Logement social : le privé s’impatiente au pied du mur

    mercredi 13 janvier 2016

     Après Puna Ora, agréé en décembre 2014, Habitat Polynésien vient de devenir le deuxième organisme privé de
    logement social au fenua. Complémentaires de l’Office public de l’habitat, ces opérateurs visent les foyers à revenus moyens, notamment les jeunes couples actifs qui ont du mal, financièrement, à quitter le nid parental. Mais pour lancer leurs premières opérations, ils dépendent du versement de la contribution du Pays et de la défiscalisation métropolitaine. Puna Ora attend depuis plus d’un an.

    Et de deux ! Un an après Puna Ora (une filiale d’Imagine Promotion), c’est une branche de la Banque de Tahiti, baptisée Habitat Polynésien, qui a été agréée le 28 décembre dernier en qualité d’organisme privé de logement social. En ouvrant le marché, jusqu’alors réservé à l’Office public de l’habitat (OPH), le gouvernement affiche une volonté claire de résorber le déficit de logements sociaux. “La demande est récurrente”, précise Patrice Tépélian, directeur général de la Banque de Tahiti, qui se félicite du “montant très important alloué au logement social dans le budget 2016”.
    Il manquerait plus de 30 000 logements. Mais avant toute remise de clés, les textes doivent être adaptés à ces nouveaux acteurs et les fonds publics débloqués. “Ça fait un an qu’on attend…”, lâche le pionnier Franck Zermati, directeur de Puna Ora. “On a failli arrêter.”
    Les organismes privés, une fois agréés, sont censés bénéficier d’une contribution du Pays d’environ 15 % (selon Patrice Tépélian), et d’une défiscalisation métropolitaine de 35 % pour financer l’acquisition de programmes neufs. “Nous faisons de la location-accession”, détaille le DG de la Banque de Tahiti.

    “On a perdu un an”
    “Nos locataires pourront acheter leur logement à partir de la sixième année de location. Nous répercuterons la défiscalisation sur leurs loyers mensuels et le prix de vente, réduits de 30 % par rapport aux prix du marché.” Franck Zermati annonce par exemple des F2 loués entre 50 et 60 000 F par mois, ou des F3 entre 60 et 70 000 F. Impossible à offrir, sans défiscalisation.
    Sur le papier, Puna Ora a déjà passé les appels d’offres et obtenu les permis de construire pour deux programmes qui seront lancés au premier trimestre 2016 : Terua à Arue (68 logements), et Atea à Faa’a (78 logements). L’opérateur espère débuter cinq autres opérations d’ici à la fin de l’année et projette, en moyenne annuelle, la construction de 300 logements par an pour un budget de 7 milliards de francs.
    “Mais pour avoir l’agrément de Bercy, que l’on attend toujours, il a fallu avoir la subvention du Pays”, souffle le directeur. “Ça a mis un an, donc on a perdu un an.” Franck Zermati reste toutefois “optimiste”, “parce que le Pays a toujours poussé et que l’État nous a soutenus depuis le début”, dit-il. À ses yeux, il s’agirait surtout de blocages juridiques. Le ministre du Logement a préféré ne pas s’exprimer sur le sujet.
    Habitat Polynésien, de son côté, annonce 400 logements par an pour un investissement de 10 milliards de francs. “Certains promoteurs ont déjà les permis de construire, on n’a plus qu’à y aller”, assure Patrice Tépélian. Mais à son tour, lui aussi attend la mobilisation des fonds du Pays, dans l’espoir de livrer ses premiers appartements en août 2017.
    Les organismes privés espèrent aussi l’adoption d’un texte, d’ici fin février, les autorisant à décider de l’attribution de leurs logements et la mise en place d’un guichet unique pour orienter les demandeurs.
    Car si l’OPH s’adresse aux plus bas revenus, les organismes privés, soumis à des contraintes de rentabilité, ne sélectionneront que les foyers qui gagnent entre deux et trois Smig, notamment les jeunes couples actifs qui ne parviennent pas, malgré leur salaire, à “s’envoler” du domicile parental. “Il y a un tel besoin qu’on ne sera pas trop de deux ou de trois”, souligne Patrice Tépélian.

    M.G.

    Une concurrence “saine” sur le marché

    Du logement social pour un public à revenus moyens (deux à trois Smig par foyer), 400 logements construits chaque année pour un investissement de 10 milliards de francs… Habitat Polynésien, qui vient d’être agréé “organisme privé de logement social”, investit le même créneau que Puna Ora, le premier opérateur privé reconnu dès la fin de l’année 2014 et qui prévoit 300 logements par an pour 7 milliards de francs.
    “C’est bien qu’il y ait une concurrence saine, même sur le segment du logement social”, réagit son directeur Franck Zermati, fair-play. “Ça ne peut être qu’un bien pour les locataires et pour la qualité.”
    Pour lancer sa filiale Habitat Polynésien, la Banque de Tahiti s’appuie sur l’expertise de son groupe BPCE, qui gère un parc de 210 000 logements sociaux en métropole. Surtout, c’est une banque : “Dans cinq ans, on pourrait avoir construit 2 000 logements, c’est-à-dire avoir investi 50 millions de francs”, explique Patrice Tépélian, le directeur général. “Il faut avoir les assises financières suffisamment importantes pour s’inscrire dans la durée. Nous, on est bankable.”
    “Bien évidemment, la BPCE, ce n’est pas rien”, reconnaît Franck Zermati. “Mais nous bénéficions de l’expertise d’un promoteur et du haut-commissariat.” Puna Ora, en effet, est une filiale d’Imagine Promotion, qui a déjà fait construire plus de 600 logements à Tahiti, et peut compter sur le soutien de la banque Socredo et de l’Agence française de développement (AFD). “Ça, c’est très important”, souligne le directeur.
    Un point partout, donc, ce qui offre la victoire à la population. Car comme le dit Patrice Tépélian : “On est complémentaire de l’Office public de l’habitat (OPH). Il y a un tel besoin qu’on ne sera pas trop de deux ou de trois.”

    M.G.

    Hirinake 2016-01-13 18:13:00
    Pourquoi voulez-vous que le ministre du Logement ? C'est un m'en-foutiste qui n'y connait rien a part brasser sans arret de l'air.
    Triste et Lamentable et dire que Puna Ora etait a deux doigts de tout lacher a cause de ces incapables.
        Edition abonnés
        Le vote

        Allez-vous voir Vaiana ?

        Loading ... Loading ...
        www.my-meteo.fr
        Météo Tahiti Papeete