Le lotissement Nahoata quasi privé d’eau

    mercredi 26 octobre 2016

    eau nahoata

    La Polynésienne des eaux a installé une fontaine pour pallier la coupure d’eau intervenue dans le lotissement Nahoata, à Pirae, lundi, en début d’après-midi, suite à des impayés d’un montant de 48 millions de francs. (© Christophe Cozette)

     

    À Pirae, dans le lotissement Nahoata, 84 foyers ont eu l’eau coupée, lundi, en début d’après-midi. En cause, des impayés de plus de 48 millions, qui remontent à 2013. Un accord a été trouvé entre les différentes parties, et les habitants devront apprendre à payer leurs factures d’eau, dont le réseau va être réparé par l’OPH.

     

     

    Les 84 foyers du lotissement Nahoata, à Pirae, ont été hier et avant-hier “victimes” d’une coupure d’eau par la Polynésienne des eaux, pour cause de redevances impayées, d’un montant de plus de 48 millions de francs, depuis 2013, a annoncé TNTV.
    Hier en début d’après-midi, une solution durable semblait avoir été trouvée entre les différents partenaires, après que la mairie eut pris le problème à bras-le-corps.

    Le lotissement social Nahoata a été construit par la société d’équipement de Tahiti et des îles (Sétil), à la fin des années 70, en accession à la propriété, avec 84 lots dont 70 propriétaires aujourd’hui environ, une quinzaine restant sous égide de l’OPH.

    La population de ce quartier de Pirae s’est vu remettre un avis de coupure d’eau, le 20 octobre, lui précisant que“l’alimentation générale en eau du lotissement sera interrompue à compter du lundi 24 octobre”. Ce qui fut fait à 14 heures, avant-hier.
    “Les redevances d’eau impayées s’élèvent à 48 742 670 F”, précise le courrier que La Dépêche de Tahiti s’est procuré.

    Après la coupure de lundi, la Polynésienne des eaux a mis en place cinq robinets communs, à l’entrée du lotissement. Peu de temps après, avant-hier, la police municipale est venue dire aux résidents que l’eau serait rétablie de 20 à 22 heures. Un fait confirmé par les résidents rencontrés hier.

     

     

    Le maire joue le médiateur

     

     

    Mais la situation commençait à être relativement invivable et les dents commençaient à grincer, d’où la nécessité de mettre tout le monde autour de la table, ce qui fut fait hier, à midi, à la mairie de Pirae, à la demande du maire, Édouard Fritch, venu accompagné de son ministre du Logement, Tearii Alpha.

    Près d’une centaine d’habitants du lotissement avaient fait le déplacement et les discussions vives au début, selon divers témoins, ont finalement été fructueuses, et ont débouché sur un accord signé entre la Polynésienne des eaux, l’association syndicale et l’OPH.

    L’ardoise sera en grande partie effacée, seul le montant forfaitaire des années 2014, 2015 et 2016 devra être remboursé en partie par l’association, en partie par l’OPH, (soit 8 millions de francs environ, à la place des 48 millions).

    L’OPH s’engage à réaliser 150 millions de francs de travaux dans le premier semestre 2017 et la facturation restera forfaitaire (soit 18 000 F/an/foyer) jusqu’à la réalisation des travaux de rénovation.
    D’ici là, la Polynésienne des eaux s’engage à accompagner les usagers vers une consommation plus maîtrisée, avant de passer à une facturation au volume, au second semestre 2017.

    “Mais d’ici là, tout le monde paye ses factures”, a dit en substance le maire à la population du lotissement Nahoata. Dès la fin de la signature des différents contrats entre les parties, la distribution d’eau a été rétablie.

    Christophe Cozette

     

     

    Une consommation d’eau plus qu’excessive

    Une centaine de personnes est venue, hier, espérer une issue à une situation devenue invivable pour les résidents du lotissement Nahoata. (© Christophe Cozette)

    Une centaine de personnes est venue, hier, espérer une issue à une situation devenue invivable pour les résidents du lotissement Nahoata. (© Christophe Cozette)

     

    “Au compteur général, la consommation d’eau correspondant à celle de 900 foyers alors que le lotissement ne compte que 84 logements. On parle d’une consommation de 900 m3 par jour soit l’équivalant d’une piscine olympique remplie et vidée tous les trois jours”, a expliqué la Polynésienne des eaux.

    “À l’année, c’est l’équivalent de 5 % de la production annuelle de la ville. Il nous faut préserver la source, ce qui nous à pousser à prendre un peu cette position extrême pour impliquer les résidents et recouvrer les redevances.”

    En cause, la vétusté du réseau. “Dans le lotissement Nahoata, il n’y a pas une fuite d’eau, il y a des fuites d’eau partout”, a détaillé la secrétaire adjointe de l’association syndicale des copropriétaires, rencontrée hier.

    La Polynésienne des eaux a en charge le service de l’eau depuis octobre 2013. “Chaque lotissement est branché à un endroit unique, avec un compteur général qui va mesurer la consommation totale des résidents. L’association des copropriétaires doit ensuite recouvrer dans le domaine privé, dans lequel on ne peut pas intervenir”, a commenté la Polynésienne des eaux.

    Mais la communication passe mal entre le fournisseur d’eau et l’association syndicale.

        Edition abonnés
        Le vote

        Recensement : Êtes-vous prêt à répondre à toutes les questions même intime malgré une garantie de l'anonymat ?

        Loading ... Loading ...
        www.my-meteo.fr
        Météo Tahiti Papeete