La Ligue contre le cancer a plein de projets

    vendredi 9 décembre 2016

    ligue cancer

    La Ligue polynésienne contre le cancer compte une centaine de membres adhérents et recherche toujours des bénévoles. (© DR)


     

     

    La Ligue polynésienne contre le cancer organise une vente de tee-shirts, demain et dimanche, dans les Carrefour et Champion de l’île. Les fonds récoltés serviront à financer les missions de recherche, de prévention, de dépistage précoce, d’accompagnement et de revendication de l’antenne locale. Entre autres projets, la ligue travaille à installer un mammographe aux Marquises et à participer à la recherche au plan local.

     

     

    Les bénévoles de la Ligue polynésienne contre le cancer se déploieront, demain et dimanche, dans tous les magasins Carrefour et Champion de Tahiti pour proposer des tee-shirts à la vente. Une information qui n’a pas l’air d’avoir une grande importance, et pourtant…

    Ce sont bien les fonds récoltés lors de ces ventes, mais aussi les dons de leurs généreux sponsors, qui permettront à la ligue de mener à bien ses missions comme ses projets. Et le moins qu’on puisse dire, c’est qu’elle est plutôt active à ce niveau-
    là.

    En marge de ses actions menées lors du mois d’Octobre rose, la ligue polynésienne a équipé cette année le service de radiothérapie de l’hôpital du Taaone d’une fontaine à eau, “parce que les patients, en particulier ceux qui ont un cancer de la prostate et de l’utérus, ont besoin de boire beaucoup d’eau avant de faire leur radiothérapie, et ce n’est pas tout le monde qui peut amener deux à trois bouteilles d’eau tous les jours, du lundi au vendredi”, explique Patricia Grand, présidente de la Ligue polynésienne contre le cancer.

    Chaque lundi, mercredi et vendredi matin, les bénévoles offrent également le café et une petite collation aux patients de radiothérapie, afin de créer un lien et un moment d’écoute.

    La ligue a également édité, avec l’aide du Club Soroptimist, des brochures en tahitien, sur le cancer du sein notamment, afin de rendre l’information plus accessible aux locuteurs.

    Et elle n’est pas prête à s’arrêter là. Dès ce mois de décembre, la ligue soutiendra une opération de Noël pour les enfants cancéreux du fenua évasanés en métropole. Elle travaille également à faire installer un mammographe aux Marquises.
    “Suite à notre visite l’année dernière aux Marquises, on s’est rendu compte qu’il y avait 900 femmes de plus de 50 ans qui ne peuvent pas faire leur mammographie facilement, seulement à l’occasion d’évasan à Tahiti”, confie Patricia Grand.

    “Donc le Dr Catteau a commencé à travailler dessus et le coût de l’opération est de l’ordre de 20 millions. L’État est prêt à financer la moitié du mammographe. Nous avons également fait une demande auprès du ministre de la Santé et je pense que ce dossier peut avancer. Ça apportera vraiment un plus pour ces femmes marquisiennes.”

     

    Recherches sur le cancer du sein au fenua

     

    La ligue prévoit aussi de poursuivre l’accompagnement des malades, de renforcer ses campagnes de prévention (lire ci-dessous) et, grande nouveauté et non des moindres, de participer à la recherche. “En France, la ligue finance la recherche à hauteur de 3 milliards de francs”, reprend la présidente de la ligue locale.

    “Ici, on ne finançait pas la recherche parce qu’on n’avait pas assez d’argent. Mais là, ça va commencer à changer. L’année prochaine, la ligue va certainement participer financièrement à des recherches avec Florent de Vathaire et deux autres chercheurs. Ils s’intéresseront au cancer du sein des Polynésiennes en particulier, feront des recherches pour déterminer ses caractéristiques spécifiques et ainsi mieux cibler les traitements.”

    Pour cela, la ligue a donc besoin de votre générosité, ce week-end, pour acheter l’un des 3 600 tee-shirts encore en stock, qui seront vendus au tarif de 1 000 F.

    V.H.

     

    La prévention et le dépistage précoce ne s’arrêtent jamais

    Dans ses missions, la Ligue polynésienne contre le cancer doit assurer la prévention et l’information des malades.
    “On parle beaucoup du cancer du sein, parce que sur 27 000 femmes qui sont en âge de faire des mammographies, c’est-à-dire qui ont plus de 50 ans, seulement 7 000 le font. Donc il y a encore du travail à faire”, explique Patricia Grand, la présidente de la ligue locale.

    “Aussi, le cancer du sein concerne environ 120 à 130 femmes par an en Polynésie. Et sur ces 120 à 130 femmes, il y en a à peu près une vingtaine qui vont décéder, parce qu’actuellement encore, des femmes attendent trop longtemps avant de consulter, parce qu’elles ont peur ou honte, et elles se retrouvent parfois avec des tumeurs énormes.

    Le dépistage précoce, en ce qui concerne le cancer du sein, permet de sauver des vies, des femmes, des mamans, des grands-mères…

    Et aussi réduire le coût des traitements. Plus la tumeur est petite, moins ça coûte cher. La prise en charge d’un cancer du sein peut varier de 700 000 F pour une petite tumeur à une vingtaine de millions lorsque les cancers sont avancés.”

    L’année dernière, la ligue a fait 19 réunions, dans les îles, et surtout à Tahiti. Cette année, elle en a fait moins, avec deux réunions à Raiatea, deux aux Marquises et une à Papeno’o. Elle prévoit donc de faire davantage de réunions d’information, surtout dans les îles.
    “On a en projet d’aller à Ua Huka et aux Gambier, là où nous ne sommes pas encore allés”, poursuit Patricia Grand.

    “Là, on va retourner à Huahine, parce que lors de notre précédente visite, les hommes nous ont demandé de l’information sur le cancer de la prostate. Et on va essayer de développer l’information sur le cancer du poumon aussi, parce que les chiffres ont beaucoup augmenté…”

     

     

    Vous voulez devenir bénévole ?

    patricia grand catteau

    Patricia Grand, présidente de la Ligue polynésienne contre le cancer, et le Dr Catteau, médecin de la ligue. (© archives LDT)

    La Ligue polynésienne contre le cancer compte une centaine de membres adhérents à jour de leurs cotisations, parmi lesquelles on retrouve une vingtaine de membres actifs, voire une dizaine de membres très actifs. La ligue a toujours besoin de bénévoles, que ce soit pour des opérations ponctuelles (comme la prochaine vente de tee-shirts) ou des personnes impliquées auprès des malades.

    Si vous choisissez la deuxième option, il faudra passer par une formation de deux jours avec la psychologue de la ligue et monter un dossier pour être agréé par l’hôpital.

    “Les visites des malades, en particulier, ne sont pas quelque chose de facile. On avait six bénévoles et il y en a trois qui se sont arrêtés parce que ça devenait trop lourd”, informe toutefois Patricia Grand, présidente de la ligue polynésienne.
    “Quand tu vas visiter les patients cancéreux, il y en a beaucoup qui vont te déposer leurs problèmes et leurs angoisses. Souvent, ils sont hospitalisés parce que le traitement est compliqué ou qu’il y a des complications. Et il faut aussi supporter de les voir mourir…

    Les bénévoles qui s’occupent des malades ont donc régulièrement des entretiens avec la psychologue.”

    Quatre nouveaux bénévoles ont suivi la formation et vont bientôt entrer dans le circuit. Si d’autres personnes sont intéressées, elles peuvent se manifester auprès de la ligue.

     

    capture-decran-2016-12-09-a-09-21-26

        Edition abonnés
        Le vote

        Recensement : Êtes-vous prêt à répondre à toutes les questions même intime malgré une garantie de l'anonymat ?

        Loading ... Loading ...
        www.my-meteo.fr
        Météo Tahiti Papeete