Habillage fond de site

Un lézard vert a trouvé sa place sur l’île du lézard jaune

jeudi 10 janvier 2019

 

Agressif avec les autres geckos, le Phelsuma Laticauda n’a pas peur de l’homme, et vient parfois chercher sa nourriture dans les maisons.

Agressif avec les autres geckos, le Phelsuma Laticauda n’a pas peur de l’homme, et vient parfois chercher sa nourriture dans les maisons.

  • Il serait arrivé en Polynésie française, et plus particulièrement à Moorea, au début des années 2000 mais il reste pourtant relativement méconnu.
  • Originaire de Madagascar, le gecko vert à trois taches rouges a colonisé l’ouest de l’île Sœur et a été vu à Tiarei.
  • S’il ne ferait courir aucun risque aux espèces indigènes, son attitude agressive pourrait poser problème.

 

Le lézard vert à la Réunion, le gecko vert à trois taches rouges ou poussière d’or, le gold dust day gecko en anglais, comme son nom le laisse entendre, le Phelsuma Laticauda est un lézard particulièrement esthétique.

Sa robe semble avoir été dessinée par un artiste impressionniste. Pas étonnant alors que les touristes visitant l’île de Moorea immortalisent ce lumineux lézard lorsqu’ils le rencontrent. Et les rendez-vous ne manquent pas car le gecko vert à trois taches rouges n’est pas du genre à être effrayé par l’homme. Il aime d’ailleurs plutôt vivre près des maisons, où il lui arrive d’entrer pour chercher sa nourriture.

« Pas trop farouches »

“J’en ai vus à Moorea. Ils sont trop beaux et pas trop farouches”, explique Tumata, qui a immortalisé un spécimen dans une pension de Haapiti.

C’est à Moorea que le lézard a été le plus observé, au niveau de l’ancien Club Med. “L’ancien propriétaire d’un bar du coin m’avait confié que c’est son épouse qui l’avait amené”, avance un habitant de Moorea. “Il se dit qu’ils sont arrivés à Moorea dans une cargaison de meubles en provenance d’Hawaii, il y a quelques années, et se sont reproduits”, rapporte un autre.

À vrai dire, personne ne connaît la raison exacte de la présence de ce lézard, originaire de l’île de Madagascar.
À la Réunion, il inquiète. “En raison de ses habitats de prédilection, de son agressivité et de son régime alimentaire, ce gecko pourrait avoir des impacts importants sur les geckos endémiques de La Réunion, et particulièrement sur le gecko vert de Manapany (Phelsuma inexpectata). Les incidences potentielles sont : la compétition pour l’habitat et les ressources alimentaires, la prédation et la transmission de maladies”, explique une fiche de la Diren réunionnaise, qui explique par ailleurs que toute introduction de Phelsuma exotique est interdite sur l’île.

La fiche indique également qu’il est protégé à Mayotte mais considéré comme envahissant en Nouvelle-Calédonie. La direction de l’environnement de La Réunion sait également que l’espèce a envahi les Comores, Hawaii mais aussi Moorea.

Pourtant, sur le site de la Diren, en Polynésie française, il ne figure pas parmi les 52 plantes et animaux considérés comme envahissants.

Pas considérés comme envahissants localement

“C’est parce nous n’avons jamais eu de signalement ou d’étude qui le déclarait envahissant. Ce qui est envahissant à un endroit peut ne pas l’être ailleurs. Le miconia est une espèce envahissante ici. Au Pérou, elle est complètement confidentielle dans les forêts où elle se trouve”, se défend un agent de la Diren, qui reconnaît tout de même l’absence de spécialiste en herpétologie (ndlr : science étudiant les reptiles et les amphibiens) en Polynésie française. “Nous avons très peu d’éléments. Les geckos locaux n’ont pas l’air de mal se porter.”

Etudiés par deux herpétologues

En revanche, depuis 2003, deux docteurs en herpétologie se sont penchés sur le problème et ont réalisé des études sur le développement du gecko vert à Moorea : les docteurs Hidetoshi Ota, de l’Université d’Okinawa, et Ivan Ineich, du Muséum d’histoire naturelle de Paris.

“Le Phelsuma laticauda a été observé pour la première fois en 2003, à Moorea, et il est sans doute arrivé sur l’île au tout début des années  2000”, renseigne ce dernier. “Ce gecko est envahissant car il est joli, et les personnes peuvent facilement le transporter volontairement pour l’introduire dans leur jardin. Il ne figure sans doute pas sur la liste des espèces envahissantes car il ne représente pas de danger clairement identifié pour la faune locale.”

Spécialiste des lézards en Polynésie française, Ivan Ineich a recensé huit espèces sur le fenua, appartenant à deux familles, les gekkonidés et les scincidés.

“Contrairement aux autres geckos de Polynésie française, il est diurne et n’aura donc que peu d’impact sur ces premiers. Il est franchement arboricole et n’aura pas non plus d’impact marquant sur les autres lézards diurnes de Polynésie française, de la famille des Scincidae, qui ne sont pas aussi arboricoles”, rassure le spécialiste qui appelle tout de même à la vigilance : “Ce gecko semble agressif vis-à-vis des autres espèces de lézards. Cette espèce n’a pas sa place en Polynésie française car elle est originaire de l’Océan Indien, et les risques de son introduction sur d’autres îles de l’archipel et même d’autres archipels de Polynésie française sont importants. Un autre risque est l’introduction, avec le lézard, de parasites (vers, acariens, bactéries et virus, par exemple) qui peuvent représenter une menace pour les espèces locales, pas uniquement les reptiles.”

“Il occupe actuellement toute la moitié ouest de Moorea, et finalement, son extension sur l’île, bien que réelle, n’est pas aussi rapide que l’on aurait pu supposer. Une étude sur sa répartition actuelle en Polynésie française serait souhaitable”, explique le spécialiste, qui a également observé un spécimen à Tiarei, en 2015.

Avec sa robe digne d’un créateur de mode et son côté social, le gecko vert à taches rouges pourraient susciter la convoitise de certains, tentés de le ramener chez eux. Un facteur de propagation à éviter, d’autant que le fameux lézard profite parfois de l’homme pour voyager. 

 

FC

 

0
0
0

Pavé PI

Edition abonnés
Le vote

Retraites : Selon-vous, la réforme de la Protection sociale généralisée est-elle nécessaire, même si cela suppose des efforts de tous pour la survie du système ?

Loading ... Loading ...
www.my-meteo.fr
Météo Tahiti Papeete