La lutte se poursuit contre l’illettrisme

    mardi 11 octobre 2016

    illettrisme partenariat pays état

    État, Pays et vice-rectorat ont renouvelé leur protocole de lutte contre l’illettrisme et le décrochage scolaire. (© Christophe Cozette)

     

    Proviseurs et conseillers d’orientation ont assisté, hier, à une matinée d’information sur le thème de la Journée de défense et citoyenneté (JDC) dans le cadre de la lutte contre le décrochage scolaire. Afin de lutter contre celui-ci et l’illettrisme, État et Pays ont renouvelé leur protocole. En Polynésie, 4 % des élèves décrochent chaque année du système scolaire.

     

    Le centre du service national en Polynésie a organisé hier matin, au centre du service national situé au camp de Arue, une matinée d’information à l’attention du corps enseignant sur le thème de la Journée de défense et citoyenneté (JDC) dans le cadre de la lutte contre le décrochage scolaire. Une bonne quarantaine de proviseurs mais aussi de conseillers d’orientation ont assisté à cette matinée de sensibilisation. Une matinée qui a vu également le renouvellement du protocole relatif à la lutte contre l’illettrisme et le décrochage scolaire entre l’État et le Pays.
    En 2013, 38 % des illettrés étaient détectés lors de la JDC. En 2014, un protocole a été signé, le même que celui signé à nouveau hier par Nicole Sanquer, ministre de l’Éducation, et le contre-amiral Denis Bertrand. Ce dernier, dans un discours envolé et non dénué d’humour, n’a pas manqué de rappeler qu’il avait grandi trois ans au fenua, ressortant son cahier de CM1 comme souvenir, ce qui n’a pas manqué d’amuser l’assemblée, un court instant.
    Mais les chiffres ont-ils baissé depuis ? “Je pense qu’ils ont baissé, nous sommes toujours à renseigner les indicateurs”, précise la ministre, quelques minutes avant la signature.

     

    1 000 à 1 200 décrochage par an

    “Au niveau du décrochage, nous en avons entre 1 000 et 1 200 chaque année. Si l’on ramène ce chiffre à l’ensemble des chiffres du second degré, soit 23 000 élèves, ce chiffre est de l’ordre de 4 %”, a complété Nicole Sanquer.

    Ce protocole permet de proposer aux jeunes, repérés en situation d’illettrisme ou de décrochage, un entretien avec un conseiller d’orientation psychologue au centre d’information et d’orientation (CIO) situé à Pirae.
    “En fin de compte, c’est un protocole où nous mettons à disposition des conseillères d’orientation pendant ces Journées défense et citoyenneté et nous faisons du repérage”, explique la ministre, qui a également commenté la prochaine venue de Najat Vallaud-Belkacem, la ministre de l’Éducation nationale (retrouver l’interview dans notre édition du jour).

    “On repère ceux qui ont quitté l’école et ils subissent des tests (surtout au niveau du français, NDLR) afin de les orienter sur la mission de lutte contre le décrochage scolaire avec des modules adaptés à leur parcours.”
    Les membres présents hier se sont d’ailleurs prêtés au jeu des questions et des réponses soumises lors du test, mais sans résultat annoncé. Cette étape donne un premier aperçu du niveau scolaire des élèves et ensuite, une fois que la JDC est terminée, ils sont pris en charge par le CIO et la mission.

    “Certains viennent puis abandonnent après. Mais au moins, on a des choses à leur proposer”, commente Nicole Sanquer. Quoi qu’il en soit, État et Pays ne lâcheront pas la bataille contre l’illettrisme.

    Christophe Cozette

        Edition abonnés
        Le vote

        Allez-vous voir Vaiana ?

        Loading ... Loading ...
        www.my-meteo.fr
        Météo Tahiti Papeete