Les tavana de Mahina devant les tribunaux administratif et correctionnel

lundi 6 octobre 2014

Il sera fortement question de la commune de Mahina aujourd’hui dans l’actualité judiciaire. En effet, deux dossiers concernant la commune seront étudiés. Le premier concerne l’ancien maire de Mahina, Emile Vernaudon, dans l’affaire de la location d’un terrain sur Orofara à la famille Pomare. La seconde, l’actuel maire de Mahina, Patrice Jamet, qui risque l’inéligibilité pour une histoire de comptes de campagne.

Ce matin, le tribunal correctionnel va devoir étudier l’imbroglio autour du terrain du cimetière d’Orofara. Dans ce dossier Émile Vernaudon est mis en examen pour détournement de fonds publics. Il lui est reproché d’avoir loué, entre 2003 et 2004, à Pascal Pomare, fils de Joinville Pomare, et alors qu’il était maire, deux terrains situés à Orofara pour y implanter un cimetière et un centre d’enfouissement technique. Le souci : l’accusation soutien que les terrains appartenaient au Pays, qui les avait mis à disposition de la commune, ce qu’Émile Vernaudon ne pouvait ignorer, et qu’il ne devait donc rien à personne pour les exploiter.

Le dossier qui devait être jugé en avril dernier avait été repoussé au mois d’octobre pour cause d’élections municipales, Mahina n’ayant alors, techniquement, personne à sa tête.

Ce report avait déclenché la colère d’Emile Vernaudon. « Je veux être jugé aujourd’hui ! C’est quoi ça, j’en ai marre… J’ai cette épée de Damoclès au-dessus de la tête, je veux qu’on en termine… », avait clamé le sheriff

Sur le sujet, il expliquait dans nos colonnes il y a quelques jours de façon plus virulente : « Le cimetière, c’est quoi ? Est-ce que j’ai empoché de l’argent ? On me cherche des poux. J’ai travaillé sur des dossiers qui ont été faits sous le contrôle du haut-commissaire. Pour le cimetière, ça a été décidé par des délibérations qui ont été approuvées, par exemple. Mais ces gens de l’État ne sont jamais convoqués devant le tribunal. »

Les Pomare père et fils (Joinville et Pascal) sont eux aussi poursuivis dans cette affaire pour complicité de détournement de fonds publics. En tout, la mairie de Mahina aurait versé près de 16 millions de Fcfp de loyer au plus jeune. Gilles Tefaatau enfin est également poursuivi pour complicité dans cette affaire en sa qualité de responsable du projet du cimetière de Orofara.

 

Patrice Jamet, inéligible ?

 

A quelques mètres du tribunal correctionnel, le tribunal administratif devra statuer sur l’avenir du Tavana de Mahina, Patrice Jamet. En effet, ce dernier, suite à une décision du

23 juillet, a vu ses comptes de campagne refusés par la CNCCFP (Commission nationale des comptes de campagne et des financements politiques (CNCCFP). La CNCCFP reproche à Patrice Jamet d’avoir financé sa campagne à partir de son parti, Ia Tura o Mahina, mais sans avoir déposé de compte de campagne pour ce que la commission considère comme une association. Un problème de forme en somme, mais qui place Patrice Jamet dans une posture très inconfortable. Ce matin, il défendra sa cause devant le tribunal administratif. S’il n’arrive pas à justifier cette situation, le tavana pourrait être déclaré inéligible et devoir rendre son écharpe de maire. En cas de décision négative le concernant par le tribunal administratif, le maire de Mahina pense déjà à un recours devant le conseil d’Etat.

 

Bertrand Prévost

 

      Edition abonnés
      Le vote

      Le Kitesurf :

      Loading ... Loading ...
      www.my-meteo.fr
      Météo Tahiti Papeete