Mahina – La famille Martin cède la route de Hitimahana

    samedi 4 avril 2015

    Avec la cession de la route de Hitimahana par les Martin qui en étaient encore propriétaires, c’est une page de l’histoire de Haapape (Mahina) qui se tourne. Pour la famille Martin, c’est la fin d’une époque, celle des plantations et de la célèbre “Maison blanche” (lire ci-contre)… De ce passé, il ne restait déjà plus rien, Il ne restait que la route et beaucoup de regrets, comme nous l’a confié Jacky Martin. Fils d’Yves Martin et d’Antonia Bambridge, Jacky – de son vrai prénom Jacques – se souvient des belles années sur cette propriété isolée, dans cette maison familiale au style colonial qui en impose. Adulte, Jacky aura même son propre bungalow en bord de mer. Mais aujourd’hui, il ne reste plus que quelques ruines que les tôles du squat ont englouties en quelques années d’une gestion communale incontrôlée. Et c’est d’avoir vu se dégrader ce site incomparable qui touche encore Jacky, même s’il a fait sa vie ailleurs. Alors l’homme n’avait plus de raison de garder la route. Aussi, quand la commune l’a sollicité pour l’acquérir, Jacky a accepté de la céder au franc symbolique. En retour, pour le remercier, le tavana a fait adopter en conseil municipal, le 20 mars, une délibération actant l’acquisition de la route qui serait dénommée “Aroa nui Jacky-Martin”. Si le souvenir de la “Maison blanche” finira par s’estomper avec le temps, le nom des Martin reste encore attaché à la commune avec cette avenue. N’oublions que le motu Martin est encore la propriété d’un Martin, puisque c’est le fils de Jacky qui y gère ses activités. 

    J.-L.M.

    Place à un futur pôle nautique

    Avec sa nouvelle acquisition, la commune de Mahina conforte sa position dans ce quartier et prend le contrôle de la voirie qui mène à la plage. C’est une étape stratégique au regard des projets que l’équipe veut mettre en place pour sur le site de Hitimahana. Les élus de la majorité ont réaffirmé, dans l’élaboration du plan d’aménagement de développement durable (PADD), sa volonté d’évacuer la population qui squatte le bord de mer, afin de les mettre à l’abri des aléas climatiques, pour consacrer le site au développement des activités nautiques. Le spot, occupé par plus de 
    400 personnes, attire déjà les windsurfeurs. 
    Mais cette acquisition ne suffira pas. Large de 10 mètres, et longue de 650 mètres, l’avenue Jacky-Martin devra être complétée par l’acquisition d’un dernier tronçon d’environ 200 mètres, aujourd’hui propriété de l’OPH. La demande de transfert a été faite, il y a quelques jours, lors de la visite du président Fritch dans la commune. Mais comme le terrain a été vendu par la mairie au Pays – il y a quelques années par Joël Buillard en intérim d’Émile Vernaudon – la route d’accès à la plage fera plus probablement l’objet d’une convention d’utilisation avec la commune. 

    Sylvie 2015-04-04 18:38:00
    La mairie a fait de ce site un beau gâchis. la famille Martin n''aurais du pas le vendre pour un francs symbolique. Je me rappelle de cette belle propriété
        Edition abonnés
        Le vote

        Allez-vous voir Vaiana ?

        Loading ... Loading ...
        www.my-meteo.fr
        Météo Tahiti Papeete