Les taxis de Tahiti et de Moorea jouent la transparence sur le net

mardi 28 juillet 2015

Depuis quelques jours, les taxis de Tahiti et de Moorea ont leur site Internet et leur page Facebook. Une initiative indispensable pour “tordre le cou aux préjugés selon lesquels tous les taxis sont des voleurs”, explique Bob Carpentier, conseiller technique à la Coordination des syndicats de taxis de Tahiti et Moorea, qui a vu le jour en 2005 pour moderniser la profession. 
“On ne pourra plus dire qu’on arnaque les passagers”, ajoute-t-il. Il n’est en effet pas rare d’entendre combien les taxis sont chers au fenua, et les prix établis à la tête du client. “Avec ces tarifs-là, il est préférable de s’acheter sa propre voiture”, confie Ferdi, 49 ans. 
Comme lui, plusieurs Tahitiens affirment se débrouiller autrement lorsqu’ils sont privés de leur propre véhicule, en empruntant une voiture à la famille ou tout simplement “en levant le pouce”. 
Pour faire la transparence sur leur activité déjà bien encadrée par les autorités, la Coordination des syndicats de taxis a donc décidé, grâce au soutien financier de la Chambre de commerce et d’industrie (CCISM) et de son Président, de publier sur le site taxitahiti.com et sur sa page Facebook un rappel des tarifs officiels, l’emplacement des stations de taxis ainsi que leurs numéros de téléphone, et même les coordonnées de la direction des transports terrestres “pour toute plainte ou réclamation.” 

“Faire le ménage” dans sa maison

On y apprend que la prise en charge coûte 1 000 F, puis le kilomètre est facturé 130 F en journée et 230 F entre 20 heures et 
6 heures du matin. 
Ce à quoi s’ajoutent des frais pour les éventuels bagages, les animaux, etc. Comptez ainsi en journée 1 920 F de l’aéroport jusqu’à la mairie de Papeete, ou 8 660 francs du centre de la capitale jusqu’à Taravao en passant par la côte ouest, selon le site rédigé en français et en anglais pour les touristes, premières victimes des prix gonflés.
Un formulaire de contact a également été mis en place sur le site et les usagers peuvent ouvrir le dialogue sur Facebook. 
“Nous répondrons aussi vite que possible à leurs questions, promet le conseiller technique de la Coordination des syndicats de taxis. On veut être plus transparent.” Face à la recrudescence des plaintes, la profession veut “faire un peu de ménage” dans sa maison. “Les taxis pirates, les sites Internet pas légaux… Si on veut être net et sans reproche, il faut nettoyer tout ça”, affirme Bob Carpentier qui appelle les passagers, en cas de suspicion ou si les prix ne sont pas affichés dans le véhicule, à exiger une facture et le numéro du taxi. “On a déjà réussi à virer les épaves, on avance petit à petit.”

Bientôt une appli sur smartphone ?

S’agissant des tarifs en eux-mêmes, la profession assure qu’elle n’est “pas si chère que ça”, un chauffeur n’atteignant le smic qu’en enchaînant “des journées de 16 heures”, selon Bob Carpentier. 
“En métropole, dans l’Ain par exemple, le tarif au kilomètre est plus élevé qu’à Papeete”, affirme-t-il. En revanche, il reconnaît que la prise en charge est plus chère au fenua, pour répercuter le coût des véhicules. 
À l’avenir, la Coordination des syndicats espère d’ailleurs une détaxe complète pour pouvoir renouveler son parc automobile et pense avoir trouvé en Édouard Fritch, le président du Pays qui l’a rencontrée récemment, “une oreille attentive”. 
Une nouvelle loi du Pays autorisant les taxis à embarquer des passagers en dehors des stations est également à l’étude. À ce moment-là, les taxis qui le souhaitent pourront indiquer leurs coordonnées sur le site taxitahiti.com afin de recevoir les appels directs des clients. Un accord pourrait également être trouvé dans les prochains mois avec Vodaphone, pour une application gratuite sur smartphone permettant de repérer et de commander le taxi le plus proche. 

Marie Guitton 

Plus d’informations dans notre édition du jour ou au feuilletage numérique

geronimo 2015-07-29 06:46:00
tout à fait vrai ce que dit PUNU nous avons les mêmes en métropole ou ils vous font des trajets à rallonge pour augmenter la facture .. je plains les étranger la facture doit être lourde pour eux . il faut absolument des contrôleurs pour piéger les chauffeurs de taxis malhonnêtes pour les conduire en justice pour escroqueries
Punu 2015-07-29 04:53:00
J'ai eu l'occasion de prendre plusieurs fois le taxi pour rentrer chez moi, aux mêmes heures pour le même trajet : Aéroport, destination Arue. A chaque fois, les tarifs ont été différents, cela allait du simple au double, dont certaines fois dans des véhicules hors d'âge et non entretenus. Seule, la mise en place obligatoire de compteurs sera le seul moyen de ne plus se faire pigeonner .

Autre problème à régler, respecter les clients surtout les touristes, comme ceux que j'ai dernièrement rencontré, en plus d'avoir payé cher la course, le chauffeur de taxi ne s'est exprimé qu'en Tahitien (encore un qui a tout compris et qui se croit malin).
Le président de "la Polynésie française", des françaises et des français René, Georges, HOFFER 2015-07-28 23:27:00
"une détaxe complète pour pouvoir renouveler son parc automobile", tiens, à part dérogation(s) : une tradition Popolynénézizienne, ça me rappelle cet article du 22 septembre 1999 dans La Dépêche de Tahiti : "Fiscalité territoriale en l'an 2000 DOUANE GRATUITE ?" où j'exposais les violations des accords du GATT et de l'OMC ainsi que du GATS hohohohohohoho
15 ans déjà.... hahahha
Bon courage Bob avec le chef du service des douanes Edouard FRITCH hahhahaha rollstahiti@gmail.com
Zorro 2015-07-28 15:34:00
Il y a meme un taxi BMW X5 couleur vert sombre qui fait taxi. Bonjour la repercution de la prise en charge sur le client.
geronimo 2015-07-28 10:11:00
à quand les UberPop à Tahiti pour casser les prix, être bien servi, taxis propres, etc... mdr je vais me faire crier dessus mais pas grave mdr
      Edition abonnés
      Le vote

      Le Kitesurf :

      Loading ... Loading ...
      www.my-meteo.fr
      Météo Tahiti Papeete