiti Papeete