Habillage fond de site

MAHINA – Concours “Un des meilleurs apprentis de France”

jeudi 28 septembre 2017

coiffure

Les douze élèves de terminale CAP coiffure du lycée de Atima et leur professeure vont relever le défi de participer au concours “Un des meilleurs apprentis de France”. (© Jean-Luc Massinon)


C’est la première fois que des élèves de coiffure vont participer au concours “Un des meilleurs apprentis de France”. Des épreuves régionales seront organisées à Tahiti, en mars 2018, au lycée professionnel de Atima. Les meilleures élèves pourront se présenter ensuite au concours national, dans l’Hexagone, l’année prochaine.

Souvent, les enseignants ne tarissent pas d’éloges sur les capacités manuelles des élèves du fenua, mais ils sont aussi nombreux à déplorer l’inconstance de leur motivation. Ce fameux “fiu” polynésien serait-il une fatalité pour les études de nos jeunes ?

Sambath Abadie, professeure de coiffure du lycée professionnel de Atima, a parié qu’elle pouvait faire grandir la joie d’apprendre dans sa section et faire naître l’envie d’excellence et l’ambition chez ses élèves. Pour cela, l’enseignante leur a lancé un défi à son arrivée : celui de participer au concours “Un des meilleurs apprentis de France”.

Enclenché l’année scolaire dernière, le projet s’accélère réellement maintenant, avec un calendrier d’événements qui mènera les douze candidates (il n’y a que des filles dans la section coiffure) au concours régional, en mars 2018, et à l’épreuve nationale pour les sélectionnées (possiblement en septembre 2018). 

C’est une réelle aventure dans laquelle s’est plongée toute la section coiffure. Car il a d’abord fallu faire valider la mise en place d’un concours régional à Tahiti.

Le feu vert a été donné par l’organisme qui gère le concours national, à savoir la très réputée société nationale des Meilleurs ouvriers de France (Mof).

Le fait d’avoir conduit au concours des élèves depuis 11 ans a certainement permis à Sambath Abadie de convaincre du sérieux de l’initiative, même entreprise à 18 000 kilomètres de Paris.

 

Une première en Polynésie

 

Ce sera une première car, visiblement, aucun candidat d’un établissement scolaire ou centre de formation ultramarin n’apparaît au palmarès des Meilleurs apprentis de France (Maf).

Il a fallu également constituer un jury irréprochable. L’enseignante a su persuader une pointure de la coiffure. Car c’est Stéphane Amaru – prononcer à la française – qui viendra présider le concours.

Deux jours de formation seront même organisés avec lui à l’attention des élèves. Le jury accueillera également Christine Claverie, professeure de coiffure, qui interviendra auprès des demoiselles pour échanger sur les pratiques professionnelles. Il y aura bien entendu des professionnels locaux dans le jury.

En attendant, dans le salon de coiffure du lycée, on redouble d’effort. En plus de suivre les cours normaux pour l’obtention du CAP, dont les évaluations arriveront entre avril et juin 2018, les douze élèves de la section viennent les mercredis après-midi pour préparer ce concours, pour répéter les gestes.

Elles vont devoir faire un chignon alors que l’exercice n’est même pas au référentiel des CAP coiffure. C’est dire comme elles s’investissent. 

J.-L.M.

 

Sambath abadie coiffure coiffure mobilisation finanicère

0
0
0

Pavé PI

Edition abonnés
Le vote

Retraites : Selon-vous, la réforme de la Protection sociale généralisée est-elle nécessaire, même si cela suppose des efforts de tous pour la survie du système ?

Loading ... Loading ...
www.my-meteo.fr
Météo Tahiti Papeete