Habillage fond de site

Bannière sur-titre PI

L’urbanisme de demain en préparation

mercredi 6 septembre 2017

sage urbanisme

“Cela doit donner des pistes d’orientation à la Polynésie française”, explique Jean-Christophe Bouissou. (© Bertrand Prévost)


Les élus étaient invités, hier, à la présidence, pour découvrir le diagnostic du Pays, qui lancera les bases du futur Sage. Ce schéma d’aménagement du territoire prévoit de fixer les grandes lignes de l’urbanisme du Pays jusqu’en 2035. Un gros travail reste encore à fournir, mais cette obligation du statut de 2004 va enfin pouvoir voir le jour.

Hier s’est ouvert un séminaire de trois jours pour étudier le schéma d’aménagement général de la Polynésie française (Sage), en présence de nombreux élus.

Promis dans le statut depuis 2011, ce schéma voit enfin le jour après moult péripéties. Ce n’est qu’en mai 2016 qu’une première réunion d’un comité de pilotage se met enfin en place pour jeter les bases de sa préparation.

En février, le cabinet d’expert était choisi pour recueillir les premiers éléments menant à sa constitution et, depuis hier, les élus des cinq archipels sont invités à réfléchir en ateliers pour en finaliser les grandes lignes.

Hier, face aux élus, Jean-Christophe Bouissou, ministre du Logement, de l’Aménagement et de l’Urbanisme, ne cachait pas son sourire de voir enfin sortir de terre les premières conclusions.

“Le Sage dépasse les enjeux électoraux pour les vingt prochaines années, assurait-il. Aujourd’hui, nous devons trouver ce qui nous rassemble. Il nous faut être certains d’être d’accord sur le diagnostic. (…) Nous construisons le Sage tous ensemble.”

Ce document a pour vocation, en effet, de dépasser le cadre des promesses électorales et les effets d’annonces de fin d’année à l’heure de présenter le budget du Pays.

 

“Quelle Polynésie voulons-nous en 2035 ?”

 

Les travaux doivent poser sur deux prochaines décennies les fondations de ce que seront les règles d’urbanisme en Polynésie française et quels seront les projets phares que les élus souhaitent voir se développer.

Trois thématiques ont été retenues, en plus des ateliers spécifiques à chacun des archipels  :  l’économie et l’emploi, la société polynésienne et enfin l’environnement.

“Cela doit donner des pistes d’orientation à la Polynésie française”, expliquait Jean-Christophe Bouissou, hier. “Nous devons regarder ensemble, au-delà de ce que nous sommes, quels sont les défis que nous devons relever.”

Le texte une fois validé par les élus, retravaillé en comité de pilotage, sera soumis au vote à l’assemblée de la Polynésie française.

Hier, point encore de grands projets ou de grandes manœuvres à l’échelle de la Polynésie, mais des pistes de réflexions, et surtout un inventaire, une sorte d’état des lieux avant travaux.

“La question est simple, quelle Polynésie voulons-nous en 2035 ?”, expliquait hier Marc Tschiggfrey, secrétaire général du haut-commissariat.

Bernard Amigues, chef du service de l’urbanisme, le rappelait d’ailleurs : “Le Sage détermine la destination générale de chaque archipel de la Polynésie française.”

Déjà, quelques projets étaient hier présentés comme de grand intérêt dans l’avenir, comme la ferme aquacole de Hao, le village tahitien de Punaauia, l’exploitation du phosphate à Makatea et le projet de cité flottante de Seasteading Institute.

Pour les autres projets, il faudra que la Polynésie française et les Polynésiens aient le courage de regarder ses propres chiffres avec lucidité pour ne pas tomber dans les travers d’annonces impossibles à mettre en œuvre, comme l’était le projet  Mahana Beach.

Regarder sa croissance en baisse, sa forte hausse de l’émigration de ses jeunes de 20-29 ans vers l’étranger, regarder son besoin de 24 000 logements nouveaux d’ici 2035.

Regarder aussi sa balance commerciale largement déficitaire (36 000 tonnes exportées contre 825 000 tonnes importées) ou encore son tourisme, qui a chuté de 25 % depuis 2000 et qui peine à redresser la barre (selon les premières études, les 300 000 touristes ne peuvent pas être atteints en 2018).

Le Sage, s’il est bien fait, sera un document essentiel dans le développement économique et sociétal du Pays. 

 

Bertrand Prévost

 

projet SAGE

1
0
0

Pavé PI

Edition abonnés
Le vote

C'est la semaine de la mobilité, dans votre quotidien, faites-vous des gestes comme :

Loading ... Loading ...
www.my-meteo.fr
Météo Tahiti Papeete