Habillage fond de site

Livre bleu des outre-mer – Temaru décline l’invitation de Macron

jeudi 28 juin 2018

Plutôt que d’aller à l’Élysée, le président du Tavini huira’atira préfère honorer les morts tahitiens de 1844, a-t-il déclaré hier matin. Oscar Temaru attend du gouvernement d’Emmanuel Macron une vraie discussion sur la décolonisation. (© Caroline Perdrix)

Plutôt que d’aller à l’Élysée, le président du Tavini huira’atira préfère honorer les morts tahitiens de 1844, a-t-il déclaré hier matin. Oscar Temaru attend du gouvernement d’Emmanuel Macron une vraie discussion sur la décolonisation. (© Caroline Perdrix)

Au lendemain de la publication d’un rapport de la chambre territoriale des comptes sur la gestion de sa commune, Oscar Temaru, entouré de son état-major, a reçu la presse pour allumer un contrefeu. L’actualité lui en a fourni le carburant.

Invité par le président de la République à la remise du livre bleu des outre-mer qui se tient aujourd’hui à Paris, suite aux assises de l’outremer, Oscar Temaru a décliné par courrier prétextant de la commémoration des héros morts en 1844 dans les combats qui suivirent l’établissement du protectorat français.

Fixée au 29 juin en réponse à la Fête de l’autonomie depuis plusieurs années, cette cérémonie se déroule à la stèle de Tavararo, après une marche aux flambeaux depuis la mairie de Faa’a. “Cette journée commémorative (…) est surtout une journée de deuil de notre souveraineté confisquée”, écrit Oscar Temaru à Emmanuel Macron. Il termine sa lettre en invitant le président de la République à “accélérer la mise en place d’un processus équitable et effectif d’autodétermination, comme l’indique la résolution de l’ONU en date du 17 mai 2013”.

Pour le Tavini, il est grand temps de mettre fin à la “politique de l’autruche” de la France sur le sujet, alors qu’à l’assemblée de la Polynésie française, “chaque dossier touche à la décolonisation”, d’une façon ou d’une autre.

Il n’attend de toute façon pas grand chose de ce livre bleu, dans lequel il ne voit rien de plus qu’une redite des assises de l’outre-mer de 2009 et “un renouvellement du contrat de projets”. “Ce n’est pas avec ça qu’on va sortir notre pays de l’impasse dans laquelle il se trouve, a-t-il dit. Aller servir de pot de fleurs, ça ne m’intéresse pas.”

 

 

“Négocions directement avec Matignon”

 

Il n’aime pas non plus le vocable “outre-mer”. “Nous ne sommes pas un aquarium ! Nous sommes un pays autonome ! Négocions directement avec Matignon des accords de coopération qui vont dans le sens du développement durable.”

Au premier plan des sujets qu’il souhaiterait aborder avec l’exécutif français, la réforme en profondeur du système éducatif par des méthodes type Montessori, la reconnaissance des langues polynésiennes et l’enseignement de l’histoire locale qu’il estime “déformée”.

Oscar Temaru a moqué l’envergure des projets sélectionnés par les assises de l’outre-mer, leur opposant ses projets électoraux  d’aéroport international aux Marquises ou de tramway entre Atimaono et Mahina. “Ça, c’est un beau projet, et pas besoin d’expulser qui que ce soit.”

 

C.P.

 

mumuvai

0
0
0

Pavé PI

Edition abonnés
Le vote

Retraites : Selon-vous, la réforme de la Protection sociale généralisée est-elle nécessaire, même si cela suppose des efforts de tous pour la survie du système ?

Loading ... Loading ...
www.my-meteo.fr
Météo Tahiti Papeete