L’Océanie se penche sur le rôle de la Chine

    jeudi 26 février 2015

    Le rôle grandissant de la Chine dans la région Pacifique est au centre d’un colloque qui a débuté mercredi, dans la capitale samoane.
    Cette conférence, organisée dans les locaux de la jeune université nationale de Samoa, a pour objectif de susciter le débat entre les États insulaires océaniens, sur leur relation avec Pékin. Il s’agit aussi de mieux comprendre le rôle de la Chine dans la région et établir les enjeux sociaux, culturels, économiques, diplomatiques et géopolitiques de la présence chinoise dans la zone Pacifique, à l’horizon 2025.
    Cette réunion universitaire de trois jours rassemble des experts et membres de la sphère académique des pays de la zone, mais aussi de nombreux diplomates, chercheurs et sociologues chinois.
    Selon Tuilapea Sailele Malielegaoi, Premier ministre samoan, le point de vue de Pékin n’a pas suffisamment été entendu ces dernières années pour « rééquilibrer le discours parfois alarmant des médias » concernant le rôle de la Chine en Océanie, et en particulier en Polynésie et en Mélanésie.
    « Nous avons une relation ancienne avec la Chine en tant que peuple, ce sont parmi les premiers migrants qui sont venus ici à Samoa, et maintenant ils font partie intégrante de la société samoane », a expliqué Fui Le’apai Tu’ua Ilaoa Asofou So’o, vice-chancelier et président de la National University of Samoa.
    Li Yanduan, ambassadrice chinoise à Samoa, a souligné le rôle « constructif » que joue son pays dans la région Pacifique : « Les pays insulaires du Pacifique font partie du monde en développement auquel la Chine, en tant que pays en développement lui-même, attache une grande importance (…). Même si la Chine et les pays insulaires du Pacifique peuvent sembler éloignés géographiquement, leurs peuples sont naturellement proches et amis depuis longtemps », a-t-elle dit dans son discours lors de la cérémonie d’ouverture.
    Mais depuis quelques années, le rôle de la Chine s’est intensifié en Océanie, aussi bien sur le plan diplomatique qu’économique. Ce qui nécessite certains réajustements face aux autres bailleurs de fonds, plus traditionnels, comme les États-Unis, l’Australie, la Nouvelle-Zélande, l’Union Européenne ou encore le Japon.

    Flash d’Océanie

        Edition abonnés
        Le vote

        Allez-vous voir Vaiana ?

        Loading ... Loading ...
        www.my-meteo.fr
        Météo Tahiti Papeete