Les Polynésiens solidaires de tous les Français

    jeudi 19 novembre 2015

    Hier matin, au Palais des congrès de Paris, en hommage aux victimes des attentats, plus de 3 000 maires de France et d’outre-mer, ceints de leur écharpe tricolore, ont entonné La Marseillaise avec le président de la République, le Premier ministre et quatre ministres, ainsi que le président de l’Association des maires de France, François Baroin. La délégation des maires de Polynésie française s’est particulièrement associée à cet hommage.
    Privée de congrès Porte de Versailles par mesure de sécurité, l’Association des maires de France (AMF) a cependant tenu à réunir des élus au Palais des congrès de Paris. Durant la matinée, plusieurs sujets ont été abordés, notamment ceux ayant trait aux implications et responsabilités du maire dans des situations critiques comme celle que vient de connaître la métropole.
    Lors du débat qui a précédé l’arrivée du chef de l’État, la délégation polynésienne est intervenue pour affirmer avec fermeté son indéfectible attachement à la France, sa compassion envers les victimes et son approbation des mesures de sécurité envisagées par le président de la République et son gouvernement.

    “Fierté d’être français”

    C’est Tearii Alpha, le maire de Teva i Uta, qui a pris la parole à cette occasion : “Cyril Tetuanui, président du Syndicat pour la promotion des communes, m’a demandé d’intervenir au nom de la délégation des maires, au nom du gouvernement de la Polynésie française, que je représente indirectement, ici, pour réaffirmer toute notre compassion et notre fierté d’être français. Français dans ces moments difficiles, Français d’outre-mer appartenant à la République et surtout notre solidarité sans faille face à tout ce qu’aujourd’hui Paris et la France viennent de vivre. Nous rendons aussi un hommage à toutes les victimes.”
    Le maire de Teva i Uta a également évoqué l’avenir de la France qui préoccupe les élus polynésiens : “À notre avis, nous, ultramarins de Polynésie française, la France ne réussira pas sans un lien fort avec les outre-mer et nous souhaitons une nouvelle gouvernance qui ne soit plus basée sur des catégories juridiques dans la Constitution, mais sur un potentiel qu’il faut absolument développer pour la France et avec les Polynésiens.” Cette intervention, la seule d’ultramarins, a été longuement saluée par la salle entière.
    Le vice-président de l’AMF, André Laignel, a clos la réunion par un vibrant discours pour la défense de l’institution des maires, des 36 500 maires et les 550 000 conseillers municipaux tous bénévoles. Le thème a été repris plus tard par François Baroin face à François Hollande, histoire de souligner une fois encore que la réforme territoriale ne saurait se faire n’importe comment et surtout sans l’avis des autorités locales.
    À la tribune se sont ensuite succédé le président du Sénat, Gérard Larcher, la maire de Paris, Anne Hidalgo, qui a fait un discours tout en sensibilité, puis François Baroin qui a assuré le président de la République que tous les maires, les “fantassins de la République”, seraient unis dans la lutte contre les actions djihadistes. Pour sa part, François Hollande a repris et précisé les mesures qu’il a annoncées au congrès de Versailles et celle du conseil des ministres du matin même. 

    De notre correspondant à Paris Ph. Binet
     

        Edition abonnés
        Le vote

        Allez-vous voir Vaiana ?

        Loading ... Loading ...
        www.my-meteo.fr
        Météo Tahiti Papeete