L’industrie pharmaceutique fait plus pour améliorer l’accès aux médicaments dans les pays en voie de développement

dimanche 16 novembre 2014

Les principales sociétés pharmaceutiques mondiales font plus d’efforts pour améliorer l’accès aux médicaments dans les pays en voie de développement, avec tout un ensemble de nouvelles initiatives, de changements d’échelle et d’innovations mis en œuvre au cours des deux dernières années. Toutefois, le secteur rencontre quelques difficultés pour réaliser de bonnes performances dans certains domaines importants, selon l’Access to Medicine Index 2014.
GSK est en tête du classement pour la quatrième fois. Ce résultat provient de performances solides dans la plupart des domaines, avec plusieurs pratiques innovantes. Novo Nordisk est le groupe qui a fait le plus de progrès, s’améliorant dans cinq des sept domaines couverts par l’Index. Il a ainsi fait un bond remarquable le faisant passer de la 6e à la 2e place. Sanofi et Pfizer ont chute de manière significative dans le classement.
« Après avoir affiné ce que nous mesurions et comment nous le mesurions, nous sommes maintenant capables de produire une image plus claire des forces, des faiblesses, des progrès et des difficultés du secteur, et de ce qu’implique le fait d’être un leader dans l’accès aux produits pharmaceutiques », déclare Wim Leereveld, fondateur et CEO de l’Access to Medicine Index. « Aucune des sociétés n’est dans le top 5 dans tous les domaines que nous analysons, mais les leaders ont tendance à obtenir de bons résultats dans la plupart de ces domaines, même si c’est avec des accents différents. Celles qui fournissent les meilleures performances innovent de manière constante, et doivent généralement innover dans plusieurs domaines pour maintenir leur position. »
L’Index sur l’accès aux médicaments est une initiative indépendante qui classe les plus grandes sociétés pharmaceutiques mondiales en fonction de ce qu’elles font pour les millions de personnes dans les pays en voie de développement qui n’ont pas d’accès fiable aux médicaments.
Il classe les sociétés dans sept domaines d’activité clés pour l’amélioration à l’accès aux médicaments, notamment la recherche et développement de produits, la facilitation ou la résistance contre les efforts de création de versions génériques de leurs médicaments, l’approche du prix dans les pays en voie de développement, les activité de lobbying et l’éthique du marketing.
« Les sociétés qui disposent des plus grandes parts de marché ne sont pas nécessairement en tête de l’Index. Nous avons constaté que 4 sociétés produisent actuellement 50 % de tous les produits pertinents. Elles sont toutefois disséminées sur l’ensemble de l’Index », déclare K. Iyer, Directeur de la recherche à l’Access to Medicine Index. « Cela signifie que ce qui est déterminant pour le classement des sociétés a moins à voir avec le nombre de produits dont elles disposent qu’avec ce qu’elles font de ces produits et de leur expertise.
Des progrès sur plusieurs fronts. Le secteur a renforcé ses efforts sur plusieurs fronts. Par exemple, il porte une plus grande attention aux facteurs socio-économiques et adapte de plus en plus ses prix en fonction des pays. Depuis 2012, le nombre de produits innovants appropriés aux pays en voie de développement a augmenté de 47. Plus de sociétés expérimentent des business models innovants orientés vers l’accès. Les sociétés accordent un plus grand nombre de licences à des sociétés de pays en voie de développement pour fabriquer et distribuer des versions génériques de leurs médicaments. Par ailleurs, les politiques et activités visant à améliorer l’accès aux médicaments sont de mieux en mieux organisées.
Des performances faibles dans deux domaines. Toutefois, les progrès sont inégaux selon les domaines d’activité pris en compte, le secteur ayant des difficultés à réaliser de bonnes performances dans deux domaines importants.
Tout d’abord, presque toutes les sociétés (18) ont fait l’objet, au cours des deux dernières années, de procédures et jugements relatifs à des infractions aux normes relatives à l’éthique du marketing, à la corruption, ou aux lois relatives à la concurrence. Au cours de la période concernée par l’analyse, des allégations graves de pratiques de corruption ont été portées contre plusieurs sociétés intervenant en Chine. L’affaire concernant GSK, une de ces sociétés, a été réglée après la fin de la période d’analyse et n’affecte par conséquent pas le score de cette société dans l’Index 2014.
Ensuite, les sociétés restent très réticentes en ce qui concerne la divulgation des zones d’application de leur brevet et de la date d’expiration de ceux-ci – informations qui sont très utiles aux acheteurs de médicaments et aux fabricants de produits génériques.
Analyse de la recherche et du développement. La recherche et développement (R&D) est un élément crucial pour l’amélioration de l’accès aux médicaments. L’Index 2014 révèle à quel point la R&D pertinente est concentrée. Cinq sociétés seulement développent 54 % des 327 produits innovants. Toutes les catégories de maladies sont visées, mais plus de la moitié des produits en développement vise 5 maladies seulement: le diabète, les infections des voies respiratoires inférieures, l’hépatite, le HIV/SIDA et la malaria.
Environ 36 % des médicaments innovants visent des maladies contagieuses, qui deviennent de plus en plus importantes dans les pays en voie de développement. Mais les projets visant à rendre ces pays disponibles dans les pays en voie de développement sont limités. Les stratégies de prix applicables à ces produits sont également limitées et accusent un retard par rapport à celles concernant les maladies contagieuses.
Plus de la moitié des sociétés développent des médicaments « pour enfants », tels que des liquides, des pâtes à marcher, des doses pour enfants, ou de nouvelles formulations.
Depuis l’Index 2012, au moins 30 produits innovants visant 11 maladies touchant les pays en voie de développement, ont été mis sur le marché. Parmi ceux-ci :
Un nouveau type de comprimé pour la tuberculose multi-résistante aux médicaments, qui est le premier nouveau médicament pour cette maladie en 40 ans. (Johnson & Johnson)Un comprimé révolutionnaire qui peut soigner l’hépatite C, qui constitue un fardeau important pour les pays en voie de développement. La société a accordé des licences autorisant la distribution de versions génériques du médicament dans plus de 91 pays en voie de développement. (Gilead)« Nos fiches de sociétés identifient un itinéraire sur-mesure pour chaque société afin que celle-ci puisse maximaliser ses opportunités d’amélioration de l’accès aux médicaments. Toutes abordent les questions relatives à l’accès de manières différentes, mais notre analyse montre que toutes les sociétés peuvent faire plus », déclare Leereveld.
 
AFP

      Edition abonnés
      Le vote

      Le Kitesurf :

      Loading ... Loading ...
      www.my-meteo.fr
      Météo Tahiti Papeete