Habillage fond de site

Les programmes de la gauche pour les outre-mer

mardi 10 janvier 2017

Il n’est toujours pas certain que les Polynésiens pourront participer à la “primaire citoyenne” de la gauche, organisée les 22 et 29 janvier, en vue de l’élection présidentielle (lire La Dépêche de Tahiti du 21 décembre 2016).
Au fenua, les deux premiers débats télévisés, prévus le 12 et le 15 janvier, ne seront même pas diffusés sur des chaînes gratuites (TF1, BFM TV et iTélé). La plupart des téléspectateurs devront donc se contenter de la troisième émission, sur France 2, le 19 janvier, à 21 heures. À gauche de l’échiquier politique, plusieurs candidats déclarés, y compris hors primaire, ont pourtant des propositions qui pourraient s’appliquer au fenua.

 

Les candidats à la “primaire citoyenne” de la gauche

Manuel Valls
54 ans, ancien Premier ministre et ministre de l’Intérieur, membre du Parti socialiste

Sur les 53 pages de son programme, il en consacre une demie aux outre-mer, intitulée “Un objectif : l’égalité réelle”. Voici ses propositions :
– “Bâtir l’égalité réelle en impulsant des politiques innovantes. Je présenterai un programme détaillé pour les outre-mer avec des propositions spécifiques pour chaque territoire.”
– “Dynamiser l’emploi et les investissements” en mettant en place un fonds d’intervention en faveur de l’égalité réelle, doté d’un milliard d’euros sur cinq ans. “Il financera une politique d’investissements dans trois secteurs essentiels : l’éducation et la lutte contre l’illettrisme, la gestion de l’eau et la santé.”
– Soutenir les “filières agricoles d’excellence ainsi que la pêche”.
– Simplifier “radicalement” la défiscalisation pour soutenir les entreprises et en particulier les PME.
– Défendre les services publics et la surrémunération des fonctionnaires.
– Donner “davantage de pouvoirs” aux collectivités et les associer davantage dans la diplomatie de notre pays.
– Faire des outre-mer des “territoires pilotes” en matière d’énergie renouvelable et d’économie circulaire.
– Mettre en place une nouvelle politique de continuité territoriale, “rénovée et innovante, conçue avec les territoires”.

 

Sylvia Pinel
39 ans, ancienne ministre du Logement (et notamment de l’Égalité des territoires), présidente du Parti radical de gauche

Sur les 54 pages de son programme, elle en consacre 2,5 à ses “priorités spécifiques pour les outre-mer” :
– Renforcement “très significatif” des moyens de police, de gendarmerie, de douane, de contrôle aux frontières, de justice et d’administration pénitentiaire
– Lutte contre le chômage en fonction du statut de la collectivité. En Polynésie française : “Le soutien à l’emploi assuré par les autorités locales doit être complété par des mesures d’État, comportant notamment le maintien et le renforcement des dispositifs d’aide fiscale à l’investissement.”
– Renforcement des capacités de développement via “un soutien résolu, de niveau national ou européen, aux axes de développement suivants” : développement des énergies renouvelables (éolien, solaire, géothermie) ; soutien aux productions agricoles et agroindustrielles traditionnelles d’exportation ; développement des productions agricoles vivrières, des filières biologiques, de la pêche ; développement de la croissance bleue, par mise en valeur du considérable potentiel représenté par les espaces marins ; soutien à l’industrie touristique ; aide fiscale aux investissements dans tous les secteurs productifs ; soutien à l’économie numérique et généralisation accélérée de l’accès aux réseaux ; développement de la E-santé (télémédecine)

 

Vincent Peillon
56 ans, ancien ministre de l’Éducation nationale, député européen, membre du Parti socialiste

Sur les 62 pages de son programme, il consacre un seul paragraphe aux outre-mer. “Pour ce qui concerne les outre-mer, trois principes guideront mon action : l’égalité réelle, l’adaptabilité, l’insertion régionale, écrit-il. Égalité signifie qu’à population équivalente un même niveau d’accompagnement doit être assuré par l’État. Pour l’adaptabilité, je propose désormais de parler d’adéquation de la République avec sa réalité géographique et historique. Enfin, je veillerai à inscrire le développement des collectivités d’outre-mer dans leurs territoires géographiques.”

 

François de Rugy
43 ans, Vice-président de l’Assemblée nationale, président du Parti écologiste

Sur les 66 mesures de son programme, une seule porte spécifiquement sur les outre-mer, au chapitre du “progrès par la démocratie” : “Afin de tenir compte de la diversité de la République, de reconnaître pleinement l’apport des parlementaires ultramarins dans le processus législatif, et d’en finir avec les lois de programmation sur les outre-mer élaborées par toutes les majorités successives et jamais réellement mises en œuvre, tout texte de loi devra comporter une section fixant ses conditions d’application aux outre-mer.”

Arnaud Montebourg (Parti socialiste), Benoît Hamon (Parti socialiste) et Jean-Luc Bennahmias (Union des Démocrates et des Ecologistes) Pas encore de propositions spécifiques aux outre-mer.

 

Les autres candidats

Emmanuel Macron
39 ans, ancien ministre de l’Économie, président du mouvement En Marche !

Il a publié son programme libéral dans le livre Révolution, sorti fin novembre. S’agissant des outre-mer, il a exposé assez vaguement ses priorités lors d’une tournée en Guadeloupe, en Martinique et en Guyane, le mois dernier (source AFP) :
– Une politique européenne prenant mieux en compte les réalités ultramarines.
– Mettre en place “une égalité des possibles” en prenant en compte les “spécificités géographiques” ou économiques des territoires.
– Investir dans le secteur du tourisme en modernisant “l’outil d’exploitation” et “promouvoir ce secteur pour attirer les visiteurs américains et européens”.
– S’engager pour les énergies renouvelables, la recherche, la formation. “On ne peut pas régler les problèmes de l’outre-mer avec des crédits d’impôts”, a-t-il déclaré.

 

Jean-Luc Mélenchon
65 ans, député européen, fondateur du mouvement La France insoumise

Ce membre du Parti de gauche a choisi de se présenter à la présidentielle en dehors de toute formation officielle. Dans son programme, sur 83 propositions, seule l’une d’elle mentionne spécifiquement les outre-mer, au sujet de “l’égalité réelle”.
Jean-Luc Mélenchon a néanmoins lancé le mouvement collaboratif “La France insoumise” pour compléter son programme. Sur les
39 compilations qui seront publiées d’ici à mars prochain, un “livret” de 12 pages intitulé Les outre-mer, notre chance est sorti en décembre. Plusieurs propositions sont énumérées dans ce document de travail provisoire :
– Instaurer l’égalité pour les outre-mer en faisant “revivre la République partout et pour tous”. Privilégier les échanges commerciaux et non marchands avec les États voisins. Réaffirmer la légitimité des sur-salaires dans les fonctions publiques. Intensifier l’archéologie préventive et prospective pour accompagner l’effort de l’enseignement de l’histoire des territoires outre-mer et de leur environnement géographique. Soutenir l’enseignement des langues et cultures d’outre-mer pour ceux qui en font la demande et mettre en valeur la diversité des patrimoines culturels et linguistiques. Établir un plan d’urgence contre l’illettrisme en s’appuyant sur la méthode cubaine “Yo si puedo”. Permettre le rattrapage dans le domaine de la protection de l’enfance et de la protection judiciaire de la jeunesse (prévention spécialisée dans les quartiers populaires).
– “Lutter contre les féodalités économiques” : “Contrôler le prix des billets d’avion et lancer un audit relatif à la situation oligopolistique du secteur aérien”.
– Développer l’économie de la mer (ce chapitre fera l’objet d’un autre Livret)

 

Yannick Jadot (Europe Écologie – Les Verts), Nathalie Arthaud (Lutte ouvrière) et Philippe Poutou (Nouveau parti anticapitaliste)
Si les thématiques qu’ils défendent (écologie, droits des travailleurs, émancipation des classes populaires, anticapitalisme, etc.) sont transversales, ces candidats ne présentent pas, pour l’heure, de propositions spécifiques aux outre-mer.

 

Marie Guitton

 

1
0
0

Pavé PI

Edition abonnés
Le vote

Samedi se tient l’élection de Miss France. Selon-vous Miss Tahiti sera :

Loading ... Loading ...
www.my-meteo.fr
Météo Tahiti Papeete