Les orientations de Tea Frogier sur la PSG

    vendredi 12 juin 2015

    Hier, à l’assemblée de la Polynésie française, on a parlé chiffres. Toute la journée, le collectif budgétaire s’est imposé à Tarahoi, jusque tard dans la nuit, bien après le défilé de la Fashion Week qui s’était installé pour une fois dans le hall de Tarahoi.
    Mais avant de s’étendre sur les aménagements du budget voté en fin d’année dernière, les élus ont eu une séance de questions orales qui a ouvert des prises de positions du gouvernement sur de nombreux sujets.
    Un des points le plus fragile qui intéresse toute la population, c’est l’avenir de la Protection sociale généralisée (PSG). De la couverture maladie aux retraites, le compte à rebours est lancé pour sauver un système qui s’enlise à cause de la crise économique qui ne permet pas le redémarrage de l’emploi, mais aussi de la balance démographique du pays avec une population de retraités qui grandit.
    Interrogée par Michel Buillard sur le calendrier des travaux concernant la protection sociale généralisée, la ministre de la Solidarité, Tea Frogier, a donné ses orientations. Des choix qu’elle aimerait voir réalisés dans le consensus, avec les professionnels de santé, les syndicats et les élus. “À défaut”, a-t-elle prévenu d’un ton décidé, “le gouvernement légiférera”. “Au regard du poids respectif que représentent les retraites et la maladie dans les dépenses de la PSG, soit 85 %  des 112 milliards, il a été jugé nécessaire de concentrer, dans un premier temps, les travaux sur les retraites tranche A et tranche B, la maladie et le schéma d’organisation sanitaire”, a expliqué la ministre hier.

    Une branche maladie universelle

    Concernant les retraites tranches A et B, malgré des actions menées récemment, de nouvelles décisions doivent être prises. Tea Frogier a développé plusieurs axes, hier. Outre les ajustements techniques concernant le Fonds pour l’amortissement du déficit social (Fades), la ministre prévient les élus et la population sans trembler. 
    “Augmentation inéluctable du taux de cotisation (…) ; détermination d’un nouveau salaire moyen de référence ; modification de l’âge de départ pour bénéficier du taux plein ; allongement de l’âge légal de départ à la retraite de 60 à 62 ans ; allongement de l’âge minimal pour un départ à la retraite anticipée ; augmentation du nombre d’annuités pour bénéficier du taux plein.” Jeudi prochain, la ministre mènera la première réunion de concertation sur les retraites. 
    À propos de l’assurance-maladie, là encore, la ministre a aussi quelques pistes qu’elle souhaite développer avec les partenaires sociaux. Mettre en place un régime de branche maladie universelle qui regroupe les trois régimes (RGS, RNS et RST). Une démarche qui devra être accompagnée par un plan plus large qui devrait naître du schéma d’organisation sanitaire que Patrick Howell, ministre de la Santé, peaufine.
    Des décisions et des discussions, précise-t-elle, “appelées à être soumises, dans un second temps, à l’arbitrage du gouvernement”.
    Le gouvernement semble vouloir – enfin – prendre la mesure de la crise sociale et sanitaire qui attend la Polynésie française en cas d’effondrement de la PSG. 

    Bertrand Prévost

    Lire l’intégralité de notre dossier dans notre édition du jour ou au feuilletage numérique.

        Edition abonnés
        Le vote

        Allez-vous voir Vaiana ?

        Loading ... Loading ...
        www.my-meteo.fr
        Météo Tahiti Papeete