MAHAENA – Vers un blocage du projet d’extraction

    lundi 1 février 2016

    À vouloir jouer au plus malin en lançant en catimini, le 24 décembre, une enquête publique pour un projet d’extraction d’envergure
    (de 67 000 m3), le ministre de l’Équipement a réussi à se mettre à dos les propriétaires de Mahaena. Une cinquantaine d’entre eux étaient réunis samedi dernier, dans la matinée, sous le préau de la petite école de la commune, à l’invitation du syndicat Haa maitai ia Mahaena. Figures du bras de fer – gagné en justice – contre les abus d’une société d’extraction, Terai Tavi et Peter Heduschka (respectivement président et secrétaire du syndicat des propriétaires) ont présenté le futur projet du ministère de l’Équipement, sans épargner de raconter leurs déboires pour obtenir toutes les pièces du dossier. Plans en main, les deux hommes ont dévoilé l’ampleur de cet aménagement des rivières Tevaifaara et Mahape, au PK 32.
    Très vite, beaucoup ont fait le parallèle avec le chantier contesté de Papara. Pour tous, la réfection des berges, le curage et la sécurisation des biens et des personnes ne doivent pas être synonymes de défiguration de leur vallée. Durant plus de quatre heures, le syndicat a apporté des réponses et laissé s’exprimer les sentiments bouleversés et révoltés. À l’émotion des anciens, des appels à la résistance se sont fait entendre lors de cette réunion d’information. L’absence de communication de la mairie a été pointée du doigt, tout comme le choix malin des fêtes de fin d’année pour ouvrir une consultation publique, a été décriée. Même l’adjointe au maire délégué de Mahaena et 8e adjointe au tavana de Hitia’a o te Ra, Frangelica Bourgeois s’est plainte d’avoir découvert le projet dans La Dépêche. Dans cette petite commune rurale, il a été aussi reproché l’absence d’un dossier en tahitien pour aider à la compréhension des éléments techniques.
    Quelques heures plus tôt encore, ignorant la consultation en mairie et loin de mesurer la taille du chantier, les fatufenua ont clairement manifesté leur opposition à un “Taharu’u-bis”. Le chantier ne se fera pas au détriment de la population qui y vit. Et la sécurisation ne devra pas être le prétexte à l’enrichissement de quelques sociétés privées et à la fourniture de tout-venant pour les projets du Pays ; car c’est bien cela que certains soupçonnent. L’estimation de plus de 3 000 camions pour l’extraction de 67 000 m3 leur fait déjà froid dans le dos !

    J.-L.M.

    Lire aussi les témoignages dans La Dépêche de Tahiti ou en vous abonnant au feuilletage numérique

    amaru 2016-02-02 10:48:00
    Iaorana tout le monde,

    Oh quelle honte, profitez sur les biens des autres pour faire le bonheur des uns et des autres (sous sous par ici, je vais signer ces accord un peu de sous pour moi un peu pour toi voilà on est content) Mea mà arrêtez tous ça, Allez chez ceux qui ont signé ces accord et vous verrez si leur famille vont être d'accord ! Faaea na te haere io vetahi e faamoni raa na outou. A haere atu io ministre mà a ope mai ai te ofaifai. Te vai ra anei io ratou? Aita ! Vous croyez que vous pouvez faire comme vous voulez chez les autres non mais vous êtes irrespectueux, profiteux, pollueux, Qu'est ce que vous faites alors du COP 21 ? C'est un projet pourri des riches.
    Un jour les huaai iront vivre sur le ahua (récif)
    MAURURU TE TAIO RAA MAI PARAHI
    guguxxxx 2016-02-02 10:08:00
    Arrêter de faire des maison en béton et des routes en gravats et on arrêtera les extractions , sinon fermé la !
    jefh 2016-02-01 14:05:00
    ça sent le dessous table à plein nez
        Edition abonnés
        Le vote

        Allez-vous voir Vaiana ?

        Loading ... Loading ...
        www.my-meteo.fr
        Météo Tahiti Papeete