Habillage fond de site

Loi organique : le Tavini accuse l’État de réécrire l’Histoire

mercredi 14 novembre 2018

IMG_0994

Le parti indépendantiste proteste contre le projet de modification de la loi organique, en particulier l’article sur la reconnaissance du fait nucléaire, qui n’est « qu’un leurre pour endormir la conscience du peuple ma’ohi. » Le texte de cet article, qui doit être inclus dans le statut du Pays, dit que « la Polynésie française a contribué à la construction de la capacité de dissuasion nucléaire et à la défense de la Nation. » Pour le Tavini, c’est « une lecture mensongère de notre histoire. Nous devons tous nous rappeler que le général de Gaulle lui-même avait menacé d’instaurer un gouvernement militaire à Papeete si les Polynésiens n’obtempéraient pas pour faciliter l’installation du Centre d’expérimentations du Pacifique dans notre pays. Il serait plus honorable pour l’État d’avouer que le peuple ma’ohi a été volontairement sacrifié sur l’autel de la raison d’État (…). »

Le communiqué poursuit en dénonçant « les manœuvres de la France du président Macron, » « la complicité active des représentants de ce Pays, lesquels n’hésitent pas, encore aujourd’hui, à se faire le porte-parole et l’avocat de la France devant les instances onusiennes à New York, » pour désinscrire la Polynésie française de la liste des territoires à décoloniser et pour faire disparaître l’obligation de la France de rendre compte à l’ONU sur les conséquences des essais nucléaires. Le Tavini étrille aussi la commission de cadrage sur la loi Morin, présidée par Lana Tetuanui à Paris, qui « ne nous propose qu’un catalogue de mesures d’ordre mémoriel et des dérivatifs, en prenant bien soin d’éluder les vrais problèmes, comme la modification de la liste des maladies radio-induites éligibles à des indemnisations et la prise en compte du désastre causé par les maladies transgénérationnelles. »

Le Tavini rappelle qu’il a déposé plainte devant la Cour pénale internationale de la Haye le 2 octobre dernier, et confirme que l’Église protestante ma’ohi a saisi le 30 octobre le Conseil des droits de l’Homme de l’ONU à Genève. « La France doit enfin assumer l’ensemble de ses responsabilités en matière de contamination nucléaire et d’indemnisation des préjudices qu’elle a causés, » conclut le communiqué.

LDT

 

0
0
0

Pavé PI

Edition abonnés
Le vote

Retraites : Selon-vous, la réforme de la Protection sociale généralisée est-elle nécessaire, même si cela suppose des efforts de tous pour la survie du système ?

Loading ... Loading ...
www.my-meteo.fr
Météo Tahiti Papeete