L’UEFA verdit la Nouvelle-Calédonie

lundi 13 juillet 2015

L’Euro 2016 sera « vert » et « responsable ». « Une future référence » en matière d’événement propre, assurent même les organisateurs du championnat d’Europe de football, qui aura lieu en France dans moins d’un an. Un objectif difficile vu l’ampleur de la compétition : 24 nations s’affronteront, contre 16 lors des éditions précédentes, quelque 2,5 millions de spectateurs sont attendus, pour moitié venus de l’étranger. Le tout dans une dizaine de villes de métropole.
Un Euro record, donc, qui donnera lieu à beaucoup de transports, synonymes d’émissions de gaz à effet de serre tout aussi exceptionnelles. Surprise : ces émissions pourraient avoir un impact positif à 22 000 km de là. L’UEFA a en effet annoncé en fin de semaine dernière que l’empreinte carbone des déplacements d’officiels devrait être compensée par le financement de fermes éoliennes en Nouvelle-Calédonie. Bonne nouvelle ? Sans aucun doute. Bien qu’à l’heure actuelle, personne n’ait entendu parler d’un tel projet sur le Caillou.
 
Catalogue. « L’UEFA est engagée dans une politique de compensation de ses émissions depuis 2007, précise son manager développement durable. Pour 2016, nous avons demandé à Climate Friendly, un organisme de référence, d’identifier, sur le territoire français, des projets que nous pourrions soutenir ». Chance : dans le catalogue du spécialiste international de la compensation – introduit à l’UEFA par WWF – le seul projet français est calédonien : les fermes éoliennes de Prony et Kafeate. Les deux sites, au Sud et au Nord du Caillou, regroupent près de 150 machines appartenant à la société Quadran, ainsi qu’à la filiale d’EEC Alizés Energie, et rassemblent la quasi-totalité du parc éolien du pays. Il ne s’agirait donc pas d’une nouvelle « implantation de fermes », comme l’ont laissé entendre à la presse Michel Platini et Jacques Lambert, respectivement à la tête de l’UEFA et de l’Euro 2016, mais de rachat d’émission de carbone auprès de producteurs d’énergie propre. Un mécanisme pour lequel les acteurs locaux se sont déclarés volontaires.
Séduit. « C’est positif mais très surprenant, explique Christophe Lapous, directeur adjoint d’Alizés Energie. Cela fait longtemps que nous n’avons pas entendu parler du mécanisme de compensation ». A l’initiative de Quadran (ex-Aérowatt), les deux entreprises ont fait certifier en 2010 l’ensemble du parc éolien récent auprès d’un organisme international. Les fermes de Prony et Kafeate jouissent depuis lors de la certification « Golden Standard », « une certitude en matière de qualité de projet et de traçabilité des fonds » pour les responsables de l’Euro 2016, qui se disent en outre « séduits par l’idée de se tourner vers l’outre-mer français ».
Des financements, mais pour faire quoi ? « Une nouvelle éolienne ou le remplacement d’anciennes machines, si les fonds le permettent, indique Christophe Lapous, aussi à la tête du « cluster » de développement durable Synergie, mais la compensation carbone est un mécanisme très complexe où le prestataire prend sa part. Difficile de savoir ce qui va effectivement arriver ici». L’organisme de tutelle du football européen parle d’un engagement « sécurisé » de 20 000 tonnes de carbone compensé, soient 24 millions de francs, qui pourraient grimper à 84 millions. « Jamais entendu parler de sommes pareilles pour de la compensation, du moins pas dans le pays », reprend le responsable d’Alizés Energies, qui « au-delà de la communication de l’UEFA, attend d’en savoir plus sur la mise en œuvre du projet ».
 
LNC

MOOREA56 2015-07-13 22:17:00
L'UEFA SE MOQUE DE NOUS.
    Edition abonnés
    Le vote

    Le Kitesurf :

    Loading ... Loading ...
    www.my-meteo.fr
    Météo Tahiti Papeete