Lycée hôtelier : Gestion budgétaire et stratégie pédagogique en cours de redressement

jeudi 23 octobre 2014

La chambre territoriale des comptes (CTC) vient de rendre public hier un rapport sur la gestion du lycée hôtelier, implanté à Punaauia, après s’être penchée sur les années 2008 et suivantes. La synthèse de ce passage au crible est sans ambiguïté : avec un budget 2012 de 181 millions de Fcfp, en baisse de 15 % par rapport au budget 2006, le lycée hôtelier “traverse actuellement une période critique marquée par une baisse de ses ressources financières, une stagnation relative de ses effectifs et des résultats aux examens en dessous des attentes”, indique en effet la chambre. Une situation difficile [qui] a, toutefois, depuis deux ans, “commencé à recevoir des réponses idoines, notamment en termes de gestion budgétaire et financière”, précise-t-on.
Pour rappel, le lycée hôtelier est un établissement public territorial d’enseignement créé en 2003, qui compte environ 600 élèves formés aux métiers de l’hôtellerie-restauration dans le cadre de formations allant du CAP au baccalauréat professionnel, au baccalauréat technologique et au BTS. Le lycée dispose d’installations scolaires datant d’une dizaine d’années, dont un internat de 240 places, deux restaurants-écoles et un hôtel d’application.
 
La CTC a observé que l’équilibre du budget est réalisé en recourant aux réserves, pratique récurrente depuis 2009. La chambre signale donc qu’un “tel système ne saurait constituer un mode permanent de financement des équipements, ces prélèvements étant, par nature, palliatifs et exceptionnels”. Ce qui est également observé sur la période, c’est la “multiplication des décisions modificatives” qui a “relativisé la valeur prédictive du budget”. Conséquence : des modifications budgétaires, “nombreuses et coûteuses en temps, sources de lourdeurs administratives inutiles”.
La progression générale des charges de fonctionnement a été relativement contenue au prix d’une forte réduction des dépenses d’entretien et d’achat de petits équipements. À l’inverse, les recettes ont connu une tendance à la baisse, exceptionnellement masquées, les premières années, par des subventions exceptionnelles. Les recettes ont ainsi chuté de 17 % en six ans sous le coup de la diminution du subventionnement et de l’amoindrissement des produits commerciaux tirés des restaurants et de l’hôtel d’application. Telle est l’analyse de la CTC, qui indique que, “dans ces conditions, la progression contenue des charges n’a pas, à elle seule, suffi à éviter l’apparition de résultats négatifs à partir de 2010”.
Le projet d’établissement, élaboré en 2005, puis actualisé en 2008 et 2010, avait été sévèrement critiqué par l’audit de novembre 2012 en raison de ses carences en termes de stratégie pédagogique, rappelle la CTC qui ajoute aussi que “les auditeurs ont notamment considéré que le projet éducatif ne transparaissait pas dans ce projet d’établissement. Ce constat ne doit cependant pas être exclusivement imputé au lycée, car ce document est élaboré en grande partie par et sous le contrôle de la direction des enseignements secondaires”. Le point positif, c’est que depuis la rentrée 2013, la CTC note que “de profondes inflexions dans la gestion administrative et pédagogique du lycée hôtelier sont amorcées et que la remise en ordre de la gestion budgétaire et comptable a été lancée dès septembre 2012”. Un établissement “en phase de redynamisation”.
 
YR

      Edition abonnés
      Le vote

      Le Kitesurf :

      Loading ... Loading ...
      www.my-meteo.fr
      Météo Tahiti Papeete