L’OPT est en grève depuis hier matin

    jeudi 2 avril 2015

    On ne peut pas dire ce matin que les conflits sociaux s’apaisent, même si celui concernant le centre hospitalier de la Polynésie française a trouvé une issue favorable mardi soir avec la signature d’un protocole d’accord de fin de conflit. C’est en effet au tour de l’OPT d’être en grève depuis hier matin, les négociations de mardi n’ayant pas permis de faire évoluer favorablement la situation, comme le confirme Teiva Chavez, président du syndicat interne Sapot : “Les discussions que nous avons eues mardi soir, entre 21 h 30 et minuit, n’ont pas permis de trouver une solution aux deux points de blocages qui concernent le prélèvement de 1,5 milliard de francs dans les caisses de l’OPT pour abonder le budget du Pays et le réajustement des salaires du personnel de l’OPT.”
    Pour Teiva Chavez, seul le ministre de tutelle, qui n’est autre que le président du Pays, peut débloquer la situation concernant le point 3 du préavis de grève, qui porte sur le prélèvement de 1,5 milliard de francs dans la caisse de l’OPT : “Ce point concerne le conseil d’administration et seul le ministre de tutelle, qui est le président du Pays, peut répondre à notre demande. Nous espérons que celui-ci nous recevra dans les meilleurs délais afin que nous mettions rapidement un terme à cette grève.”

    Près de la moitié du personnel en grève

    Quant au fait que l’OPT soit en grève cinq mois après le précédent mouvement social, Teiva Chavez s’en explique : “Lorsque les deux parties s’engagent avec leur signature à mettre en œuvre des dispositions qui figurent sur un protocole d’accord, la moindre des choses, c’est de les appliquer.”
    Quant à la polémique concernant le déroulement des négociations, qui étaient prévues mardi à 14 heures, Teiva Chavez s’en explique : “Nous avions rendez-vous à 14 heures au siège. Nous sommes arrivés à l’heure avec nos représentants syndicaux mais, hélas, la direction n’était pas présente à cause, semble-t-il, d’un quiproquo. Finalement, les discussions ont pu débuter à 21 h 30 mais se sont terminées à minuit sur un constat d’échec.”
    La conséquence immédiate de l’absence d’accord entre les parties mardi soir a été le déclenchement de la grève dans tous les services de l’OPT et dans certaines agences, hier, à 00 h 00. Selon la direction, il y avait hier 40 % de grévistes et 66 agences ouvertes sur les 87 que compte l’OPT. Hier, direction comme grévistes attendaient que l’autre le rappelle pour fixer la date d’une nouvelle rencontre de négociations. Du côté de EDT, le préavis de grève est toujours en suspens, et des discussions “préventives” ont débuté hier. 

    Pascal Martin

    CPS : le jugement en référé accueilli favorablement par les grévistes

    Du côté de la Caisse de prévoyance sociale, c’est le soulagement pour les grévistes, après l’ordonnance de référé rendue hier. Si le juge des référés reconnaît “le trouble manifestement illicite”, il rejette néanmoins la demande d’expulsion dirigée à l’encontre des défendeurs et la condamnation à une astreinte. Par contre, le juge demande “la libération des accès véhicules et piétons de la CPS, et pour ce faire, autorise la CPS à procéder à l’enlèvement de tous les obstacles, pneus, palettes, fils de fer, panneaux de revendications, si besoin avec le recours à la force publique”.
    Comme nous l’annoncions dans notre édition d’hier, la décision du juge des référés a en effet permis de faire avancer la situation puisque le président du conseil d’administration de la Caisse, Yves Laugrost, a adressé hier un courrier aux centrales syndicales, les invitant à reprendre le dialogue : “Pour faire suite à l’ordonnance de référé citée en référence, je vous informe être disponible pour une reprise des négociations dans les meilleurs délais, dès constatation de la libération totale des accès véhicules et piétons à la Caisse de prévoyance sociale.” 

    Pascal Martin

        Edition abonnés
        Le vote

        Allez-vous voir Vaiana ?

        Loading ... Loading ...
        www.my-meteo.fr
        Météo Tahiti Papeete