Les ministres prochainement en oral face à la majorité

jeudi 13 novembre 2014

Les représentants du Tahoera’a se sont réunis hier à l’assemblée pour étudier le projet de budget 2015. Les élus de la majorité pourraient déposer des amendements. Ce sont les contrats d’accès à l’emploi et le Mahana Beach qui suscitent des interrogations.

La semaine passée, le budget n’était pas encore déposé dans les casiers des élus de l’assemblée de la Polynésie française que déjà, les premières rumeurs d’amendements faisaient leur apparition de la part du groupe Tahoera’a. Principal point de controverse, le projet Mahana Beach. L’ancienne équipe gouvernementale réfléchissait à préparer le terrain pour accueillir la superstructure hôtelière
– à l’heure actuelle toujours sans financeurs – et aurait proposé près de sept milliards de francs d’investissement pour faire le remblai sur la zone. Une somme qui a disparu du projet de budget primitif 2015 du Pays, où se trouvent tout de même le financement de la première tranche de l’assainissement et la préparation des routes.
Hier, la majorité Tahoera’a s’est réunie à l’assemblée dès potron-minet pour étudier ensemble ce budget. Une étude qui va se poursuivre demain matin et qui servira aux élus pour interroger les ministres qui vont défiler tour à tour dans ces mêmes bureaux pour défendre leurs axes budgétaires. Pour l’heure, de source interne au parti, aucun amendement n’est prévu, mais il y a en aura certainement quelques-uns. Certains plutôt techniques, d’autres d’ordre un peu plus politique.

Les CAE et le Mahana Beach en question

Un élu du groupe Tahoera’a nous confiait hier qu’“aucune décision concernant les dépôts d’amendements n’avait été prise. Nous allons entendre chaque ministre la semaine prochaine et ensuite, nous proposerons des amendements si besoin est.”
Le groupe Tahoera’a est surtout en attente d’explications sur deux points. Les contrats d’accès à l’emploi (CAE), prévus dans les finances pour 2015, mais dont une partie, environ 100 millions de francs, semble vouloir être affectée à la formation.
Un élu nous expliquait hier “que le groupe pourrait préférer que la dotation aille exclusivement à l’emploi, puisque c’était une des promesses électorales”.
Le second point, c’est le Mahana Beach. “On va poser des questions à Nuihau Laurey sur le sujet”, expliquait un élu des îles du Vent. “Nous voulons en savoir plus sur les finances mises sur le projet.” Un autre élu de Tahiti poursuivait plus inquiet : “Nous avons parlé du remblai pour le Mahana Beach. Il semblerait que ce soient les Chinois qui vont le financer… Là, je ne comprends pas trop. Pourquoi vont-ils investir sept milliards de francs dans ce remblai pour un projet dont nous ne sommes pas sûrs qu’ils seront les financeurs ? Je suis étonné et sceptique. Seront-ils propriétaires de ce remblai ? On a vraiment beaucoup de questions à poser au gouvernement.”
Les ministres préparent déjà leurs arguments.

Bertrand Prévost

Lire aussi l’interview de Virginie Bruant, représentante Tahoera’a
 

VISITE PRÉSIDENTIELLE – Édouard Fritch veut parler de l’emploi avec François Hollande

Le président du Pays, Édouard Fritch, accompagnera le président de la République dans les prochains jours en Australie, à l’invitation de l’Élysée et ira ensuite à Nouméa, le 17 novembre, où François Hollande doit s’exprimer devant les représentants des pays de la Communauté du Pacifique (CPS).
Pour Édouard Fritch, qui s’est exprimé sur ce voyage, hier matin, en marge de l’inauguration du tunnel de Punaauia, “depuis deux ans, nous travaillons avec l’État, nous avons de bonnes relations au Parlement et qui vont jusqu’au gouvernement. Ce n’est pas un événement nouveau, cela fait quelque temps déjà qu’on a une bonne oreille du côté de l’État. Je n’ai pas pu exposer, lors de ma dernière visite à Paris, les difficultés tant sur le plan financier que social que nous connaissons ici, j’aurai une petite chance de discuter avec François Hollande, mais je ne sais pas quand et comment. L’emploi sera le dossier prioritaire que j’évoquerai et derrière la défiscalisation, le plan social de la solidarité en Polynésie française. Ce sont toujours les mêmes sujets, il n’y a pas plus urgent que de régler le problème de l’emploi dans notre pays.”

Cyr.C.

      Edition abonnés
      Le vote

      Le Kitesurf :

      Loading ... Loading ...
      www.my-meteo.fr
      Météo Tahiti Papeete