MAHAENA – Bras de fer entre un syndicat de propriétaires et une société d’extraction

    mardi 19 avril 2016

    Le feuilleton du bras de fer entre le syndicat Haa maitai ia Mahaena et la société d’extraction de Jean Chong On Yin a repris de plus belle la semaine dernière. Le syndicat a vu une drague entrer dans la vallée sur un porte-char de l’équipement. Les rotations de camions ont repris. L’entreprise évacue du tout-venant stocké sur un terrain privé, à moins d’un kilomètre de la route de ceinture.
    Le président du syndicat, Terai Tavi, et le secrétaire, Peter Heduschka, qui ont compté pas moins de sept allers-retours lors de la première journée, n’ont pas bloqué les engins cette fois-ci, mais cherché à faire constater les infractions. Certains de ne pouvoir faire déplacer un huissier jusqu’au PK 32 pour une telle affaire, les membres du syndicat ont sollicité la police municipale comme le prévoit une récente ordonnance du tribunal des terres.

    D’accord pour les voitures

    Aux ordres du tavana, plutôt proche de l’entrepreneur, les muto’i ont tout de même promis d’intervenir, mais pour plus d’efficacité, le syndicat a fait appel à la gendarmerie, qui avait visiblement un problème d’effectif. Par le passé, lors des barrages du syndicat, la maréchaussée était intervenue dans la demi-heure ! Y aurait-il deux poids deux mesures ?

    Finalement, les muto’i se sont rendus sur place, le mercredi après-midi. Le chef de la sécurité explique qu’à la suite de l’intervention de deux agents, il a rédigé la constatation de la présence d’une drague sur un terrain privé. À 14 heures, il n’y avait pas de camions. Hier matin, le constat n’était toujours pas signé par le maire, semble-t-il absent en fin de semaine dernière… Une fois visé, le constat devrait être remis au syndicat.
    À la gendarmerie, où l’on ne cache pas sa lassitude de voir revenir régulièrement le dossier, on a avancé qu’il s’agissait d’un problème d’ordre civil. Mais vendredi dernier, une patrouille s’est tout de même rendue sur place. Et comme par miracle, le transport s’est arrêté.

    Le syndicat désespérait de faire appliquer l’ordonnance de janvier du tribunal des terres. Car l’instance judiciaire, en attendant la mise en état des dossiers, avait calmé le jeu en contraignant (sous astreinte de 50 000 F par infraction constatée) le syndicat à “laisser le passage aux véhicules légers sur le chemin d’accès”, afin que l’entrepreneur puisse accéder à sa parcelle en fond de vallée. Il fallait donc comprendre que si les voitures pouvaient passer, les camions n’en avaient plus l’autorisation. D’ailleurs la demande de l’entrepreneur de sanctionner le trouble – sous astreinte de 500 000 F – a été déboutée.

    Le va-et-vient a repris aujourd’hui

    Si le syndicat doit laisser passer les véhicules légers, il n’a pas été clairement écrit que les camions n’avaient plus le droit de circuler sur ce chemin privé. Aussi l’entrepreneur a pris la décision de reprendre son transfert de tout-venant. Lundi matin, sur place, les camions sont arrivés à partir de 9 heures. Les va-et-vient ont été incessants. Tandis que l’entrepreneur et son épouse défendaient leur dossier devant les gendarmes à la brigade de Tiarei, les camions filaient vers un terrain vague, près du pont de Onohea (au PK 25) et dans la vallée de Papeno’o. Le syndicat a décidé d’alerter la présidente du tribunal des terres pour signaler ce qui est, pour lui, une violation de l’ordonnance.
    Il faut craindre que l’affaire ne rebondisse encore, car la date de l’ultime audience a été fixée au 1er juin.

    J.-L.M.

    Lire aussi les réactions des protagonistes dans La Dépêche de Tahiti

    pppfffffffff 2016-04-19 16:21:00
    @ brainless

    mobilisons-nous tous contre ça

    arrêtant de construire nos maison en béton et stoppant le goudronnage de nos route sinon fermez la !
    brainless 2016-04-19 15:18:00
    il faut utiliser les mêmes méthodes que cet entrepreneur, crevez les pneus de ses camions, bloquez la route ne vous laissez pas faire!

    Marre de voir des irresponsables détruire le fenua un peu plus chaque jour, mobilisons-nous tous contre ça.
        Edition abonnés
        Le vote

        Allez-vous voir Vaiana ?

        Loading ... Loading ...
        www.my-meteo.fr
        Météo Tahiti Papeete