Locaux commerciaux à la gare maritime – Vaisseau fantôme cherche équipage

    mardi 22 mars 2016

    La gare maritime de Papeete, inaugurée il y a quatre ans, manque cruellement d’activités. Les locaux commerciaux sont vides et seuls restent le restaurant et les informations touristiques de l’île Sœur.  Le port vient de lancer un appel d’offres, avec des loyers réduits de 20 %, pour tenter d’animer ce lieu, néanmoins, fort fréquenté.

    Recherche locataires désespérément. Inaugurée il y a quatre ans maintenant (précisément le 16 mars 2012 par le président Oscar Temaru, jour anniversaire des 50 ans du Port autonome et du jumelage de ce dernier avec celui de Nouvelle-Calédonie), la gare maritime, à l’architecture moderne, aux allures de pirogues, fait tout de même un peu vide. C’est le moins que l’on puisse.
    Afin de trouver des locataires pour les boutiques du 1er étage (au nombre de huit) et les près de 1 000m2 de bureaux au second, le Port autonome a lancé, dans la presse écrite, un appel d’offres “à la location de locaux situés à la gare maritime de Papeete”, dont les dossiers étaient à retirer au plus tard hier pour un dépôt des offres fixé au 31 mars.
    Hormis le Te va’a tere (le restaurant du 1er étage) et le bureau d’accueil du GIE tourisme Moorea situé en haut des marches, aucune animation.
    “Il n’y a rien à faire. Il n’y a pas d’activités, il n’y a pas d’accueil et il manque de bancs”, explique cette résidente de Moorea, qui souhaite garder l’anonymat.
    À quelques mètres d’elle, Jeffrey, lui aussi de Moorea, n’en pense pas moins.
    “Je trouve dommage, dit ce jeune homme, qu’on n’utilise pas tous ces magasins, ces bureaux. C’est de l’argent jeté par terre.”
    Sandy, agent touristique pour Moorea, fait tout son possible pour vanter les mérites de son île, quitte à aller courir derrière les touristes.
    “Les gens s’ennuient”, même pas de quoi pouvoir passer un coup de fil pour son hôtel ou son prestataire de services, s’emporte-t-il.
    Seul animateur de cette coquille vide, Sandy risque de quitter le navire à la fin du mois. En effet, ce stand est amené à être reloué et le GIE Tourisme souhaite s’y installer mais le GIE Moorea souhaite y rester.
    Seule une des boutiques attenantes à la société Aremiti semble reprendre vie, puisque louée récemment… par Aremiti.
    Joseph, le gérant du Te va’a Tere, met beaucoup d’énergie depuis l’ouverture de son restaurant pour tenter de dynamiser son
    affaire.
    “On se bat pour trouver des animations, mettre de l’ambiance et de la musique, on ouvre plus tard”, précise-t-il au téléphone, mais, même s’il attend beaucoup de cet appel d’offres pour donner de la vie à ce vaisseau fantôme, l’homme semble lassé, comme ces résidents de Moorea qui n’ont rien à faire.
    Hormis la gestion des ordures, le port n’offre aucune prestation particulière, mais son loyer de 700 000 F mensuel n’a pas bougé.
    Tout comme les grands écrans qu’il a installés dans son restaurant, qui restent désespérément vides de tout programme.
    Une bonne nouvelle semble cependant actée : les prix baissent au fenua.
    “Nous avons donc revu nos loyers en conséquence afin de se retrouver à peu près au niveau du marché et ce sont ceux-ci présentés dans l’appel d’offres”, commentait vendredi dernier, Boris Peytermann, directeur général du Port autonome lors de l’inauguration de la nouvelle grue de Sat Nui (lire La Dépêche de Tahiti du
    19 mars 2016).
    “Globalement, nous avons baissé les tarifs de 20 %”, déclare Boris Peytermann, qui faisait là sa première sortie médiatique. Cela suffira-t-il à attirer le chaland ? On ne peut que l’espérer, histoire de donner un peu de vie, à ce lieu qui en manque cruellement. K

    Christophe Cozette

     

    Boris Peytermann Directeur général du Port autonome : “Globalement, nous avons baissé les tarifs de 20%”

    “Tout d’abord, un historique rapide. Au moment où nous avons ouvert la gare maritime, nous avions prévu de louer ces bureaux qui ne devaient pas être accessibles au public mais servir de lieu de stockage. Mais la demande du marché tendait vers des lieux censés recevoir du public, nous avons donc dû refaire des travaux complémentaires pour les mettre aux normes. Il y a une année, nous avons discuté durant plus de six mois avec des clients potentiels dont le ministère du Tourisme, même pour la surface totale de
    1 000 m2. Nous avions des offres sérieuses mais rien ne s’est concrétisé. Nous avons donc revu nos loyers à la baisse afin de se retrouver à peu près au niveau du marché et ce sont ceux-ci présentés dans l’appel d’offres. Nous avons également baissé les tarifs des boutiques situées au 1er étage. Globalement, nous avons baissé les tarifs de 20 %. Par le passé, nous avons choisi de privilégier le mieux disant. Dorénavant, avec ces loyers en baisse, c’est le meilleur projet qui sera retenu.”

    LEPETANT 2016-03-24 19:08:00
    Voilà ce qui arrive lorsque notre Administration se mêle de faire du business. Nos fonctionnaires sont tellement nuls que, même s'ils ouvraient un casino, ils feraient faillite.
    vaia 2016-03-23 14:24:00
    Trop grand, trop gourmand et trop nul,
    même pour prendre le bateau ( monter et descendre) nul!!!
    encore de l'argent GASPILLER
    AVEC DES LOYERS COMME CELA!!!! Personne n'osera!!!
    Franck 2016-03-23 11:05:00
    Pour 50.000 cfp je veut bien prendre une surface et être ouvert 7/7 et employé 2 personnes. après un an d''exploitation ont peut revoir le coup du loye .voilà pour moi messieurs mettre 560.000 cfp non..pour un petit patenté d''art polynésien .
    Pauline 2016-03-23 10:29:00
    "N̤o̤ṳs̤ ̤a̤v̤o̤n̤s̤ ̤d̤o̤n̤c̤ ̤r̤e̤v̤ṳ ̤n̤o̤s̤ ̤l̤o̤y̤e̤r̤s̤ ̤e̤n̤ ̤c̤o̤n̤s̤é̤q̤ṳe̤n̤c̤e̤ ̤a̤f̤i̤n̤ ̤d̤e̤ ̤s̤e̤ ̤r̤e̤t̤r̤o̤ṳv̤e̤r̤ ̤à̤ ̤p̤e̤ṳ ̤p̤r̤è̤s̤ ̤a̤ṳ ̤n̤i̤v̤e̤a̤ṳ ̤d̤ṳ ̤m̤a̤r̤c̤h̤é̤".
    Alors tout va bien, ils vont trouver preneur.... ah non, sauf s'ils ne sont qu'à peu près au niveau du marché. Ils auront un taux de remplissage à peu près.
    C'est pourtant simple : tu te mets au prix du marché, et tu as preneur.
    Si t'as pas preneur, c'est que t'es pas au prix du marché mais au-dessus, sinon le marché serait pris.
    Voilà, je viens de vous donner un DEUG en Economie Gestion en quelques lignes.
    dadi 2016-03-23 09:49:00
    sans compter que tous les commerces alentour ont dû fermer cause de parking et de piétons vu le prix du passage aussi bien à pieds qu'en voiture, les gens désertent cette destination, Moorea est sinistrée à 100%, c'est toute la Polynésie qui coule et les capitaines s'en foutent complètement en s'en foutant plein les poches bien sur!!
    hua veoveo 2016-03-23 09:34:00
    Charpente de toiture gargantuesque , avant on pouvait apercevoir depuis les hauteurs de Papeete et Faa'a la seul grande enseigne lumineuse de la ville celle du Paradise Night, mais des génies Architecturaux et autres Burocrate on en décidé autrement.

    Lieux austère, loyer exorbitant.
    Julien 2016-03-22 17:28:00
    Après 4 ans d'existence, pour de si petites surfaces, vu quand quel état c'est entretenu, ça vaut quand même une réduction à moitié prix, et encore. Il faudrait que lnos obligations fiscales et sociales descendent aussi pour se permettre d'être des locataires intéressés. Franchement, si la vie était restée la même que 2007 si elle était moins chère et plus accessible, je pense que je serai très intéressé.
    yo 2016-03-22 17:22:00
    les politiques qui ont fait construire ont pété plus haut que leurs culs.une gare qui ne sert à rien
    pour prendre le bateau il faut monté les escalier pour redescendre au bateau.c'est ceux qui ont fait ça n'ont pas de cerval parce que
    cerveau t'en a deux au moins.
    Maohi 2016-03-22 13:30:00
    Franchement ils sont trop bons !! Rien que sur les plans ça se voyait à l'époque que c'était trop cher, trop grand, trop haut, trop nul ... comme bâtiment. 4 ans après la fin des travaux, ils s'en aperçoivent !! Ils sont payés combien tous ceux qui se relayent dans cette institution? Pour faire ce genre de connerie ?
    Toki 2016-03-22 13:23:00
    LOL ils me font rire au port autonome. Franchement 560.000 XPF de loyer en sachant que rien n'est prévu par le port sauf la gestion des déchets... ça craind. L'entretien des parties communes, c'est qui qui gère? Ils veulent que ce soit un endroit animé, qu'ils fassent encore des efforts en mettant en place la gestion de l'entretien des parties communes de ce bâtiment au moins, cela pourrait justifier le loyer de 560.000 XPF.
        Edition abonnés
        Le vote

        Allez-vous voir Vaiana ?

        Loading ... Loading ...
        www.my-meteo.fr
        Météo Tahiti Papeete