Habillage fond de site

Lionel Rault : “Faire en sorte qu’Air France reste un acteur important”

mardi 14 août 2018

Air France accusait une perte de clientèle de 4,9 % sur le premier semestre 2018. “Ma priorité, c’est d’abord d’être à l’écoute de mes équipes, dit Lionel Rault, les rencontres vont se poursuivre sur le mois à venir avant que je ne me fasse mon opinion de la situation.” (© Caroline Perdrix)

Air France accusait une perte de clientèle de 4,9 % sur le premier semestre 2018. “Ma priorité, c’est d’abord d’être à l’écoute de mes équipes, dit Lionel Rault, les rencontres vont se poursuivre sur le mois à venir avant que je ne me fasse mon opinion de la situation.” (© Caroline Perdrix)


Lionel Rault a pris la semaine dernière la direction d’Air France en Polynésie française, où il succède à Alex Hervet. Après un premier round de rendez-vous fin juillet – notamment avec le vice-président Teva Rohfritsch et avec la ministre du Tourisme Nicole Bouteau, il s’est absenté pour la passation de pouvoirs à son successeur à Fort-de-France, avant de revenir à Tahiti pour rentrer dans le vif du sujet. S’il est trop tôt pour obtenir des réponses sur l’impact en Polynésie des transformations d’Air France-KLM à l’échelle mondiale, ou sur la politique tarifaire de la compagnie, La Dépêche a pu lui poser quelques questions à l’issue de son entrevue avec le haut- commissaire René Bidal.

Quelles sont vos missions et vos priorités ?

Pour l’instant, je suis dans une phase d’écoute avec l’ensemble des personnels, que j’ai commencé à rencontrer. C’est un peu tôt pour répondre : un concurrent vient de s’installer, un autre arrive, la compagnie locale va aussi avoir de nouveaux appareils, tout ça doit être pris en considération, et ma priorité pour l’instant, c’est vraiment d’être à l’écoute des personnels et de nos clients, pour voir quelles sont leurs principales attentes.

Dans ce cadre-là, ma mission est relativement simple : faire en sorte qu’Air France reste un acteur important de la desserte de la Polynésie française.

À partir de là, il conviendra de compléter le plan d’actions commerciales qui existe déjà, pour faire en sorte de vendre un maximum localement. Nous avons, je crois, énormément d’atouts, à commencer par notre personnel. Et puis ensuite, notre produit, notre réseau, notre partenaire Delta qui est très implanté aux États- Unis.

 

Ce partenariat avec Delta fonctionne-t-il bien pour ce qui concerne la Polynésie ?

La destination fonctionne bien aujourd’hui et elle mérite d’être encore développée. Delta permet d’offrir autant de destinations, voire plus, aux Polynésiens et aux Américains, que United. Et Delta a mis la Polynésie dans sa brochure pour les tour-opérateurs, ce qui fait que maintenant, la destination apparaît, ce qui n’était pas forcément le cas avant.

 

La Polynésie française est la seule escale Air France qui a des personnels navigants résidents à Tahiti. Est-ce un atout, ou un problème ?

Nous avons aussi cette particularité, c’est quelque chose de très important. Effectivement, c’est la seule équipe d’hôtesses et de stewards long-courrier qui soit basée hors de Paris. C’est plus qu’un atout, je le considère comme une force. C’est la seule ligne Air France où les hôtesses se changent pour mettre une tenue locale. Ça personnalise le voyage, ça transporte le voyageur en Polynésie avant même qu’il n’arrive.

Le service à bord fait partie de notre ADN, et je pense qu’on peut avoir, entre compagnies aériennes, certaines ressemblances, mais selon moi, le sens du service est une des clés de la différentiation et du choix du client, au-delà de l’aspect tarif.

 

Vous connaissez bien le sujet des taxes aéroportuaires, qui pèsent lourd dans le prix des billets. Allez-vous en débattre avec Aéroport de Tahiti ?

J’ai fait partie d’un service, à Paris, en charge de négocier les redevances aéroportuaires. Chaque délégué est en interface avec ce fameux service, pour faire part des spécificités. S’il y a des programmes d’investissement importants qui sont mis en place par l’aéroport, il faut bien entendu l’intégrer.

Je n’ai pas encore rencontré les responsables d’Aéroport de Tahiti, mais naturellement, la remise en jeu de la concession et les investissements déjà réalisés seront des sujets importants pour Air France, sur lesquels j’aurai un œil attentif et un feedback à donner au bureau parisien.

 

Propos recueillis par C.P.

 

Lionel Rault

Cliquez sur la vignette pour l’agrandir

0
0
0

Pavé PI

Edition abonnés
Le vote

Retraites : Selon-vous, la réforme de la Protection sociale généralisée est-elle nécessaire, même si cela suppose des efforts de tous pour la survie du système ?

Loading ... Loading ...
www.my-meteo.fr
Météo Tahiti Papeete