Habillage fond de site

Mahina – Des agents communaux s’interrogent sur leur nouveau statut

mercredi 18 octobre 2017

agents communaux mahina

Les agents de Mahina étaient en formation d’intégration pour comprendre leur nouveau statut. (© Jean-Luc Massinon)


Comme dans toutes les autres communes, les agents de Mahina reçoivent une formation pour mieux comprendre leur nouveau statut. De nombreux agents doutent d’avoir fait le bon choix, au regard du gel des salaires, et craignent de ne pouvoir évoluer. Un peu plus de 50 % seulement des agents communaux ont, pour le moment, intégré la fonction publique communale.

Lancée depuis 2015 à Mahina, la procédure d’intégration des agents communaux à la fonction publique communale (FPC) se termine en quelque sorte cette semaine avec l’incontournable formation destinée aux personnels qui ont accepté l’intégration.

C’est le dernier groupe d’“intégrés” de Mahina à recevoir cette formation, qui a pour but de donner aux nouveaux fonctionnaires les règles de leur nouveau statut.

D’une durée de trois jours, cette formation dispensée par le Centre de gestion et de formation (CGF) n’est qu’une formalité. 

Pourtant, hier matin, au fare amuira’a Tamara, où était réunie une vingtaine d’agents de la commune, mais aussi de Pirae et Arue, c’est le flou qui semblait encore flotter autour de cette FPC.

Alors que la responsable de formation du CGF était venue ouvrir la séance et présenter le programme, un débat a débuté sur le bien fait, ou pas, de l’intégration.

 

Manque d’information

 

Bien que 90 % des agents de Mahina aient intégré la fonction publique communale certains se posent la question de savoir s’ils ont bien fait ! Car un bon nombre a témoigné de sa crainte de ne pas pouvoir évoluer dans le temps.

Un agent désespère de devoir passer les trente-cinq prochaines années dans la même situation, sans perspective d’une évolution.

Pour d’autres, c’est le gel des salaires qui pose problème. Car bloqué dans sa catégorie, au bout de son grade et au plus haut de son échelon, l’agent de la FPC n’est plus en droit d’attendre l’augmentation annuelle de 2,5 % qu’ils percevaient sous la convention collective des Agents non-fonctionnaires de l’administration (Anfa).

La question de savoir si un retour à l’ancien statut était possible a même été posée. Car à demi-mot, certains avancent que la signature s’est faite sous la menace d’être licenciable à tout moment…

Un manque d’information est dénoncé. Les syndicats, qui ont pourtant longtemps occupé le terrain sur cette question de l’intégration, n’auraient-ils pas su faire comprendre les enjeux ? On comprend que certaines communes tardent à franchir le pas.

L’agent du CGF a tenté d’expliquer aux agents communaux qu’ils pouvaient évoluer en passant les concours ou les examens professionnels. Et que faute de place dans sa commune, l’agent pouvait toujours postuler dans une autre commune ; c’est aussi ça l’avantage de la FPC.

Par contre il a été expliqué que trois mois après la signature d’intégration, il n’était plus possible de faire de marche arrière.

 

J.-L.M.

 

fonction publique agent communaux aida mervin

60
0
0

Pavé PI

Edition abonnés
Le vote

Le Pays a lancé l'opération "plage propre", vous sentez-vous concernés ?

Loading ... Loading ...
www.my-meteo.fr
Météo Tahiti Papeete