Habillage fond de site

L’histoire du seul guillotiné de Tahiti

lundi 25 septembre 2017

télévision

Un des lieux de tournage de la fiction, vallée de la Fautaua, autour d’un village reconstitué spécialement pour le docufiction. (© DR)


Polynésie 1ère diffusera ce soir, à 19 h 30, un docufiction : Chim Soo Kung, de Canton à Tahiti. Suite à une rixe mortelle, Chim Soo Kung, un coolie, sera condamné à la peine capitale et sera guillotiné le 21 mars 1869. Plus de 150 ans après, sa culpabilité fait toujours débat.

L’événement télévisé de la semaine aura lieu, ce soir, à partir de 19 h 30, dans Patitifa, sur Polynésie 1ère. Un docufiction qui retrace l’histoire de Chim Soo Kung, un coolie, qui sera condamné à la peine capitale, suite à une rixe mortelle. Cette tragédie reste bien connue de tous les Chinois, bien qu’elle remonte à 1869.

“Le tournage a débuté en 2016 et ensuite, nous avons subi les aléas climatiques durant six mois. Tout le monde se souvient encore des fortes intempéries qui sont tombées en janvier. Ce qui  a bloqué le tournage. Ensuite, on a dû chercher un endroit pour construire un village de collies. Dans un premier temps, on pensait pouvoir faire cela à Papeari, mais par la suite, on s’est rabattu dans la vallée de la Fautaua”, explique Sandro Ly, réalisateur.

C’est la société MTH Prod de Benoit Tarahu qui a produit ce film en partenariat avec Polynésie 1ère et l’association Si Ni Tong.

Le financement a été assuré en partie par Si Ni Tong et le Soutien à la création audiovisuelle et numérique (Scan), un organisme du Pays.

“Le plus dur pour nous, ce sont les archives. Il est très difficile d’en trouver. Voilà pourquoi j’ai fait de la fiction autour de dix scènes. Tout a été tourné à Tahiti. Dans le film, il y a des animations, ainsi que des photos, pour illustrer cette période où Chim Soo Kung a été guillotiné, le 21 mars 1869”, poursuit Sandro Ly.

 

Deux voix off dans le film

 

La production a fait appel à deux voix off pour assurer le volet documentaire. Ainsi, Kristell Pendezec a prêté sa voix pour relater le contexte où vivaient les Polynésiens de ce temps-là, et  Jean-Claude Teriierooiterai a été sélectionné pour sa voix grave afin de se mettre dans la peau du cousin de Chim Soo Kung (lire réaction, ci-dessous).

Durant le film, qui dure 52 minutes, les téléspectateurs pourront écouter de nombreuses interviews des personnalités chinoises.

Ce docufiction sera diffusé prochainement sur France O dans sa case documentaire Archipels afin d’être repris sur l’ensemble des neuf stations d’Outre-mer de Première. 

Enfin, Sandro Ly a prévu de présenter le film au comité de sélection du prochain Fifo, ainsi qu’au festival international des films autochtones à Montréal (Canada), durant l’été 2018.

“Le but, ce n’est pas de participer à tout prix à ce concours international mais de monter autre chose de la Polynésie. Le festival de Montréal attire tous les ans au moins 80 à 100 pays, et je pense que je suis le seul Polynésien à y participer alors que la Nouvelle-Calédonie et la France sont présentes”, déclare-t-il.

Le sujet divise l’opinion publique. Certains pensent que Chim Soo Kung est innocent et se serait déclaré volontairement coupable à la place du vrai coupable, afin de préserver la vie des autres coolies chinois.

Pour d’autres, c’est lui, le coupable. Et le châtiment qu’il a eu est mérité. Quoi qu’il en soit, Chim Soo Kung est la seule personne qui a été guillotinée à Tahiti.

De notre correspondant J.H.

 

teriierooiterai

0
0
0

Pavé PI

Edition abonnés
Le vote

Selon vous, quelle troupe remportera le Heiva i Tahiti cette année en Hura Tau :

Loading ... Loading ...
www.my-meteo.fr
Météo Tahiti Papeete