Mahina définit le projet de redynamisation des sites de défense

    jeudi 21 avril 2016

    Mercredi, toute la journée, élus de la majorité, de l’opposition et chefs de service de la commune de Mahina ont rouvert le dossier technique du contrat de redynamisation des sites de défense (CRSD) afin de définir les priorités du projet qui sera mis en place sur l’ex-terrain du GSMA. Pour Damas Teuira, tavana de Mahina, les deux axes principaux seront le développement économique de la commune et la création d’un pôle culturel, sportif et de loisirs. Des services publics, comme les pompiers, pourraient être intégrés au projet, mais déjà une grosse entreprise du fenua s’est positionnée pour réserver un des cinq hectares du terrain rétrocédé. Toutes les idées ne pourront pas être retenues.

    Quelles vont être vos priorités ?
    Les cinq hectares issus du contrat de redynamisation des sites de défense vont être officiellement acquis à la commune à partir du mois de juin. Mais nous avons organisé un séminaire afin d’étayer les potentialités et les opportunités à mettre en œuvre sur ce terrain. Nous sommes réunis pour poser les premières pierres de notre projet final. Parmi les deux axes majeurs, il y a le développement économique, pour voir de quelle manière on va suppléer aux 134 millions de francs de perte due au départ des forces armées. Et le second axe est la partie activités culturelles et loisirs.

    Le projet prévoit l’implantation d’entreprises, mais aussi de services publics comme les pompiers et une salle polyvalente… Les cinq hectares vont suffire ?
    Au travers des débats que nous avons eus ce matin (hier, NDLR), on ne pourra malheureusement pas tout mettre à l’intérieur. On sera obligé de dégager des priorités en fonction des attentes de la commune et du potentiel économique que nous voulons donner à Mahina. Il y a eu beaucoup d’idées, mais toutes ne pourront pas être retenues par manque d’espace. Des grandes sociétés sont intéressées pour venir s’installer. Une grande entreprise du fenua nous a dit qu’elle était prête à louer un hectare. L’idée est de satisfaire la demande, mais aussi que la commune étudie une certaine rentabilité économique qui participera du
    budget.

    Quand saurez-vous quels sont les projets retenus ?
    Pour l’instant, on travaille sur les opportunités et sur le partage des informations en toute transparence avec les élus de la majorité et de l’opposition. D’ailleurs, je me réjouis de leur participation. Ce séminaire doit aider l’élu à définir ces priorités et la faisabilité. Après quoi nous allons faire appel à la maîtrise d’œuvre, celui qui va coucher sur papier les résultats de cette réflexion. Depuis la signature de la convention de rétrocession, nous sommes la première commune à se lancer dans ces travaux. Notre volonté est d’aller de l’avant en prenant le taureau par les cornes. Il n’y a pas de calendrier défini, mais il faut maintenant décider d’un plan de travail pour aller jusqu’au terme du projet.

    Des candidatures sont encore recevables pour intégrer ce projet ?
    Ça fera partie d’une prochaine étape. Aujourd’hui, c’est de définir les priorités économiques que nous souhaitons mettre en œuvre sur place, en associant les services publics et les activités de loisirs, jeunesse, sportives et culturelles. On a émis l’idée d’inclure également, mais je ne sais pas si cela sera retenu, la station d’épuration. Le sujet a été beaucoup discuté et reste partagé, et nous verrons si ce dispositif s’inscrit bien dans la volonté des élus de développer l’attractivité de cette zone. Car il faut que notre aménagement attire les investisseurs, donc associer une station d’épuration à côté ne fait peut-être pas bon ménage. Mais il faut retenir que la partie économique et la partie culturelle seront les deux fers de lance du CRSD.  

    Propos recueillis par J.-L.M.

        Edition abonnés
        Le vote

        Allez-vous voir Vaiana ?

        Loading ... Loading ...
        www.my-meteo.fr
        Météo Tahiti Papeete