Habillage fond de site

L’homme qui voulait découper sa mère jugé aux assises

lundi 17 juin 2019

L’homme qui voulait découper sa mère a toujours reconnu et revendiqué son geste. Photo : archives LDT

L’homme qui voulait découper sa mère a toujours reconnu et revendiqué son geste. (Photo : archives LDT)


La deuxième session de la cour d’assises démarrera demain par une affaire de viols incestueux sur mineur qui devrait être examinée à huis clos. Il s’agit de la seule affaire de moeurs de cette session particulièrement violente avec quatre affaires d’assassinat, de coups mortels ou de tentative d’assassinat.

• Jeudi 20 et vendredi 21 juin : Il poignarde le nouveau compagnon de son ex

Pour elle, leur relation était terminée. Prosper V. le voyait d’un autre oeil et n’a pas accepté que son ex-petite amie puisse entretenir une nouvelle relation. Le 22 octobre 2017, à Punaauia, l’homme de 34 ans se rend au domicile de son ancienne conjointe et poignarde son petit ami en plein coeur.

Si l’homme de 28 ans décédera, la jeune femme parviendra à échapper à la tentative d’assassinat de son ancien conjoint. Pour cela, Prosper V. est passible de la réclusion criminelle à perpétuité.

 

• Lundi 24 juin : À la recherche de son paka, il tue son oncle d’un coup de poing

22 avril 2017, la gendarmerie est avisée qu’un homme de 54 ans est inconscient sur la terrasse de sa maison à Taiarapu Est. L’enquête révèlera qu’il est décédé suite au coup de poing donné par son neveu, Herehei T., aujourd’hui âgé de 28 ans. Ce dernier, à la recherche de sa boîte de paka disparue, aurait reproché cette disparition à son oncle avant d’en venir aux mains.

Le coup donné par le plus jeune a provoqué la chute de l’oncle qui décédera en raison d’une hémorragie intracrânienne due au choc de la tête sur le sol. Pour violence volontaire ayant entraîné la mort sans intention de la donner, Herehei encourt 15 ans de réclusion criminelle.

 

• Mardi 25 et mercredi 26 juin : Par vengeance, il veut découper sa mère

Les jurés se pencheront sur la glaçante affaire du “désosseur de Tubuai”, Maui T., un homme de 44 ans animé par un sentiment de vengeance envers sa mère.

En décembre 2016, l’ancien pizzaiolo au crâne tatoué était venu de Tubuai avec une intention bien particulière : assassiner sa mère.

Ce père de trois enfants reprochait à sa mère d’avoir manoeuvré pour lui retirer la garde de deux de ses enfants pour les accueillir chez elle. Les relations sont tendues entre le fils et la mère. Aussi, cette dernière est surprise et inquiète lorsqu’elle l’aperçoit dans le quartier.

Au téléphone, elle en fait part à son nouveau conjoint qui décide donc de la rejoindre. Fort heureusement, il ne se trouve pas très loin et arrive rapidement sur les lieux pour voir son beau-fils, à la carrure d’ancien rugbyman, menacer sa conjointe avec un couteau.

Armé d’une batte de base-ball et d’une chaîne de moto, il parviendra à empêcher le drame avant l’arrivée des gendarmes. L’homme avait également dans son sac, une hache, une scie et un couteau à désosser, et comptait, a-t-il indiqué, accrocher les mains de sa mère sur la porte de la maison familiale, envoyer la tête à son beau-père et le pied à la juge aux affaires familiales.

Selon les expertises, il ne souffrirait pas de troubles ayant aboli son discernement, mais montre plusieurs signes de paranoïa et de schizophrénie, faisant de lui un homme potentiellement dangereux. Il encourt la réclusion criminelle à perpétuité.

 

• Jeudi 27 et vendredi 28 juin : Le cambriolage vire au drame

Le 21 décembre 2016, à Pirae, une femme retrouve son mari inconscient gisant sur le sol. L’homme de 83 ans décédera neuf jours plus tard d’une défaillance cardio-vasculaire lors d’une opération menée pour éviter qu’il ne devienne tétraplégique en raison d’une fracture d’une vertèbre cervicale. Une blessure due aux coups de pied et poing donnés au visage par Lewis O.

Ce jeune homme de 24 ans a été surpris par l’octogénaire alors qu’il était en train de cambrioler le voisin. Pour ce vol accompagné de violences ayant entraîné la mort, le jeune homme encourt la réclusion criminelle à perpétuité.

 

F.C.

 

 

0
0
0

Pavé PI

Edition abonnés
Le vote

Édouard Fritch veut que les personnes hospitalisées après un accident qu'ils ont causé, sous l'empire de l'alcool ne soient pas pris en charge par la CPS. Pensez-vous que ce soit une bonne mesure ?

Loading ... Loading ...
www.my-meteo.fr
Météo Tahiti Papeete