Habillage fond de site

L’ouverture de la cueillette des oranges, à Punaauia, démarre demain

mercredi 21 juin 2017

orange

La saison de la cueillette des oranges démarre officiellement demain et va donner lieu, à partir de ce week-end, à des festivités
dans les jardins de la mairie de Punaauia, notamment. (© archives LDT)


La cueillette des oranges débutera demain pour les porteurs d’oranges de l’association de protection de la vallée de la Punaruu, à Punaauia. Le grand public devra attendre le 14 juillet avant de s’élancer à son tour sur les sentiers qui mènent aux plateaux des orangers. Chaque année, l’ouverture de la cueillette des oranges donne lieu à de multiples festivités à Punaauia, qui se déroule pendant une semaine.

La cueillette des oranges débutera demain. Elle est exclusivement réservée aux 300 membres de l’association de la protection de la vallée de la Punaruu, à Punaauia, dans un premier temps.

Le grand public devra attendre le 14 juillet avant de s’élancer à son tour sur les sentiers qui mènent aux plateaux des orangers, sur les hauteurs de la vallée de la Punaruu, à l’assaut du fruit juteux.

En amont, depuis lundi, les membres de l’association sont sur place pour préparer le terrain, avant le démarrage officiel de la saison. Mais pas question de croquer dans une orange avant jeudi, sous peine de sanctions.

Des orangers, s’il en pousse un peu partout à Tahiti, c’est à Punaauia, que se trouve la plus grosse concentration, c’est pourquoi ces derniers sont devenus l’emblème de la commune.

Avec le développement d’espèces envahissantes (miconia, passiflore et tulipier du Gabon) et l’augmentation de la pollution, les orangers sont devenus moins productifs que dans les années passées.

“Avant, pour récolter 200 oranges, il suffisait de s’attaquer à un arbre ; maintenant, il faut étaler sa cueillette sur trois arbres, pour parvenir au même nombre”, explique Arikinui Nordhoff, secrétaire de l’association. Cette année sera encore une année “moyenne”, comme l’an passé, selon les connaisseurs qui sont déjà montés sur le site, en reconnaissance.

 

Chasse aux cochons retardée

 

En moyenne, les porteurs d’oranges expérimentés récoltent jusqu’à  dix glanes (200 fruits) sur leur dos, par cueillette, mais chaque année des records sont atteints avec des  quantités de 16 glanes (320 oranges) rapportées.

Il y a une vingtaine d’années, certains parvenaient même à rapporter 24 glanes, comme Jean-Claude Taura, actuel président de l’association. Mais ce type d’exploit n’a pas été vu depuis longtemps. Le public ne peut rapporter plus de 40 fruits à chaque voyage.

Chaque année, l’ouverture de la cueillette des oranges donne lieu à de multiples festivités à Punaauia, qui se déroulent pendant une semaine.

Comme à l’accoutumée, des prestations de danses et de chants, des expositions d’artisanat, défilés, des événements sportifs sont programmés, ainsi que de nouvelles animations, telles qu’une Anani color fun run, ouverte aux familles, des animations fitness et car bass et une initiation aux graffitis (lire ci-dessous).

Habituellement, la saison des oranges se clôt par l’ouverture de la chasse aux cochons sauvages. Mais depuis l’an passé, l’association de la protection de la vallée de la Punaruu a décidé de reporter celle-ci au mois de novembre.

“On a remarqué qu’en août, il y avait une population de bébés cochons encore très importante. On a donc décidé de décaler l’ouverture de la chasse pour permettre aux animaux de grandir et ainsi promouvoir le bon développement de l’espèce”, conclut Arikinui Nordhoff. 

 

É.P.

 

programme orange info orange site punaruu

 

Randonnée jusqu’aux plateaux des orangers

Si les plateaux des orangers ouvrent officiellement demain pour les membres de l’association de protection de la vallée de la Punaruu, le grand public devra attendre le 14 juillet pour fouler les chemins qui y mènent et rapporter quelques juteuses oranges.

Cette randonnée qui offre de superbes panoramas sur le cirque de la Punaruu n’est pas une balade du dimanche et elle est déconseillée aux familles ayant de jeunes enfants car elle présente quelques passages ardus nécessitant l’aide d’une corde.

Une fois garé dans le parking situé au fond de la vallée de la Punaruu, il faut compter en moyenne trois heures pour arriver au Fare anani, puis trois bonnes heures encore pour atteindre le premier plateau où se trouvent les orangers, le Rata.

Pour pouvoir profiter des hauteurs et cueillir quelques fruits, l’idéal est donc de partir deux jours et de rester dormir au Fare anani, construit il y a plus de vingt ans par les porteurs d’oranges. Composé d’un grand dortoir, d’un réfectoire, d’une cuisine et de sanitaires, il est spartiate mais convivial. Celui-ci peut accueillir jusqu’à 200 visiteurs les soirs de grosse affluence (notamment le week-end).

Pensez à apporter une lampe frontale, un tapis de sol, un briquet, un couteau, un sac de couchage ou une couverture, car il fait frais en hauteur et de bonnes chaussures.

Pour l’eau, n’emmenez que ce dont vous avez besoin pour la première grimpette, puisqu’ensuite vous pourrez boire directement l’eau de la rivière. Chaque visiteur est autorisé à rapporter 40 fruits avec lui.

Pour accéder aux plateaux des orangers, pas besoin de guide, puisque le sentier est bien marqué. Par contre, il vous faudra au préalable un laissez-passer, à obtenir auprès du trésorier de l’association, Maurice Barsinas.

 

 

 

1200
0
0

Pavé PI

Edition abonnés
Le vote

Le Pays a lancé l'opération "plage propre", vous sentez-vous concernés ?

Loading ... Loading ...
www.my-meteo.fr
Météo Tahiti Papeete