Les trois naufragés de Makemo retrouvés sains et saufs

lundi 19 janvier 2015

Après deux jours de dérive et deux nuits en mer, trois naufragés ont été retrouvés sains et saufs au large de Makemo, aux Tuamotu. L’opération de recherche a été mené conjointement avec des moyens aériens de l’État et maritimes de la commune de Makemo. Elle s’est achevée vers midi avec la découverte, par le Gardian de la marine Nationale, du navire des trois naufragés à l’est de l’atoll de Nihiru, à plus de 45 milles nautiques de sa route prévue. Le bateau et ses passagers étaient portés disparus depuis samedi après-midi.
Les passagers ont finalement été récupérés par l’hélicoptère Dauphin afin d’être conduit à Makemo où ils ont atterri à 13h35 pour y subir une visite médicale. D’après le Centre opérationnel de surveillance, de recherche et de sauvetage en mer de Polynésie (MRCC), l’état de santé des naufragés n’inspire aucune inquiétude.
Un couple de missionnaires, âgé d’une cinquantaine d’années, et un homme d’une soixantaine d’années de la communauté de l’Église de Jésus-Christ des Saints des Derniers Jours s’étaient rendus sur Makemo afin de célébrer un baptême. A l’issue de la cérémonie, ils avaient repris la mer vers 11h30 en direction de Taenga a bord d’un bateau de 26 pieds équipé d’un moteur de 125 ch. Ils devaient normalement atteindre Teanga vers 3h30.
Cinq bateaux de Makemo et de Taenga ont participé aux recherches en coordination avec le MRCC de Papeete. A ce dispositif maritime, il faut ajouter la participation de moyens aériens importants puisque le Gardian de la marine Nationale était sur zone samedi soir avant d’être  rejoint dimanche matin par l’hélicoptère Dauphin de la marine Nationale et le CASA de l’Armée de l’air. Les aéronefs mobilisés sur zone ont ainsi permis de quadrillé un important périmètre de la zone de recherches qui avait été étendue compte-tenu des vents violents qui soufflaient sur la zone concernée.

« Cette opération souligne de manière particulièrement forte la nécessité, pour les navires effectuant des trajets inter-îles, d’être équipés de balises de détresse. L’activation de ces balises permet en effet au MRCC de disposer immédiatement de la position du navire en difficulté, et donc de lui apporter une assistance immédiate. Si le navire retrouvé ce matin avait été équipé d’une telle balise, d’un coût de 50 000 francs Pacifique, les personnes se trouvant à son bord auraient pu être secourues dès samedi soir » rappelle le MRCC.

PM et MRCC
 
 

Louis Bresson 2015-01-20 13:48:00
Les naufragés, après avoir "remercié Dieu", vont sûrement penser à demander pardon à tous ces gens qui se sont inquiété pour eux et passé de longues heures en mer pour les retrouver.
tamaori 2015-01-20 12:38:00
L'église Mormone est la plus riche du monde (Teritoire c'est sûr) elle payera sans problème !!! A moins que !!!
Kaina54 2015-01-20 10:11:00
@ poste 1
- 1heure de vol du Guardian = 700 000 CCP.....sans compter le Dauphin et le Casa.....
- Et ce n'est pas la première fois que cela arrive.. et ce ne sera ni la dernière...
Avec l'indépendance, les naufragées serviront de repas aux requins, car c'est le dernier soucis d'OT pour les populations des îles.
Zorro 2015-01-19 17:48:00
Merci l'Etat de pallier a l'irresponsabilité de nombreux marins du dimanche. Combien le cout de la mission de sauvetage versus 50 000 Xpf pour une balise détresse qu'ils n'avaient pas ( Gardian + Dauphin + Casa)
      Edition abonnés
      Le vote

      Le Kitesurf :

      Loading ... Loading ...
      www.my-meteo.fr
      Météo Tahiti Papeete